Bilan des Européennes : Temps de parole et choix de programmation sur France Culture

Vincent Lemerre, délégué aux programmes de France Culture est au micro de la médiatrice des antennes, Emmanuelle Daviet pour répondre aux questions des auditeurs autour du traitement des Européennes sur France Culture Le temps de parole politique et les Européennes « fidèle auditeur de France Culture j’ai découvert que les divers candidats et candidates en campagne… Lire la suite

Débats de l’actu : les élections européennes

Sujets hors élections Européennes Vous annoncez la présentation des candidats pour les Européennes, et ce matin une fois de plus, interview hors sujet : Mr Bellamy n’a pas pu placer un mot sur son programme ! D’une part vous l’obligez à répondre sur des sujets secondaires, qui font le buzz, mais n’ont rien à voir… Lire la suite

L’Europe intéresse-t-elle vos journalistes politiques ?

Les élections Européennes si elles n’intéressent pas beaucoup les Français, elles intéressent en revanche nos auditeurs , le cas de Vincent Lambert et le débat sur la fin de vie également. Pour en parler au micro de la médiatrice Emmanuelle Daviet, Renaud dély éditorialiste et  journaliste politique, et Jean-Philippe Baille directeur de la rédaction de… Lire la suite

VOTRE EUROPE

Le 26 mai prochain, les Français sont appelés à élire leurs députés au Parlement européen. A la veille de la clôture de la campagne pour les élections européennes, franceinfo et Terra Nova organisent un événement réunissant 14 candidats têtes de liste françaises du scrutin. Jeudi 23 mai, à partir de 8h45 au studio 104, les… Lire la suite

Pourquoi n’arrive-t-on pas à savoir si le glyphosate est cancérogène ?

Alors que des  marches contre la firme Bayer-Monsanto et  pour un autre modèle agricole, sont organisées dans une trentaine de villes de France ce samedi, on reparle aujourd’hui  du glyphosate et du fichage de certains journalistes et politiques par Monsanto… A la suite à cette affaire, des auditeurs se posent beaucoup de questions et pointent du… Lire la suite

France Culture au théâtre de l’Odéon


Les coulisses de l’émission « L’Esprit public  » avec Sandrine Treiner directrice de France Culture

A propos de « L’Esprit public en direct et en public du théâtre de l’Odéon »,Sylvette écrit : « Je suis une fidèle auditrice de l’Esprit public. Même si je ne suis pas souvent en accord avec les participants, j’apprécie beaucoup la tenue de cette émission ainsi que le respect qui s’exprime entre les différents intervenants : écoute, argumentation, respect des opinions des uns et des autres. … Aussi, à chaque fois que l’ancien député européen, Daniel Cohn Bendit, est invité, tout part à vau-l’eau et l’émission se transforme en un classique de ce qui se voit de pire sur les chaînes d’infos continues : vocifération, remise en cause des personnes en tant que telles, absence d’arguments clairs, non respect de la parole des autres, et j’en passe. Est-il bien utile de continuer à inviter quelqu’un qui se montre incapable de discuter avec d’autres et , qui plus est, est toujours convaincu être en meeting à la recherche d’applaudissements alors même que de l’autre côté du poste de radio, on a qu’une envie : celle de lui rappeler les bonnes manières et la correction ?
Le service de la médiation a reçu plusieurs messages allant dans ce sens.

Sandrine Treiner : effectivement Daniel Cohn Bendit était de méchante humeur ce jour-là, donc nous n’avons pas l’habitude de ce genre de débat, donc je peux comprendre que cela choque certaines oreilles habituées à un autre ton sur France Culture.
Nous avons commencé à diffuser quelques séances en public en direct du théâtre de l’Odéon cette année. Cela nous semblait très pertinent à Emilie Aubry et aux équipes, car il s’appelle en réalité Odéon théâtre de l’Europe et en cette année européenne, cela nous semblait intéressant d’aller dans un lieu qui symbolise la culture en Europe. En accord avec son directeur, l’équipe a décidé de créer un fil rouge. Donc on a cherché un grand européen, et on s’est dit que  Daniel Cohn Bendit n’était pas le moins bien placé. Lieu idéal pour une scène politique et théâtrale.

Les délocalisations de certaines émissions de France Culture

Seconde question à propos de « L’Esprit public » posé par Loic, lui aussi très fidèle auditeur de France Culture : « Pourquoi faire cette émission au théâtre de l’Odéon alors que Radio France dispose de nombreux studios très adaptés. Ma fille a assisté à une de vos émissions à l’Odéon, vous êtes assez « précaires » autour de votre petite table et EN PLUS il faut payer l’entrée ! Utilisez donc vos moyens en faisant du service public , c’est à dire de la qualité et de l’accès pour tous, donc gratuit. »

Sandrine Treiner : Nous ne disposons pas de studios à la mesure des émissions en public car la Maison de la Radio est encore en travaux. L’auditorium est réservé aux concerts. Nous avons besoin de lieu extérieur pour accueillir notre public. L’entrée était payante pour amortir les frais de gardiennage. L’an prochain les séances seront gratuites.

 

Quelle est la part de musiques anglo-saxonnes pour génériques de fin des émissions de France Culture ?

