Trop de FN au micro de Patrick Cohen ?

J.fayollet

J.fayollet

Ecoutez le rendez-vous du Médiateur sur France Inter ce 10 novembre

Ecoutez aussi en cliquant sur ce lien

Gilbert Collard, député, secrétaire général du rassemblement Bleu-Marine, qui était l’invité de Patrick Cohen, le 27 octobre, a suscité beaucoup des réactions d’auditeurs, notamment quand il a véritablement empêché Alex Vizorek de faire son billet. Message de Florence : « Je suis très surprise par le manque de réaction de Patrick Cohen, quand Gilbert Collard interrompt à peu près à chaque seconde l’humoriste Alex Vizorek ». Difficile de couper l’avocat Collard ? Patrick Cohen s’explique au micro du Médiateur et reconnait qu’il aurait dû être plus ferme.

Nadine écrit: « J’ai été très étonné du manque d’arguments de Patrick Cohen (que j’apprécie énormément par ailleurs) face à la rhétorique de Gilbert Collard qui s’est montré extrêmement habile et effectivement déstabilisant ».
Y a-t-il des invités plus compliqués que d’autres ? Gilbert Collard, avocat, connait bien les techniques de destabilisation et utilise souvent la méthode qui consiste à ne pas donner de réponse, mais à retourner la question vers le journaliste.

« On entend trop le Front National » C’est en tout cas ce que pensent plusieurs auditeurs, dont Catherine : « Vous enchainez trop d’invités Front National. Seriez-vous fascinés par ce parti ? ». Hier, d’ailleurs, c’était Florian Philippot qui était l’invité de Léa Salamé. Réflexion à laquelle Patrick Cohen répond en chiffres : « Sur 7 semaines, soit 70 invités, 4 du Front National ». 
Certains auditeurs pensent aussi qu’inviter le Front National, c’est pour faire de l’audience. Et pour Jean-Marc : « Si les médias arrêtaient de parler de Marine Le Pen et des tensions en France, celles-ci diminueraient. La montée du FN, vous en êtes responsables. C’est triste ».
En fait, il s’agit principalement de « ressenti » des auditeurs…

Ce qui est sûr, c’est que France Inter n’invite pas plus le Front national qu’un autre parti, car il y a des règles, des règles strictes édictées et contrôlées par le CSA (Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel).
Pour en parler, Jean-Christophe Ogier, secrétaire général adjoint de l’Information de Radio France. Le Secrétariat Général de l’Information met en œuvre les règles du CSA avec les directeurs de rédaction.Quelles sont les règles quotidiennes du temps de parole, hors période électorale ?
Il s’agit du régime du pluralisme ; la règle prévoit que l’opposition parlementaire a droit à au moins la moitié du temps de parole du bloc majorité.
Pour les journaux d’information, l’équilibre doit être tenu sur le trimestre.
A consulter : Le principe du pluralisme sur Radio France

Un nouveau décompte politique doit être adressé au CSA depuis ce week-end du 7 novembre ; il concerne la campagne des Régionales. Quel est le principe ?
Il s’agit cette fois du principe de l’équité :
il faut tenir compte du poids relatif de chaque formation politique ou de chaque liste dans le cadre des régionales.
A consulter : Régionales 2015 : équité du temps de parole

Bruno Denaes termine par le Jeu des 1000 euros avec son producteur Nicolas Stoufflet : des réactions d’auditeurs face à une question des plus surprenantes: « Comment appelle-t-on un quadrilatère à 12 côtés? ». Hé oui, c’était une erreur; ce qui n’empêche pas le Jeu des 1 000 euros d’être un extraordinaire succès d’audience, comme le rappelle Nicolas Stoufflet. Le jeu le plus ancien de l’histoire de la radio, créé en 1958…