franceinfo junior : l’importance de l’éducation aux médias

Pour lutter contre les fausses informations, certains semblent découvrir l’importance de l’éducation aux médias. Les plus jeunes peuvent être les plus influençables. Franceinfo a créé il y a déjà de nombreuses années franceinfo junior, diffusé l’après-midi. Comment une chaine d’info continue peut-elle s’intéresser à l’éducation aux médias ? Réponse avec Estelle Faure, qui prépare chaque jour… Lire la suite

Pro ou anti-Macron ? Des journalistes agressifs ou constructifs ?

Bilan de l’activité du Médiateur, Bruno Denaes présentait sa dernière Séquence du médiateur sur France Inter. Pourquoi écrire au Médiateur des antennes et à quoi ça sert ? A améliorer la qualité de nos antennes ; exemple sur les questions liées à la diversité.  L’édito politique de Thomas Legrand le matin à 7h45. Un rendez-vous… Lire la suite

Plaisirs et découvertes pour l’été sur France Culture

Les programmes de l’été suscitent toujours beaucoup de réactions des auditeurs. Les uns sont heureux de faire de belles découvertes, quand d’autres protestent contre les rediffusions. Sandrine Treiner, directrice de France Culture, répond aux questions des auditeurs. Alors, allez-vous rendre les auditeurs de France Culture heureux cet été ? France Culture l’été, c’est France Culture… Lire la suite

Les Grilles d’été 2018 de Radio France

Télécharger la grille d’été de France Inter France Inter – Été 2018 Télécharger la grille d’été de France Culture France Culture – Été 2018 Télécharger la grille d’été de France Musique France Musique – Été 2018 Télécharger la grille d’été de France Bleu France Bleu – Été 2018 Télécharger la grille d’été de Mouv’ Mouv’… Lire la suite

assistant vocal, amazon, alexa, google

Les applis Radio France disponibles sur Alexa

Radio France disponible sur Alexa Les propriétaires d’une enceinte intelligente de la gamme Echo, peuvent désormais écouter les chaînes de Radio France en direct grâce aux services spécifiquement développés pour Alexa, le service vocal intelligent d’Amazon. C’est aujourd’hui: toute la richesse de @radiofrance disponible sur Amazon Alexa @franceinter @francebleu @franceinfo @franceculture @fipradio @francemusique @mouv pic.twitter.com/k1h5HdUEZk — Pippa… Lire la suite

Lancement de francemusique.com

Grâce à cette nouvelle plateforme, France Musique s’ouvre à l’international Ces dernières années, France Musique s’est imposé comme le média francophone de référence de la musique classique avec 1 site, 1 application mobile, 7 webradios et depuis le mois de décembre 2017, un catalogue de plus de 1600 concerts en ligne. Pour sensibiliser un public toujours… Lire la suite

Les journalistes trop complaisants à l’égard de Mélina Boughedir, femme de terroriste ?

Les médias français – et franceinfo – ont–ils été trop complaisants à l’égard de Mélina Boughedir, condamnée dimanche dernier à 20 ans de prison par le tribunal de Bagdad ? Avec mari et enfants, cette Française avait rejoint Daesh et a été arrêtée lors de la chute de Mossoul, en Irak. Pour répondre aux auditeurs, Delphine… Lire la suite

Des sujets tabous dans « Questions d’Islam » sur France Culture ?

La religion reste un sujet difficile à aborder. Un sujet qui, pour le médiateur, suscite régulièrement des réactions d’auditeurs. Principalement à propos de la messe diffusée tous les dimanches ou de l’émission « Questions d’Islam ». Son producteur, Ghaleb Bencheikh, répond aux auditeurs.

 

 

La religion peut être un sujet clivant, mais sur France Culture, c’est surtout un sujet de connaissance. Pour cet auditeur, Fabien : « Quelle émission intéressante ! Même pour un néophyte comme moi… J’ai vraiment plaisir à découvrir d’autres pensées ». Et pour Françoise : « L’approche anthropologique et historique des intervenants qui peut se développer grâce à Ghaleb Bencheikh est passionnante pour l’agnostique que je suis ».