On termine avec cette remarque de Damien : « Toutes les langues véhiculent une (ou plusieurs) idéologie, l’anglaise se caractérise par l’individualisme, le libéralisme et surtout c’est la langue du commerce, donc de la croissance. La croissance que l’on peut résumer par cette maxime « la croissance n’est qu’une prise de part de marché sur la nature « . « Il me semble parfaitement contraire de vouloir défendre l’écologie  dans le « Week-end Imagine » de France Culture et de nous passer de la musique anglo-saxonne. »

Sandrine Treiner : L’anglais est aussi la langue de Shakespeare, de James Joyce… L’habillage est conçu avec l’identité des émissions en laissant une grande marge de manœuvre aux chargés de réalisation dont c’est le travail. L’anglais n’est pas simplement la langue du commerce.

Traitement par franceinfo, des événements du 1er mai à l’Hôpital Pitié Salpêtrière

Beaucoup de messages d’auditeurs sur la séquence de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière le 1er mai dernier. Retour sur ces événements Pour en parler au micro de la médiatrice, Richard Place, directeur adjoint de la rédaction de franceinfo


« Fidèle auditeur de France Info je suis aujourd’hui profondément choqué et scandalisé par le traitement  des événements du 1er mai à l’Hôpital Pitié Salpêtrière, présentés comme une « attaque ». Il est clair maintenant, qu’il ne s’agissait pas d’une « attaque », mais d’un mouvement de repli de manifestant face aux forces de l’ordre. Doit-on en conclure que vous diffusez des informations sans aucune vérification  ou, pire, que vous êtes un simple relais d’une communication du gouvernement. Ce dernier postulat vous réduirait alors à un simple organe de propagande. Quelque soit la réponse (incompétence ou organe de presse gouvernemental) c’est réellement inquiétant. Fin du message. »

Que répondre à cet auditeur  ? Que s’est-il passé ce 1er mai ?

A l’instant où cela s’est produit nous n’avions pas de journaliste sur place. Il faut donc remonter le fil, comprendre ce qu’il s’est passé. A 20h Christophe Castaner prend la parole, nous diffusons sa déclaration en précisant bien qu’il s’agit du ministre de l’Intérieur. Ce n’est pas franceinfo qui le dit mais bien le ministre. Le lendemain Martin Hirsch, le patron des Hôpitaux de Paris,  invité de franceinfo, qui parle d’une situation dramatique qui a été évitée de justesse. Mais nous diffusons aussi des interviews qui donnent le début d’une autre version. Nous continuons à enquêter sur la journée du 2 mai en étayant nos informations qui vont nous permettre de raconter une autre histoire. Un journaliste de franceinfo refait donc le film de ce qui s’est réellement passé minute par minute des événements de la Pitié Salpêtrière. Ce qui montre bien que les propos de Christophe Castaner et de Martin Hirsch ne sont pas exacts.

Des internautes pensent qu’il  y a là une volonté d’orienter l’information. Qu’en est-il exactement ? Comment justifier le choix d’une telle photo sans lien  ?

Les auditeurs et internautes ont été également très nombreux à interpeller la médiatrice en dénonçant une manipulation de l’information notamment sur le site de Franceinfo avec la publication d’une photo sans lien avec les faits de la Pitié Salpêtrière. Sur la photo une épaisse fumée blanche, une grille noire, trois individus, l’un avec un gilet jaune, deux autres cagoulés habillés en noir, l’un d’entre eux tenant  une barre de fer en direction  de la grille.

Le choix d’une telle photo est une erreur, mais pas de volonté de désinformation. Il y a un mea culpa. La photo a été changée très rapidement. Les faits montrés sur cette photo se produisent un peu plus tôt à peu près au même endroit.

Comment avez-vous débriefé cette séquence au sein de la rédaction ?

On refait le film, on essaie d’enquêter pour savoir quel processus a mené à cette erreur. L’encadrement n’a pas joué son rôle.

Est-ce que c’est susceptible d’entrainer des changements particuliers de vos méthodes de travail ?

Sincèrement nous nous remettons en question quotidiennement, grâce aux conférences de rédaction, où l’on parle des sujets et de la manière de les traiter. On n’est jamais totalement content de se que l’on produit.

France Inter toujours plus proche de ses auditeurs

Les auditeurs de France Inter ont des exigences et le font savoir quotidiennement à travers les messages qu’ils adressent à la médiatrice. Pour vous auditeurs la radio, votre radio,  doit représenter la diversité des Français, qu’il s’agisse de culture, d’opinions, d’origine sociale et géographique. La diversité des invités en studio, la pluralité des points de vue,… Lire la suite

Les Règles du CSA pour les élections européennes

Jean-Christophe Ogier, Secrétariat Général de l’information à Radio France, vous apporte des précisions sur le décompte des temps de parole ​​​​​​​: ​​​​​​​ Pour les médias, la campagne des élections européennes a commencé le lundi 15 avril. Ainsi en a décidé le CSA. Pendant les 6 semaines qui précèdent le scrutin du 26 mai, toutes les antennes… Lire la suite

Le traitement du sport sur franceinfo

Le directeur des sports de franceinfo, Vincent Rodriguez est au micro de la médiatrice des antennes, Emmanuelle Daviet Le sport féminin Le traitement du sport féminin et sa visibilité dans les journaux est un sujet de préoccupation récurrent chez les auditeurs qui nous écrivent avez-vous une politique éditoriale volontariste en la matière ? Le chemin vers… Lire la suite