Le succès de la philosophie sur les ondes de France Culture

philosophie, les chemins, adele van reeth, france culture

©Radio France/Christophe Abramowitz

La philosophie, ce n’est pas forcément le thème le plus excitant, le plus glamour, ni le plus populaire. Mais à France Culture, Adèle Van Reeth et ses Chemins de la philosophie, chaque jour à 10h, recueillent tous les suffrages. Ses podcasts battent tous les records. Le médiateur reçoit majoritairement des messages positifs et cela fait plaisir.

Comment dénicher des invités « intelligents et clairs » et comment préparer une émission sur la philosophie ?

Comme toute émission quotidienne, elle se prépare avec énormément de travail et une bonne équipe. C’est un travail collectif. C’est aussi grâce à un goût et une curiosité pour des sujets divers et variés. Je choisis les thèmes également en regard avec l’actualité et l’air du temps.

Plus de 3 millions de téléchargements de votre émission par mois. Record absolu. Comment expliquer un tel succès autour d’une matière d’accès difficile ?

Tout d’abord, les chiffres du direct ne sont pas aussi bons que ceux des podcasts ! Je ne peux pas vraiment répondre à cette question, mais je m’arrange seulement pour faire tous les jours la meilleure émission possible. Je vis chaque émission comme une fin en soi pour créer une intensité.

Des auditrices et des auditeurs nous écrivent pour nous dire que vous leur avez fait véritablement découvrir la philosophie, eux qui gardent de mauvais souvenirs des cours de terminale.

La philosophie ne se réduit pas à l’exercice de dissertation en terminale. C’est aussi un goût pour le questionnement. La philosophie s’intègre dans une transversalité dans le monde en général. Tout peut être philosophie.

La philosophie est-elle aussi un phénomène de mode ?

Il y a une demande supérieure pour les ouvrages de philosophie en comparaison avec les année 90 ou 2000, mais il me semble que c’est un malentendu. On se réfugie aujourd’hui dans la philosophie pour apprendre à mieux vivre ou pour être plus heureux; or le philosophe ne détient aucune réponse. Simplement, il nous apprend à poser la question. Donc servons-nous de ce malentendu pour faire passer ce goût du questionnement !

« Quel pourrait être un débat entre deux candidats à la présidentielle, un kantien et un spinoziste ? » en 30 secondes ? Question posée à Adèle Van Reeth par un auditeur…

Le kantien partirait du principe que c’est l’intention qui compte: « Agis de telle sorte que tu traites l’humanité toujours comme une fin et jamais comme un moyen » et le spinoziste dirait tout ce que vous n’avez pas envie d’entendre: « Vous n’êtes pas libre, la liberté n’est que l’ignorance des causes qui vous déterminent, mais agissez selon votre désir ».

Vous pouvez retrouvez Adèle Van Reeth, productrice des Chemins de la philosophie, tous les jours à 10h.