Humour France Inter

Pierre-Emmanuel Barré et la campagne électorale

Laurence Bloch, la directrice de France Inter, fait un point au micro du Médiateur sur l’épisode Pierre-Emmanuel Barré ; cet humoriste qui intervient le mercredi dans l’émission « La Bande originale » a choisi de ne pas faire sa chronique cette semaine à cause d’une remarque de son producteur Nagui. Les réseaux sociaux s’en sont emparés.


La chronique de Pierre-Emmanuel Barré apporte chaque semaine au médiateur, un très grand nombre de messages protestant contre l’extrême vulgarité de ses propos. Ses chroniques se caractérisent par un langage peu châtié qui scandalise ; il vient dire ce qui l’énerve ; ce 26 avril, sa chronique était consacrée à la stigmatisation des abstentionnistes. Nagui a émis quelques remarques à propos de cette chronique (comme il en a le droit en tant que producteur); ce qui a déplu à PE Barré qui a refusé de venir à l’antenne. Finalement, Nagui a envoyé un sms dès l’après-midi à Pierre-Emmanuel Barré pour lui proposer de revenir le lendemain pour cette chronique. Mais la chronique a été bien été diffusée sur le facebook de l’émission ce 26 avril

« La liberté d’expression pour les humoristes sur France Inter est totale, la seule limite est la loi ; mais cette liberté d’expression doit s’accompagner d’une liberté de discussion », estime Laurence Bloch.

Les appels politiques dans une émission humoristique 

Beaucoup d’auditeurs se sont également étonnés du parti pris de la plupart des humoristes – Nicole Ferroni, l’émission de Charline Vanhoenacker, par exemple – qui appellent délibérément à s’abstenir au second tour. Ce n’est plus de l’humour, mais un appel politique, comme l’écrit Marc : « Est-il normal de lancer un appel politique dans une émission humoristique ? ».
Nicole Ferroni s’en est expliquée sur son compte Facebook

Retour sur la campagne électorale et ce vent de folie, pourrait-on dire, qui l’entoure.

De nombreux auditeurs réagissent sur tous les aspects du traitement politique sur France Inter. Jean-Marc Four, directeur de la rédaction, dresse un premier bilan de cette campagne.
Des réactions, souvent passionnelles et souvent identiques, mais émanant de bords différents. Pour résumé : « Vous parlez toujours des autres candidats, mais pas – ou mal – du mien ». Ce qui montre, finalement, que France Inter a donné la parole à tous.

Comme d’autres concurrents, France Inter a quand même été épinglée par le CSA, le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Quels en sont les reproches ?
Le CSA n’a fourni aucun détail à ce sujet ; alors que les comptes de temps de parole ont été équilibrés à France Inter…

Quelles sont les principales difficultés rencontrées durant cette campagne du 1er tour ?
Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont eu une nette préférence pour les réseaux sociaux ou YouTube : pas de journalistes, pas de questions embarrassantes, sauf que ce n’est pas de l’information, mais de la propagande : beaucoup d’agressivité contre les médias et le refus de certains candidats de répondre aux médias notamment dans la matinale de Patrick Cohen.


Les bons résultats de France Inter

Ces bons résultats sont avant tout liés au travail des équipes et à la qualité des programmes et non uniquement à la période électorale. 

Audrey Vernon/France Inter

La loi et la liberté d’expression

Retour sur une chronique humoristique pas vraiment drôle, retirée du site de France Inter ; puis sur des questions autour de la campagne présidentielle.
Pour répondre aux interrogations des auditeurs, le Médiateur reçoit Laurence Bloch, directrice de France Inter, et Frédéric Métézeau, chef du service politique.

La chronique d’Audrey Vernon, diffusée en direct ce 17 mars, évoquait le suicide d’un cheminot syndicaliste.

Pourquoi avoir décidé de la retirer du site de France Inter ?
Cette chronique en direct est une chronique d’humeur, d’humour noir sur le monde du travail, mais la ligne éditoriale proposée par Audrey Vernon et acceptée par la chaîne ne peut pas s’affranchir de la loi. Et ne peut citer nommément des cadres de la SNCF et les associer – sans enquête ni preuves – à un événement dramatique.

Cette dépublication répond aussi  à un souci d’humanité par rapport à un acte aussi violent qu’un suicide, le suicide d’un homme sur son lieu de travail. Le respect de la personne concernée, de sa famille et de son entourage professionnel est capital. Plusieurs auditeurs s’étonnent que – « vous ayez laissé passer à l’antenne une telle chronique pas du tout drôle sans en vérifier le contenu « .  C’est la liberté d’expression laissée aux chroniqueurs; il n’y a pas de relecture.

Audrey Vernon, avec qui Laurence Bloch a beaucoup discuté, a reconnu qu’il faut « composer entre la polémique et l’émotion dans une telle affaire ».

