Paradise Papers/ ICIJ

Les révélations des Paradise Papers sont-elles utiles ?

L’affaire des Paradise Papers, révélée notamment sur franceinfo grâce au service Enquêtes-Investigations de Radio France, suscite de nombreuses réactions d’auditeurs. Il y a les pour, il y a les contre. Jacques Monin, le directeur de ce service qui a longuement enquêté, répond aux auditeurs.

 

 

A quoi vont servir ces révélations ?

De nombreux auditeurs félicitent l’équipe pour ces révélations à propos des usagers – on va les appeler comme ça – des paradis fiscaux, de l’évasion et de l’optimisation fiscales. Comme le dit Alain : « Vous montrez bien que lorsqu’on est déjà très riche, on fait tout pour l’être encore plus ». Mais d’autres, fatalistes, estiment que tout cela ne sert à rien : « Tous les présidents de la République qui se succèdent, écrit Cédric, annoncent la fin des paradis fiscaux, une législation plus sérieuse, mais rien ne change vraiment ». Ou Elise : « Vous dénoncez des personnalités. Mais qu’est-ce qui va changer ? ».

« Ces révélations ont déjà servi à quelque chose. Quelques exemples : une enquête du fisc lituanien, la justice indonésienne a elle aussi lancé une enquête sur les enfants de l’ancien dictateur Suharto, 4 personnes ont été incarcérées en Argentine, la Commission Européenne va lancer une enquête sur l’île de Man, les Pays Bas aussi… Le parquet financier français a lancé une investigation qui a débouché sur 25 cibles et une personne a été jugée et condamnée.
On peut rappeler que beaucoup de ces pratiques sont légales. Il y a trois niveaux de pratiques légales et illégales : la fraude fiscale, l’abus de droit (exemple la TVA), et l’exemple de Total qui rapatrie de l’argent et c’est totalement légal. Le questionnement se situe aujourd’hui sur le niveau de légalité. »

Le rôle du consortium de journalistes ICIJ 

Plusieurs auditeurs estiment que vous avez beaucoup parlé des étrangers, mais peu des Français. Pour Jean-Noël, par exemple, « Pour éviter de parler des Français, on parle de la Reine d’Angleterre, d’un proche de Justin Trudeau, de sportifs étrangers, mais peu de noms d’exilés fiscaux français sont sortis ».

« C’est un faux procès d’intention; quand on enquête, on enquête sur tout.  Cette investigation a été coordonnée pas l’ICIJ, un consortium de journalistes International (Consortium of Investigative Journalists) et basé à Washington. Nous avons évoqué les situations du  réalisateur Jean-Jacques Annaud (il a régularisé sa situation à la suite de nos révélations),  Philippe Starck, Total, Engie. Toutes ces fuites viennent d’un cabinet Appleby , anglo-saxon basé aux Bermudes »

Pour d’autres auditeurs, vous avez dénoncé des personnalités. Mais comme le dit Gilles : « Pourquoi n’avoir pas braqué les projecteurs sur ces cabinets d’avocats spécialisés qui vendent ce genre d’arrangements ? Pensez-vous vraiment qu’un sportif comme Lewis Hamilton soit au courant de toutes les opérations qui touchent sa fortune ? ».

 » Ces fuites sont parties d’un cabinet d’avocat Appleby ; la commission européenne prépare par ailleurs une directive qui imposera à ces intermédiaires de déclarer leur montage. Les avocats d’Hamilton ont dû le conseiller, mais c’est tout de même quelqu’un qui cherche à échapper à l’impôt. »

Ces révélations sont le fruit d’une collaboration journalistique mondiale

Est-ce le seul moyen aujourd’hui de pouvoir révéler des scandales financiers ou fiscaux de cette importance ? Oui, car cette évasion fiscale se fait à l’échelle mondiale, donc nécessité d’une enquête mondiale. Ces multinationales ont des moyens énormes. Par conséquent, il est plus difficile d’attaquer 96 médias qu’un seul. C’est ce qui fait la force de cette enquête.