L’émission ne se veut pas une « crypto-catéchèse » uniquement destinée aux Musulmans. Elle est destinée à tout auditeur francophone intéressé par le fait religieux et en l’occurrence le fait islamique.

Comment est conçue l’émission ?

Cela couvre toute une gamme, de l’épouvante à la barbarie, la violence sacralisée et cela va crescendo jusqu’à la fine pointe du soufisme et de la spiritualité. Il y a surtout des approches civilisationnelles et culturelles ; jamais ou rarement, les aspects cultuels sont mis en avant.

Les émissions religieuses ne font que du prosélytisme ?
« Dans « Questions d’islam », écrit Jacques, l’intervenant tente de montrer l’avantage déterminant du soufisme sur la chrétienté. La radio n’est pas là pour faire l’apologie des croyances ».

Ce n’est pas une question religieuse que je produis. C’est avant tout, une émission de radio culturelle sous-tendue par le fait islamique dans toutes ses dimensions. Celles-ci couvrent toute une gamme allant depuis les considérations de violence terroriste abjecte jusqu’à la fine pointe de la spiritualité soufie, en effet. Les données théologiques y sont très parcimonieuses. C’est avant tout une émission qui met en exergue les aspects de l’Islam sur les plans civilisationnel et culturel, maintenant et à travers l’histoire. La question dite de « réforme ».

De nombreux invités religieux, dans l’émission ?

Sur 88 émissions déjà diffusées, il y a eu un imam pour venir parler de linguistique et un recteur de mosquée.

Des sujets tabous chez les Musulmans ?
Plusieurs auditeurs se sont étonnés que, dans votre émission consacrée à « La sexualité des musulmans », « rien, comme nous l’écrit Jacques, sur la sexualité féminine, ni sur le tabou de la virginité ». Et Daniel s’étonne que vous n’ayez pas abordé un autre « tabou chez les Musulmans », l’homosexualité.

Aucun sujet n’est tabou, il suffit simplement de trouver les bons intervenants pour l’aborder sérieusement et avec compétence et notamment avec une sexologue (émission à venir)

Une auditrice, Corinne, qualifie Ghaleb Bencheikh de « musulman ouvert », mais s’inquiète de savoir comment il est considéré dans, nous dit-elle, « votre communauté pas toujours très progressiste, notamment avec les femmes »

Ce n’est pas le « musulman » qui s’adresse aux auditeurs profitant de l’antenne pour asséner ses vérités. C’est tout simplement le « médiateur » laïque assurant le lien – par ses questions –  entre les intervenants et les auditeurs. Dans cette affaire, je ne suis pas un clerc ni un religieux qui plaide une cause pro domo et sur le service public de surcroît.
Je n’ai pas d’autres communautés que la communauté française. Je fais partie de la communauté française. Je suis quelqu’un qui explique. Analyser n’est pas excuser.

 

Retrouvez Questions d’Islam tous les dimanches de 7h05 à 8h sur France Culture.

« Vrai ou fake ? » : la plateforme de factchecking de l’audiovisuel public

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a présenté le 4 juin les différents axes de la réforme de l’audiovisuel public. Parmi ces axes, l’éducation aux médias. L’un des changements annoncé est l’arrivée d’une plateforme commune de décryptage des fausses nouvelles hébergée sur le site de franceinfo depuis le 6 juin : « vrai ou fake ? ». Elle… Lire la suite

Trop de sport ? Mais pas assez de sport féminin sur Franceinfo ?

Le sport est un sujet ô combien clivant qui suscite toujours autant de réactions des auditeurs. Elles pourraient d’ailleurs augmenter d’ici peu avec la Coupe du monde de football qui débute dans deux semaines. Pour en parler,  Thierry Terret, historien et sociologue du sport. (historien et sociologue du sport, par ailleurs délégué ministériel aux JO 2024 de Paris.)

