Le traitement par Franceinfo de la « grève des notes » au bac

Alexis Morel journaliste, spécialiste éducation à franceinfo est au micro de la médiatrice des antennes, Emmanuelle Daviet 

Grève des notes : qui a pris la parole sur franceinfo ?

Jean-Louis : « La rédaction tend souvent le micro aux professeurs très, très, minoritaires, qui ne corrigent pas les copies. On n’entend jamais les professeurs, très très majoritaires qui corrigent les copies. Pour quelles raisons ? »

Alexis Morel : Il est vrai que les correcteurs grévistes étaient très minoritaires, ils le reconnaissent eux-mêmes. Le ministre affirme qu’ils étaient 2000 correcteurs grévistes sur 175000 au total. Même peu nombreux, leur mouvement a entraîné des perturbations bien réelles sur la correction et sur les résultats du bac. à tel point que le ministère a envisagé une solution de dernière minute pour que les résultats soient publiés vendredi 5 juillet comme prévu. Ces perturbations ont été bien réelles dans les académies de Paris, Créteil, Versailles, Toulouse, Dijon. (on parle des académies les plus importantes en nombre d’élèves). Chose importante également, c’était une grève inédite : pour la première fois depuis 1968, on a osé toucher au bac. qui était jusque-là une sorte de tabou. C’est ce qui a intéressé les journalistes.

Question autour de la perte de sens de la démocratie

Philippe : « Le traitement par France info de l’épisode peu glorieux de la « grève des notes » au bac  m’amène à m’interroger sur la perte du sens de la démocratie, du sens de l’éthique et de la morale par votre rédaction. Ma critique est un peu rude Je m’explique : Perte du sens de la démocratie : ne donner la parole qu’aux ultra minoritaires à longueur de journée, sans le moindre débat contradictoire, et monter en épingle la moindre rumeur d’incident  me paraît relever d’une conception assez particulière du traitement de l’information…  N’est ce pas là faire précisément le jeu des populistes de tout bord ? Perte également du sens de l’éthique et de la morale car personne ne s’interroge sur l’absence de sens moral clairement manifesté par des personnes en charge de l’éducation de nos enfants. Dérive déjà constatée lors du traitement du mouvement des gilets jaunes. Énormément de similitudes : Beaucoup d’émotion et peu de réflexion. »

Alexis Morel : Sur le premier aspect de la question, on a fait intervenir des opposants à ce mouvement de la rétention des notes, d’abord la fédération des parents d’élèves (la PEEP) franchement opposée qui a expliqué les conséquences que ça auraient sur les élèves, le syndicat des chefs d’établissement (le SCPDEN), et le Sgen CFDT (invité de franceinfo au lendemain de la publication des résultats). Le ministre également est intervenu à l’antenne, et a dit tout le mal qu’il pensait de ce mouvement.
Sur le sens de l’absence morale des enseignants, ce n’est pas aux journalistes d’apporter un jugement sur cette question. Notre rôle est de donner tous les éléments d’information aux auditrices et auditeurs pour qu’ils puissent ensuite se faire leur propre avis.

La réforme du bac dans tout ça ?

Valérie : « Je regrette que les arguments de lutte contre la réforme du Bac ne soient pas développés. Il ne nous est pas permis de nous rendre compte des motifs sous-jacents aux revendications des enseignants grévistes qui retiennent les copies. Or j’aimerais pouvoir me faire un avis éclairé quant aux craintes évoquées par ce mouvement. On entend uniquement parler du remplacement des notes manquantes et pas des motifs de grève. Pourquoi ? »

Alexis Morel : Il y a eu plusieurs temps dans ce mouvement. Il est vrai que ces 15 derniers jours, on s’est focalisé sur ce mode d’action inédit. Il y a eu ensuite la solution trouvée par le ministre : la note de la moyenne de l’année, plutôt que la note du bac pour les candidats victimes de la rétention des notes. Solution qui a fait débat, donc qui a occupé l’antenne.
Concernant la réforme du bac, on en a parlé tout au long de l’année, en matinale : à quoi ressembleront les épreuves du bac en 2021, le contrôle continue tout au long de l’année, les critiques émises par les syndicats… Mais dès la rentrée on en reparlera encore.

