Le « vrai du faux » ou comment s’exerce le fact checking ?

Le vrai du faux ou comment s'exerce le fact checking

Ecoutez le rendez-vous du Médiateur du 17 octobre
Retour sur une rubrique  pour laquelle le Médiateur reçoit des messages d’auditeurs plutôt positifs que négatifs.

Cette rubrique est vraiment à l’honneur du journalisme.
Il s’agit de « Le Vrai du Faux »
qui pratique ce que l’on appelle le « fact checking », puisque cela a été initié aux Etats-Unis. Autrement dit la vérification des faits ou des déclarations. Et il y a du « boulot », face au combat très puissant de la communication qui essaie de s’imposer sur l’information et, aussi, face à ce principe des politiques « plus c’est gros, plus ça passe »…

Pour parler des coulisses du « Vrai du Faux , Antoine Krempf qui officie tous les matins à 7h25 et 10h25.

Le journaliste a l’embarras du choix dans les déclarations à vérifier. Comment se fait le choix ? Plutôt les hommes politiques ?
Dans la plupart des cas, ce sont effectivement les politiques mais le choix est fait en fonction des invités des Matinales du jour de différentes chaînes.
Quelles sont ses méthodes de vérification ?
Il faut identifier les sources, les chiffres qui permettent de vérifier les déclarations données sur les antennes sur un sujet précis. Et pour terminer, le journaliste appelle les experts.

Exemples de vérification

  • Lydia Guirous, porte-parole de Les Républicains, qui affirme que « La France est le pays européen qui accueille le plus d’étrangers ».
    En l’occurrence les sources et les chiffres sur les migrants ont été révélés par l’INSEE (source fiable). Il est vrai, qu’Antoine Krempf passe beaucoup de temps dans les vérifications.
  • cette semaine du 12 octobre avec Nathalie Kosciusko-Morizet, députée Les Républicains, qui déclare que la France compte « le plus grand nombre de syndicats, mais le plus petit nombre de salariés inscrits dans ces syndicats ».
    Pour ce cas précis, l’OCDE était une source identifiée. Mais en allant dans le détail, le comparatif du taux de syndiqués entre la Belgique et la France ne tenait pas, car leur fonctionnement est différent.

Mais tout n’est pas toujours vrai ou faux ; Antoine Krempf a introduit des nuances

Petit mise au point du médiateur auprès des auditeurs qui écrivent en nous traitant de « radio d’Etat » ; d’abord, nous ne sommes pas une radio d’Etat, mais une radio de service public. Ensuite, les ministres n’ont aucun régime de faveur. Exemple : Antoine Krempf a récemment épinglé Ségolène Royal pour un bon gros « faux » ; elle prétendait que plus de 8 000 personnes avaient repris le vélo à la place de la voiture pour aller au travail.
La ministre a vanter une mesure qu’elle a lancée en donnant des chiffres faux, vérifiables sur le site du ministère de l’écologie.

En définitive, les politiques sont-ils plutôt des menteurs ?

Antoine Krempf termine toujours son « Vrai du faux » en remettant à leur place tous ceux qui colportent sur les réseaux sociaux des informations non vérifiées ou de la véritable propagande, comme ces photos de migrants soi-disant en train de piller des magasins après les inondations sur la Côte d’azur.
Une image sortie de son contexte et partagée sur les réseaux sociaux n’a pas de sens. Il faut donner aux auditeurs internautes des outils pour comprendre tout cela. Et c’est le rôle de cette chronique « le vrai du faux »

 

Retrouvez le « Vrai du faux » lundi sur France Info à 7h25 et 10h25. Et aussi sur franceinfo.fr avec des graphiques et des documents supplémentaires.

Et pour aller plus loin >>> http://mediateur.radiofrance.fr/sujet-le-fact-checking