 

 

De nombreuses réactions d’auditeurs notamment lorsque de grands événements sportifs occupent l’antenne. Ça été le cas lors des spéciales de franceinfo le jour de la finale de la Ligue Europa de football, OM-Atlético de Madrid.

« Pourquoi autant de place pour le sport, et principalement le foot, nous écrit Julien, alors que nous voulons de vraies informations sur l’actualité ? ». Le foot, devenu spectacle, ne serait plus de l’information ?

La relation entre sport et média est bien réelle. Le développement du sport à la fin du 19ème/début 20 ème, est en partie dû aux initiatives de la presse qui crée le spectacle sportif. Cela ne s’est pas démenti depuis. Le sport est un phénomène de société. Le football, le premier des sports pratiqués, est omniprésent à la télé et à la radio, cela relève de l’actualité sportive mais aussi parfois de l’actualité politique, économique ou pénale ou relevant des faits divers. Des succès médiatiques liés à l’attente des résultats d’un match et les mécanismes d’identification des téléspectateurs ou auditeurs aux joueurs ou aux équipes.

Sur les antennes, le football représente un vrai clivage entre les passionnés et ceux qui n’apprécient pas.
Et ce sont toujours les passionnés qui gagnent… C’est une question d’audience ?

 

 

Les audiences et les financements qui vont avec sont extrêmement importants comme le confirme la guerre commerciale récurrente qui oppose les médias à chaque renégociation des droits de retransmission. Mais il ne faut réduire le sport à cela, le spectacle sportif génère de l’émotion individuelle ou collective.

Pour des auditeurs, le sport-spectacle, comme le foot, c’est la vieille notion romaine « Du pain et des jeux » pour le défoulement des masses. Qu’en dit l’historien du sport ?

La capacité du spectacle sportif à focaliser l’attention, à être un opium du peuple a été théorisé en sociologie.

Le langage guerrier des journalistes sportifs
Beaucoup d’auditeurs se plaignent du langage guerrier des journalistes sportifs, alors que, nous écrit Adèle : « Le sport devrait véhiculer d’autres types de valeurs ».

Le langage des journalistes épouse souvent les modalités des différents sports qu’ils commentent : plus poétique pour le patinage artistique, davantage portée sur la souffrance physique pour le cyclisme sur route, focalisé sur la rivalité dans les sports collectifs. Les auditeurs ont raison sur un point : les vertus éducatives du sport, à combiner excellence, amitié et respect. Tout cela est singulièrement absent des commentaires.

 

Le sport féminin.
Le service des sports de Radio France s’énerve quand on lance le débat. Mais beaucoup d’auditeurs – et pas que des auditrices – estiment qu’il est peu présent sur nos antennes, malgré de beaux parcours des équipes de France féminines de foot et de rugby. Ce message d’un enseignant m’a beaucoup marqué : « Pas étonnant que des élèves de 6ème, dans le cadre d’une séance sur l’égalité filles-garçons, me disent que le sport, c’est pour les garçons ! Entendre cela au XXIème siècle ! ». Et il conclut : « Faites quelque chose pour le sport au féminin ! ». De fait, en France, les médias sont loin de la parité dans le traitement du sport…

Toutes les études convergents les mêmes conclusions : la place des sportives dans les médias est plus faible que celle des sportifs. Elles sont moins interviewées et font davantage l’objet de commentaires sur leur physique. La situation cependant s’améliore, en 2012 selon le CSA la présence des femmes dans les retransmissions sportives était de 7 % et aujourd’hui de 16 à 20 %. La coupe du monde féminine France/Allemagne en 2015 regardée par plus de 4 millions de téléspectateurs.

L’histoire du football en Europe est une histoire masculine contrairement à l’Amérique du Nord.

 

Radio France soutient « Sport féminin toujours »

Sport féminin toujours les 10 et 11 février 2018 sur les antennes de Radio France
Sport féminin toujours les 10 et 11 février 2018 sur les antennes de Radio France