Dernier article sur le sujet à retrouver sur franceinfotvinfo.fr

 

Le choix des invités de la matinale de franceinfo

Lundi 1er juillet , dans la matinale de Marc Fauvelle, Claude Guéant, l’ancien secrétaire général de l’Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy a réagi à l’interview donné dimanche dernier par l’ex-chef de l’Etat. Un choix très critiqué par les auditeurs, pour leur répondre Richard Place, le directeur adjoint de la rédaction de francenfo est… Lire la suite

Le traitement éditorial de la canicule sur franceinfo

Les auditeurs cette semaine estiment que les journalistes en font trop avec la canicule, pour leur répondre Emmanuelle Daviet reçoit Jean-Philippe Baille, le directeur de la rédaction de franceinfo.

 

 

Arrêtez avec la canicule !

… »Vous en faites trop…  Vous nous serinez les mêmes évidences en y ajoutant une psychose grandissante au fil des jours. Buvez de l’eau, ne faites pas de sport en plein soleil, inquiétez-vous des personnes âgées. C’est devenu insupportable entre les reportages et les spots divers Vous ne pensez pas que les français sont capables de bon sens ? (Marie) »

Jean-Philippe Baille : Quand les records de température sont atteintes, nous n’avons pas le sentiment d’en faire trop, que les écoles sont fermées, que les épreuves du brevet des collèges sont reportées pour la première fois pour cause de canicule, que des mesures de restriction de la circulation sont mises en place. Je n’ai pas le sentiment de créer une psychose, au contraire, j’ai le sentiment de raconter une réalité. Nous sommes dans l’exceptionnel, c’est notre métier de le souligner. La canicule a des conséquences sur notre société. Cette situation permet d’ouvrir le débat et de nous poser les questions sur les causes et les conséquences de ce dérèglement climatique. Cela fait partie de nos missions de rappeler les conseils de santé publique, nous sommes une radio de service public, il n’est jamais superflu de rappeler ces gestes qui sont parfois nécessaires.

Quelles solutions pour la planète à rappeler 

Vous rappelez à tous les bons gestes pour la canicule, ce qui est très bien. En revanche , vous suggérez des solutions qui peuvent aggraver les dérèglements climatiques et donc potentiellement contribuer à l’augmentation de ces épisodes de canicules dans les prochaines années. Vous parlez de « bouteilles » d’eau, ou de climatisation par exemple or il y a de d’autres solutions simples, et bonne pour la planète a court moyen et long terme, qui pourraient être rappelées (Perrine)

Jean-Philippe Baille : Dans le cas présent il y a aussi un caractère d’urgence, c’est un épisode exceptionnel qui nous amène à nous poser des questions sur ce dérèglement climatique. Le Président de la République l’a rappelé lors de sa visite au Japon : « notre société va devoir s’adapter et trouver des solutions pour ne pas aggraver la situation ». Nous avons ouvert le débat sur franceinfo, en interrogeant les différents acteurs et les différents experts.

La parisianisme et la canicule

La France ne résume pas à Paris. la canicule n’épargne aucun territoire…! C’est insupportable. Arrêtez ce parisianisme (Claude)

Jean-Philippe Baille : c’est faux. dans les bulletins météos nous donnons toujours les températures de plusieurs ville du pays. Nous avons envoyé plusieurs de nos reporters sur le terrain.

 

L’enquête Odoxa-Dentsu consulting pour franceinfo et « Le Figaro » révèle jeudi que plus de la moitié des 25-49 se disent préoccupés par l’épisode de canicule qui touche le pays

Le baccalauréat et le traitement des sujets sur franceinfo

De nombreuses questions d’auditeurs sur le traitement du baccalauréat : Emmanuelle Daviet reçoit Alexis Morel, journaliste, spécialiste éducation

Aucun des sujets des séries professionnels n’est mentionné

Je trouve choquant que les sujets des séries générales nous soient communiqués et que pour les séries  professionnelles nous n’ayons que l’horaire de l’épreuve. Quel intérêt ?
Aucun des sujets des séries professionnels n’est mentionné . Je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a du mépris alors que c’est aussi la radio qui peut changer les mentalités.

