Précisions sur une note mal comprise

franceinfo

franceinfo

Une phrase mal formulée par une journaliste et des auditeurs s’empressent de le signaler au médiateur. C’est normal, mais certains interprètent et imaginent un parti pris.

Lundi soir, le « Débrief politique » sur franceinfo s’achève comme à l’accoutumée par « La note du débrief ». « Celle-ci, donnée par la rédaction, juge la forme d’une stratégie politique, jamais le fond », précise Laurent Guimier, directeur de la station.

Mais, ce soir-là, la formulation est ambiguë et peut prêter à confusion : « Franceinfo a choisi de donner une bonne note au binôme Hollande-Cazeneuve. Le prix du travail de sape en commun en quelque sorte, contre le Front National ». Certains auditeurs nous reprochent une prise de position contre un parti, alors qu’il s’agissait simplement de remarquer une action commune de François Hollande et Bernard Cazeneuve.

Laurent Guimier reconnait cette maladresse dans la rédaction de la phrase : « Une formulation maladroite a pu donner l’impression d’un jugement sur le fond. En l’occurrence, il s’agissait de souligner l’alignement du couple exécutif dans un combat qu’il juge prioritaire ».

Une formulation maladroite

Plusieurs auditeurs nous avaient d’ailleurs signalé peu après la diffusion de ce rendez-vous politique quotidien en direct que la façon dont cette phrase avait été dite pouvait entraîner une interprétation malheureuse. Franceinfo, comme toutes les chaines de Radio France, diffuse des informations sans parti pris, comme le rappelle Laurent Guimier : « Nous ne laisserons jamais accréditer l’idée que franceinfo puisse prendre parti pour l’un ou l’autre des acteurs de la vie politique française. La rédaction en apporte chaque jour la preuve sur les antennes, appliquant à toutes les formations politiques un traitement équitable ».

Une campagne électorale est toujours une période assez « nerveuse » : les propos de chacun sont scrutés avec une attention particulière, notamment ceux des journalistes. D’où ce souci pour Radio France de la clarté et de la transparence.

Bruno DENAES.