Trop de Macron, trop de FN ?

Jean-Christophe Bourdillat/Radio France

Jean-Christophe Bourdillat/Radio France

C’est une campagne électorale bien particulière à laquelle nous assistons. Et les auditeurs attendent beaucoup des journalistes pour mieux comprendre les projets qui s’affrontent. Ils restent parfois sur leur faim. Pour leur répondre, Erik Kervellec, directeur de la rédaction de franceinfo.


Les interviews politiques

Les auditeurs font preuve d’un énorme intérêt pour mieux connaitre les candidats, leur programme et leurs projets de réformes. Et, dans ce sens, ils sont nombreux à trouver que les interviews politiques, notamment à 8h30, sont « superficielles, politiciennes », tournées vers le « buzz » et non le fond. « Vous coupez en permanence vos invités, ils ne peuvent développer leurs idées, nous dit Arnaud. C’est une cacophonie permanente ». Peut-on espérer plus de sérénité ?

« A 8h30, il y a beaucoup de monde dans le studio (4 journalistes), mais c’est un choix éditorial : un politique face à la rédaction. C’est vrai que cela vire parfois à la cacophonie; nous réfléchissons à améliorer l’émission. Toutefois, l’émission évite la « langue de bois ». Et puis, pour développer le fond des programmes, il y a un autre rendez-vous  « Dossier de candidatures » qui analyse les projets de chaque candidat à tour de rôle ».

Les petits candidats
Toujours dans leur quête de faire le bon choix le 23 avril, beaucoup d’auditeurs se demandent pourquoi ceux que l’on appelle les « petits candidats », comme François Asselineau, Philippe Poutou, Rama Yade ou Charlotte Marchandise, par exemple, ne passent pas sur les antennes…

« Ils passent, mais beaucoup moins ; il s’agit du respect de l’équité imposé par le CSA. Ces candidats sont exposés à la hauteur de leur poids électoral ».

Franceinfo fait-elle la campagne de Macron ?

« …Et pourtant le CSA a fait remarqué à France Info qu’on ne l’entend pas assez ; il s’agit surtout d’un élément de langage utilisé par les autres candidats ».

Cela dit, beaucoup d’auditeurs, comme Julie, trouvent que l’on entend trop le Front National et Marine Le Pen. Le CSA, le Conseil supérieur de l’audiovisuel, a, lui, un autre avis…

 » Franceinfo  n’a pas assez donné la parole au Front National, estime le CSA. Explications: les leaders du FN ont d’abord massivement refusé les invitations de franceinfo et puis, ils sont moins nombreux que dans les autres partis, donc peu d’interlocuteurs à solliciter. D’où, aussi, cette impression de trop les entendre… »

 

Radio France
Radio France

Mais tous les candidat(e)s à l’élection présidentielle 2017 seront mercredi sur franceinfo
à l’occasion du Rassemblement républicain des maires de France, à la Maison de la radio

A l’occasion du Rassemblement des maires et des présidents d’intercommunalités organisé par l’Association des Maires de France à la Maison de la radio, franceinfo, partenaire de l’événement, recevra en direct et en simultané sur ses antennes radio et télé, tous les candidat(e)s à l’élection présidentielle ayant recueilli les 500 signatures nécessaires.
Tout au long de la journée, après avoir été invités à se prononcer et s’engager sur un Manifeste pour des communes fortes et vivantes au service des citoyens, les candidats se succéderont en direct au micro de Jean-François Achilli sur toutes les antennes de franceinfo.