 

Retrouvez toutes les sujets autour des Paradise Papers sur franceinfo

 

 

Les Matins en direct de Chicago• Crédits : Roman Bornstein

« Spéciale Chicago ». Pourquoi se rendre sur place ?

Pourquoi l’équipe de France Culture s’est-elle rendue à Chicago le 6 novembre dernier ? La Grande table y était, de même que d’autres émissions. Un certain nombre d’auditeurs semblent s’en étonner. Vincent Lemerre, le directeur des programmes, leur répond.

 

 

France Culture à Chicago pour le premier anniversaire de l’élection de Donald Trump.

Pour plusieurs auditeurs, comme Gérard, « faut-il, pour traiter l’actualité, emmener plusieurs équipes à Chicago, alors que cela pourrait se faire de Paris en appelant simplement au téléphone vos invités ? ». Et Cécile, une auditrice, ajoute : « J’aimerais qu’on me démontre que les émissions sont plus intéressantes et plus riches à l’étranger qu’à Paris ».

« Dans les faits, ces déplacements sont exceptionnels. Ils s’inscrivent dans l’ADN de la chaîne : comprendre le monde contemporain. Aller à Tunis pour faire entendre les premiers « Printemps arabes », aller à Moscou, l’an dernier à propos du retour de la Russie sur la scène internationale, entendre les experts sur la vision du monde de Vladimir Poutine, c’est plus qu’intéressant. Et en l’occurrence, un an après l’élection de Trump, se déplacer aux Etats-Unis, cela s’inscrit dans la mission de France Culture. »

Certains auditeurs, comme François, pense que « tout cela coûte cher en déplacement au moment où chacun doit faire des économies ». Comment gérez-vous ce genre de dépenses ?

« Il n’est pas possible de faire ce type de programme par téléphone : les entretiens faits à Chicago ont été réalisés en condition de reportage (à la rencontre des invités…). L’interview repose sur l’interaction entre des personnes physiques réunies dans un studio. La direction de France Culture est très soucieuse des deniers publics , comme tous contribuables. Ces missions à l’étranger sont prévues au plus juste… »

 

La Grande Table /France Culture en direct de Chicago
La Grande Table /France Culture en direct de Chicago

Les Matins de France Culture
Spéciale en direct de Chicago : L’Amérique de Trump, un an après

La Grande Table depuis Chicago
Chicago, les arts dans la ville
Donald Trump, quelle riposte intellectuelle ?

Du Grain à Moudre à Chicago
Chicago l’Amérique à pile ou face ?

La grève qui frappe l’antenne de France Culture

De nombreux auditeurs s’étonnent des conséquences d’un mouvement sur l’antenne de France Culture et de l’absence d’un service minimum. Or, il faut rappeler que le service minimum n’existe plus depuis longtemps et qu’un seul gréviste peut bloquer la diffusion de toute une émission…

« La préparation d’une émission est un travail d’équipe : un petit nombre de grévistes peut avoir un impact à l’antenne. C’est également dur pour les équipes qui ont tout préparé et doivent tout annuler au dernier moment. Les modalités de grève se discutent entre les organisations syndicales et la direction générale de Radio France. »

 Les audiences radio de la rentrée

Elles ont été annoncées ce matin et les auditeurs de France Culture ont de quoi se réjouir : leur radio préférée continue de progresser.