Alexis Morel : C’est une question récurrente sur la visibilité des filières professionnelles et du bac pro. J’entends cette remarque. A l’antenne, nous avons bien mentionné l’horaire du bac philo mais également celui du bac français pour les filières professionnelles. Mais il est vrai que le premier jour on accorde plus d’importance au bac philo.car c’est une filière un peu unique au monde, ce sont toujours des sujets qui font réagir les auditeurs. Mais il est vrai qu’il faut encore que l’on travaille à la visibilité des filières professionnelles au sein de la rédaction de franceinfo, filières qui souffrent à tort d’une image peu valorisante et les médias y sont forcément pour quelque chose.

Les polémiques autour des sujets du bac

Des internautes ont lancé une pétition adressée au ministère de l’Education nationale  pour dénoncer le sujet de français des S et ES jugé difficile,Le sujet en histoire des terminales L et ES fait également polémique pourquoi les journaliste n’en parlent pas alors que cela concerne de nombreux élèves ?

Alexis Morel : On en a parlé au cours d’une chronique durant le 17/20 qui relayait les protestations de certains candidats sur les réseaux sociaux. Ce sont deux problématiques différentes : pour le bac de français, il s’agissait d’un poème d’Andrée Chedid qui a fait polémique par forcément connue par tous les élèves. Les élèves ne seront pas pénalisés pour cela. Les pétitions à propos du bac sont régulières à chaque session du bac. A propos du bac histoire géographie et le sujet sur le Moyen-Orient, les professeurs contactés ont tous dit que le sujet était au programme.

La grève des professeurs correcteurs au bac

Aujourd’hui c’est le bac. Je viens d’entendre une prof qui n’a pas répondu à sa convocation et à qui vous demandez sur un ton empathique pourquoi elle agit ainsi, mais je n’ai pas entendu de parent d’élève dont l’enfant passe le bac exprimer son angoisse ou sa colère! Bref, votre information est orientée et en aucun cas objective.

Alexis Morel : Sur Franceinfo on a diffusé un sujet trois jours avant le bac, « paroles de prof grévistes ». Mais j’ai également donné la parole aux familles et aux élèves (recueil de la parole devant un lycée). Sur franceinfo nous avons également interrogé des fédérations de parents d’élèves et nous avons aussi invité en plateau une enseignante qui a refusé de faire la grève de la surveillance. L’équilibre des opinions autour de cette grève a été respecté. 

 

Le traitement de la Coupe du monde féminine de football sur Franceinfo

Radio France accompagne tous les grands événements sportifs avec une attention toute particulière pour le sport au féminin. Franceinfo et France Bleu proposent de suivre cet événement du 7 juin au 7 juillet. Les auditeurs réagissent à cette couverture. Pour leur répondre, Emmanuelle Daviet reçoit Vincent Rodriguez, directeur des Sports de Radio France. Coupe du… Lire la suite

Procès des djihadistes français en Irak : le traitement sur franceinfo

Les condamnations à mort des djihadistes français jugés en Irak : pour en parler Delphine Gotchaux,  journaliste au service justice de franceinfo est au micro d’Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes.

 

Ces auditeurs reprochent un manque d’équilibre dans le traitement de ce dossier, que leur répondez-vous ?

Jean, un auditeur écrit : Franceinfo fait passer en direct Marie Dosé avocate qui défend le retour en France des djihadistes d’Irak. Il aurait été intéressant de donner aussi la parole à quelqu’un défendant la thèse contraire à celle de cette avocate. Mais quand France Info veut faire passer un message, cette possibilité est facilement oubliée .
Toujours au sujet des djihadistes français condamnées en Irak, René un autre auditeur estime, je cite, que « la couverture , le traitement de l’affaire un peu trop en faveur des djihadistes ».

