La comptabilité politique sur l’antenne de France Culture ?

La comptabilité politique sur l'antenne de France Culture

Ecoutez la chronique du Médiateur sur France Culture ce 5 novembre : 

Quelles sont les règles concernant le temps de parole politique sur l’antenne de France Culture, en ce début de période de campagne électorale. Que répondre à ceux qui estiment que l’on entend trop tel ou tel parti ?

Pour faire le point : Frédéric Barreyre,  directeur de la rédaction.

Le Médiateur a reçu plusieurs mails estimant que l’on entendait trop le Front National dans les journaux de France Culture. Sylviane, par exemple, nous écrit : « Personne n’a envie d’entendre plusieurs fois par mois les extrémistes du FN ». Et Corinne veut « éviter de subir leur « pensée » et leur haine ». Trop de Front National sur France Culture ?Bilan des invités de la chaîne depuis la rentrée énoncé par Frédéric Barreyre : France Culture a reçu deux responsables du FN (en deux mois) : Sébastien Chenu et Nicolas Bay. Le Front National est un parti important qu’on le veuille ou non et de quel droit le censurer…

Une chose est sûre, le temps de parole est très codifié sous l’œil vigilant du CSA, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Pour en parler, Jean-Christophe Ogier, secrétaire général adjoint de l’Information de Radio France. Le Secrétariat Général de l’Information met en œuvre les règles du CSA avec les directeurs de rédaction.

Quelles sont les règles quotidiennes du temps de parole, hors période électorale ?
Il s’agit du régime du pluralisme ; la règle prévoit  que l’opposition parlementaire a droit à au moins la moitié du temps de parole du bloc majorité.
Pour les journaux d’information, l’équilibre doit être tenu sur le trimestre ; pour les magazines d’information, sur le semestre, pour le reste des programmes de France Culture également sur le semestre.
A consulter : Le principe du pluralisme sur Radio France

Qui, dans cette comptabilité, fait partie de la majorité ?
Le Président de la République (mais ses propos régaliens ne sont pas pris en compte), ses conseillers, ses ministres, mais aussi les élus qui soutiennent sa politique, ainsi que les militants…

Que prend-on en compte dans le temps de parole ?
Les propos des personnes qui sont interviewées, mais pas les questions ou propos des journalistes.

A France Culture, les émissions sont-elles concernées ?
Prenons le cas d’un Michel Onfray et d’un Alain Finkielkraut, qui défendent des positions politiques, leurs déclarations sont-elles comptabilisées ? Elles pourraient l’être, s’ils revendiquaient leur appartenance à telle ou telle formation politique.

Un nouveau décompte politique doit être adressé au CSA à partir de ce week-end du 7 novembre ; il concerne la campagne des Régionales. Quel est le principe ?
Il s’agit cette fois du principe de l’équité : il faut tenir compte du poids relatif de chaque formation politique ou de chaque liste dans le cadre des régionales.
A consulter : Régionales 2015 : équité du temps de parole

Cela fait donc deux comptes à tenir et à équilibrer jusqu’au 13 décembre.

Le CSA peut-il sanctionner ?
Oui, le CSA peut sanctionner. Il peut faire régulièrement des mises en garde, des mises en demeure et même sanctionner financièrement.