Les auditeurs sont au rendez-vous de la nouvelle grille des programmes : 71 000 nouveaux auditeurs ont rejoint la chaîne. L’audience numérique atteint un niveau historique : près de 20 millions de podcasts et 7,4 millions de visites tous supports confondus. Résultats Médiamétrie septembre-octobre 2017

 

 

 

 

 

 

Un échange houleux a opposé Nicolas Demorand (France Inter) à Eric Dupont-Moretti, l’avocat d’ Abdelkader Merah, condamné ce jeudi à 20 ans de réclusion criminelle. | Capture écran

Me Dupond-Moretti sur France Inter : réponse de Laurence Bloch, sa directrice, aux auditeurs

L’interview de Me Dupond-Moretti par Nicolas Demorand a suscité de nombreuses réactions (plusieurs centaines reçues par le médiateur). L’avocat d’Abdelkader Merah était l’invité du 7-9 sur France Inter au lendemain du verdict du procès du frère du terroriste Mohammed Merah. Laurence Bloch, directrice de la chaine, a tenu à répondre à tous les auditeurs qui… Lire la suite

diversité, exisme, machisme, rendez-vous du médiateur

Accessibilité de la radio aux personnes sourdes et malentendantes

Si la radio est le média le plus inaccessible aux personnes sourdes ou malentendantes, la diffusion en ligne des programmes, parfois accompagnée de la vidéo en studio, et leur disponibilité en podcast, sont un vrai levier pour développer leur accessibilité. À l’initiative de la Mission Handicap, Radio France a donné un coup de projecteur -durant toute la SEPH… Lire la suite

éducation aux médias, fausses informations

Education aux médias et fausses informations

Combien d’informations vérifiées, sérieuses, données par franceinfo sont mises en doute par certains auditeurs ? Comment expliquer cela ? Pour y répondre, Virginie Sassoon, docteur en sciences de l’information et spécialiste de l’éducation aux médias, est au micro du Médiateur.

 

Comment expliquer cette défiance à l’égard d’informations vérifiées et cette attirance de certains pour les informations fausses ou manipulées ?

« Le registre émotionnel a pris le pas aujourd’hui sur les informations vérifiées, amplifié par la circulation d’informations sur les réseaux sociaux; il s’agit de l’ère de la post-vérité. Depuis son élection, Donald Trump a largement contribué à cette situation qui remet en cause les informations vérifiées et diffusées par les médias.

Exemple autour de la défiance vis à vis des vaccins, défiance qui a toujours existé  (à laquelle a été confronté le Médiateur). En réalité en France, il n’y a que 5 % de la population opposée à la vaccination, mais les  « anti » ont une survisibilité sur internet . Les informations qui remontent dans les moteurs de recherches ne sont pas forcément les informations les plus fiables; c’est pour cela qu’il faut une réelle éducation aux algorithmes, à leur complexité et à leurs résultats ».

 

Le démenti moins percutant que la calomnie
Des spécialistes disent que les émissions qui démontent les fausses informations avec des preuves irréfutables – comme le Vrai du Fake sur franceinfo – ne parviennent pas vraiment à convaincre. Ceux qui, par exemple, ont vu sur Twitter qu’Anne Hidalgo avait été arrêtée à 120 km/h sur le périphérique parisien resteront persuadés qu’on leur cache la vérité, même quand on leur dit que c’était un poisson d’avril  du journal Le Parisien il y a deux ans.

« La déconstruction du mensonge prend plus de temps que la propagation de la rumeur. Il faut éduquer aux médias: vérifier la source, former les citoyens à la crédibilité d’une information, créer du lien entre les médias et l’école.  La Semaine de la presse et des médias dans l’école en est un bon exemple ».

 

L’attirance pour les fausses informations

« Selon le sociologue, Gérald Bronner, « le biais de confirmation », on a une tendance naturelle à vouloir confirmer les idées dans lesquelles on croit, on va chercher une information qui confirme nos convictions. Les réseaux sociaux ont tendance à nous enfermer dans une bulle de confort intellectuel où, dans notre flux d’actualité, les informations confirment nos idées. Les médias traditionnels vont au contraire donner une information, large, plurielle, vérifiée ».