Pourquoi Audrey Vernon ne peut pas mettre en cause des personnes nommément citées, alors que, dans les journaux de France Inter, nous dit, par exemple, Célia : « Vous citez des noms sans aucun problème. Pourquoi est-ce possible dans ce cas ? ». Réponse de la directrice des Affaires juridiques de Radio France, Frédérique Riéty :
Il existe deux principes : le droit du public à être informé et la protection de l’individu. Les journalistes doivent concilier au quotidien ces deux principes (la vérification des faits , « l’enquête sérieuse » et le respect du droit de l’individu qui se voit mis en cause devant un public et le respect de la présomption d’innocence). Les journalistes mènent des enquêtes et peuvent donc apporter des preuves ou des avis contradictoires.

France Inter : la liberté d’expression et la loi : le Médiateur vous l’explique plus en détail

 

La campagne présidentielle et son traitement préoccupent aussi les auditeurs

Beaucoup d’auditeurs s’étonnent que les « petits candidats », comme on les appelle, n’aient pas leur place sur France Inter.
France Inter est le média qui a donné la parole au plus grand nombre de postulants dans le cadre du respect du pluralisme et de l’équité du temps de parole: 21 candidats potentiels avant que le Conseil constitutionnel n’en retienne que 11.

Trop de Marine Le Pen sur France Inter ?
Ce n’est pas l’avis du CSA, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ; il faut savoir que les leaders du FN ont d’abord massivement refusé les invitations de France Inter et puis, ils sont moins nombreux que dans les autres partis, donc peu d’interlocuteurs à solliciter. D’où, aussi, cette impression de trop les entendre, car ce sont toujours les mêmes.

 

 

France Inter : la liberté d’expression et la loi

« Pourquoi la chronique d’Audrey Vernon a-t-elle disparu du site de France Inter ? ». Nous vous devons évidemment une explication après le retrait d’une chronique diffusée ce 17 mars en direct dans le 5-7.   Les collaborateurs de Radio France jouissent d’une très grande liberté artistique et d’expression. Notamment les humoristes au ton souvent très décalé… Les auditeurs peuvent… Lire la suite

Ali Rebeihi/Emmanuel Leclère/Bruno Denaes@franceinter/CC/RF

Meklat, Théo … les sujets de société

Point sur Marcellin Deschamps (alias Mehdi Meklat) à Radio France Certains auditeurs sont persuadés qu’il est toujours chroniqueur. Non, France Inter a mis fin à sa collaboration en juin 2015. A noter toutefois que, sur l’antenne, jamais il n’y a eu le moindre incident ni le moindre propos équivoque. Evidemment, ni France Inter ni Radio… Lire la suite

© Radio France / Jean-Marc Four

Le fonctionnement des antennes en période électorale / la vérité des faits

        Le fonctionnement des antennes en période électorale La campagne de la Présidentielle s’ouvre le 1er février. Pas la campagne officielle qui débutera en avril, mais la campagne contrôlée par le CSA, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, avec toutes ses contraintes imposées aux médias. Cette année, de nouvelles contraintes apparaissent. Explication avec Jean-Marc Four… Lire la suite

France Inter

Mélenchon, YouTube et France Inter : quand la communication prend le pas sur la vérité

Alors, comme cela, France Inter aurait tout fait pour « faire taire Mélenchon » et « tuer sa chaîne YouTube ». Les réactions outrées auprès du médiateur sont nombreuses… Mais également, plusieurs d’entre vous s’interrogent sur la réalité des faits. Voici ce qu’il en est exactement… « Vous avez manœuvré pour provoquer la fermeture de la chaîne de JL Mélenchon »,… Lire la suite

pixabay

La fin des Grandes Ondes…

Un rendez-vous du médiateur exceptionnel car de nombreux auditeurs ont écrit et questionné à propos de la fin des Grandes Ondes. Cette émission est destinée aux auditeurs des Grandes Ondes. Pour répondre, le Médiateur accueille Jean-Michel Kandin, directeur général adjoint des techniques et technologies nouvelles de Radio France, et Serge Schick, directeur du marketing stratégique et… Lire la suite

France Inter

Commentaires, réseaux sociaux, podcasts et vidéos sur France Inter

De nombreux auditeurs ont écrit au Médiateur à propos du site et des applications de France Inter. Christophe Israël, directeur du numérique à France Inter, et Serge Schick, directeur du marketing stratégique et du développement de Radio France au micro du Médiateur pour évoquer les changements d’habitude d’écoute des auditeurs et l’avenir de la radio. Les changements… Lire la suite

Pixabay

France Inter : Arrêt des ondes longues

L’arrêt des ondes longues le 31 décembre 2016 va changer le mode d’écoute de certains auditeurs. Voici des éléments de réponses. Pourquoi arrêter d’émettre en ondes longues ? L’arrêt du mode de diffusion en ondes longues est lié au développement des nouvelles technologies. Ce procédé qui a été mis au point au début du 20ème siècle… Lire la suite

Humour France Inter

L’humour fait débat sur France Inter

Pour en parler au micro du Médiateur des antennes :  Laurence Bloch, directrice de France Inter, et l’humoriste Daniel Morin, qui sévit tous les jours à 6h53 et dans la Bande à Nagui. L’humour, un sujet qui ne fait pas toujours rire le médiateur, car c’est un des thèmes qui suscitent le plus de réactions…. Lire la suite