Nous traitons l’actualité sans parti pris, sans éditorialiser. Effectivement nous avons beaucoup parlé de ces procès de djihadistes français en Irak, pour un raison évidente, c’est la première fois depuis la chute de l’Etat islamique que des ressortissants français sont condamnés à mort. (11 en moins de 15 jours). Au-delà de ce que chacun peut penser, cela soulève de nombreuses questions, non seulement sur la justice irakienne, qui juge ces hommes en quelques minutes seulement sans véritable droit de la défense, mais aussi sur les valeurs que défend la France depuis l’abolition de la peine de mort en 1981. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a redit à l’Assemblée Nationale, la semaine dernière l’opposition de la France à la peine de mort, tout en assurant que ces procès étaient équitables. Mais il faut sans doute écouter la parole des familles des victimes du terrorisme en France, qui réclament le respect des droits fondamentaux pour ces djihadistes, quelque soit la nature des actes commis.
Il s’agit donc d’un débat de société et, sur Franceinfo nous avons aussi fait entendre les voix, notamment des hommes politiques qui ne souhaitent pas le retour de ces Français sur le territoire national.

Vous avez évoqué ces procès, quelle est la difficulté pour les couvrir ?

Ces procès se déroulent en quelques minutes seulement. Il faut déjà obtenir un visa. L’an dernier j’ai pu m’y rendre pour suivre le procès de Mélina Boughedir, Française djihadiste, jugée en Irak, condamnée à une peine de vingt ans de prison. En France nous ne sommes pas habitués à ce type de procès, ce dernier a duré environ 40 mn. En quelques mois seulement ces dossiers sont instruits. Il y a également la question de la défense, ce sont des avocats commis d’office qui n’ont pas le droit d’aller voir leurs clients en prison, qui découvrent le dossier à l’audience. Chaque procès est une sorte de chambre d’enregistrement de l’acte d’accusation. Le juge ne se retire pas pour délibérer, il fait sortir le prisonnier, et après cinq minutes, le condamne à mort.

Entre l’acte d’accusation et l’acte d’exécution, il s’écoule combien de temps ?

Pour le moment l’Irak n’a pas mis à exécution ses condamnations à mort de djihadistes étrangers en Irak.

Dans ce contexte, comment donnez-vous la parole aux familles de victimes ?

Ce sont souvent ces familles qui nous sollicitent par voie de communiqués de presse. L’association française des victimes de terrorisme, notamment a été très claire sur le sujet : il faut que les droits fondamentaux soient respectés même pour ces djihadistes français. Ces associations disent leur espoir que ces terroristes puissent être jugés un jour en France. Pour certains d’entres-eux, ils détiennent des pièces du puzzle qui pourraient expliquer comment des Français sont partis combattre en zone irako-syrienne, et ont aussi planifiés des attentas sur le territoire national.

 

L’équilibre politique sur Franceinfo

Les auditeurs sont toujours très attentifs à l’équilibre éditorial sur les antennes de Radio France. Pour leur répondre, Emmanuelle Daviet reçoit Jean-François Achilli, éditorialiste politique. Informations à deux vitesses Un message de Jules : « Les journalistes semblent prendre un grand plaisir à commenter la défaite des Républicaines. Mais jamais un mot sur les résultats catastrophiques… Lire la suite

Les élections européennes : des sondages ratés ?

L’actualité politique de ces dernières semaines a été très importante. Beaucoup d’auditeurs s’interrogent justement sur le poids des sondages dans le traitement de cette actualité. Pour leur répondre, Emmanuelle Daviet reçoit Jean-Jérome Bertolus, chef du service politique de franceinfo. Les différences entre les sondages et les résultats des élections Percée des écologistes, effondrement des républicains, participation… Lire la suite

L’Europe intéresse-t-elle vos journalistes politiques ?

Les élections Européennes si elles n’intéressent pas beaucoup les Français, elles intéressent en revanche nos auditeurs , le cas de Vincent Lambert et le débat sur la fin de vie également. Pour en parler au micro de la médiatrice Emmanuelle Daviet, Renaud dély éditorialiste et  journaliste politique, et Jean-Philippe Baille directeur de la rédaction de… Lire la suite

VOTRE EUROPE

Le 26 mai prochain, les Français sont appelés à élire leurs députés au Parlement européen. A la veille de la clôture de la campagne pour les élections européennes, franceinfo et Terra Nova organisent un événement réunissant 14 candidats têtes de liste françaises du scrutin. Jeudi 23 mai, à partir de 8h45 au studio 104, les… Lire la suite