 

 

 

 

SOLENNE LE HEN / RADIO FRANCE

Solenne Le Hen, lauréate du prix du reportage Radio France 2017

Ce prix a été décerné mardi 7 novembre à Solenne Le Hen pour son reportage « Devenir fier d’être Français » diffusé sur franceinfo Solenne Le Hen est journaliste au service économique de franceinfo, en charge des questions d’éducation. Le jury du prix Radio France, présidé par Michel Polacco, secrétaire général de l’information, en présence de Jean-Christophe… Lire la suite

Fete le livre Radio France Micronouvelle

Radio France fête le livre 2017

Les vendredi 24, samedi 25 et dimanche 26 novembre la Maison de la radio célèbre le livre et ses auteurs pour la 6ème année consécutive. Ces trois journées en compagnie de 200 auteurs seront rythmées par des émissions en public, un espace pour les enfants avec des animations, des rencontres littéraires et débats, des lectures en studio… Lire la suite

météo, beau temps, secheresse, franceinfo, rendez-vous du médiateur

Météo : le temps est-il si « beau » ?

La météo devient un sujet très sensible
« Demain, il fera encore très beau, avec des températures bien au-dessus des normales de saison ». Ce genre d’annonce sur un ton enjoué provoque de plus en plus de réactions d’auditeurs.  Sophie Bria, présentatrice météo, et Elodie Callac, ingénieur à Météo France et prévisionniste sur franceinfo, répondent aux auditeurs.


Les auditeurs supportent de moins en moins le « beau temps » ou, plus exactement, la façon de l’annoncer
.
Comme Philippe : « Le temps magnifique annoncé sur vos antennes parisiennes est une catastrophe pour de nombreuses régions confrontées à la sécheresse ». Et Ghislaine ajoute : « Comment pouvez-vous annoncer avec bonne humeur « un beau soleil dans le sud », quand arbres et arbustes sèchent à une vitesse incroyable ? Pas de vraies pluies depuis 5 mois ». C’est vrai qu’il est plus agréable d’annoncer du soleil, mais ce soleil peut finir par devenir catastrophique…

« On manque d’eau effectivement, mais il faut rester positif dans l’utilisation des mots en météo, sans exagérer.  Le soleil, la lumière, amènent au sourire, au bien-être. Lorsque les conditions météos sont sources de grandes difficultés, elles sont traitées dans le sujet d’actualité (exemples récents: la sécheresse dans le sud, les ouragans aux Antilles en septembre)

Comment expliquer cette douceur automnale et cette pénurie de pluie ?

« Les anticyclones nous ont souvent protégé des perturbations atlantiques en les rejetant vers le Nord de l’Europe et ils ont favorisé des remontées d’air chaud en provenance d’Afrique, donc des températures élevées pour la saison ».

Plusieurs auditeurs, comme Mélanie, vous reprochent de « ne pas dire clairement qu’il s’agit des conséquences du dérèglement climatique »

« Le climat se réchauffe depuis des décennies. Il est difficile de relier directement un événement isolé au réchauffement climatique. Mais il est vrai que les cyclones ne seront pas plus nombreux mais plus intenses ».

Sur quoi se fondent ces « normales saisonnières » ?
D’autres auditeurs, comme Jean-Louis, estiment qu’à propos des températures, on ne devrait pas parler de « normales saisonnières », mais plutôt de « moyennes », car des automnes peuvent être très frais, et d’autres plus doux.

« Normales » est un abus de langage, il faut plutôt parler en effet de « moyennes ».

Comment construit-on un bulletin météo ?

« Il faut tenir compte des contraintes de temps d’antenne imparti à la météo : parfois parler de l’hexagone en quelques secondes ! Il faut alors choisir les priorités ».

La Bretagne et la pluie
Enfin, des auditeurs – un peu chauvins, dirons-nous – reprochent d’annoncer l’arrivée des perturbations par la Bretagne. Or, personne n’y peut rien ; c’est une réalité météorologique.

« Il s’agit de la région la plus à l’Ouest, mais c’est par là également que reviennent les éclaircies ».

 

 

lettre-visuel-generique

Une lettre destinée aux auditeurs : le médiateur à l’écoute de vos remarques

« Remettez les auditeurs au centre de Radio France ». Telle est en quelque sorte ma lettre de mission, lorsqu’il y a deux ans, notre PDG Mathieu Gallet me nomme médiateur des antennes. Il s’agit d’être à nouveau à l’écoute des remarques, des attentes, des questionnements de celles et de ceux qui sont notre trésor, autrement dit… Lire la suite

Le palais Bourbon• Crédits : Sophie Delpont - Radio France

Les choix du Billet politique

Signer chaque jour un billet politique, c’est un plaisir et une liberté journalistique enviée. Mais il faut aussi savoir recevoir des critiques, car rien n’est plus clivant que la politique. Et l’intolérance n’est souvent pas très loin.

Frédéric Says qui propose chaque matin son Billet politique sur France Culture est au micro du médiateur.

 

 

Ses éditoriaux quotidiens suscitent de nombreuses réactions, notamment sur les réseaux sociaux.  Selon le thème qu’il développe, l’éditorialiste est qualifié de anti-Macron, de pro-Mélenchon, puis de pro-gouvernemental, anti-LR, anti-France insoumise, mais aussi gauchiste, etc, etc.
Que répondre à ces auditeurs qui veulent absolument le « cataloguer » ?

« Si les reproches concernent toutes les tendances, c’est que je ne suis pas si loin du point médian. Evidemment, pour certains auditeurs, quand cela concerne « leur » parti, ils ont l’épiderme un peu plus sensible… Toutes les forces politiques ne sont pas au pouvoir et quand on est journaliste, on a tendance à questionner d’avantage le pouvoir : on s’intéresse plus à l’exécutif et en l’occurrence à Emmanuel Macron »

Pour Agnès, « Vous êtes toujours dans la critique. Vous ne relevez que ce qui ne va pas, au risque de développer le « tous pourris » ou le « tous menteurs ». Et pour Frances, « Vous jouez les chiens de garde en lynchant les élus ».
N’y a-t-il pas du vrai dans ces remarques ?

« L’expression « chiens de garde » est souvent utilisée à l’inverse pour dire « chiens de garde du système ». Je prépare mon billet la veille, notamment en repérant différentes informations, mais il faut panacher et resituer le contexte d’où vient un billet politique ; il permet de faire un pas de côté, de saisir des signaux plus faibles, de les rassembler et d’en tirer un raisonnement, quelque chose qui parle de l’époque ».

 

Il est vrai que les hommes politiques sont très doués pour susciter les critiques. Vendredi 27 octobre, le « petit précis de tartufferie » de Frédéric Says était un modèle du genre et a d’ailleurs suscité beaucoup de réactions.  Frédéric Says y relevait entre autres l’excuse surréaliste de la mélenchoniste Danielle Simonnet qui, malgré ses revenus confortables, refuse de quitter son HLM au prétexte qu’elle ne veut pas « enrichir un propriétaire privé ». Ou Laurent Wauquiez qui s’en prend à « l’élite parisienne déconnectée », alors que tout son CV correspond à cette élite.
Les contradictions, les principes à géométrie variable, les revirements de nos politiques sont source d’inspiration  ?

« Cela fait partie effectivement de sources d’inspiration dans un contexte où l’actualité va très vite ; les politiques se contredisent souvent d’une semaine sur l’autre et c’est bien de le relever. « 

Comment choisit-il les thèmes de ses éditoriaux ?

« La veille, l’après-midi, je fais une revue de presse classique et des réseaux sociaux ; je choisis un thème qui ne sera pas forcément traité dans l’actualité en longueur, et qui permet de faire un pas de côté… J’utilise aussi les interactions des auditeurs qui me suggèrent certaines idées de sujet : il s’agit d’une vigie collective… C’est le bon côté des réseaux sociaux ».