Pixabay

Le coup de fil politique qui confirme l’indépendance de Radio France

L’indignation est à la hauteur de l’acte… Le coup de fil du Garde des Sceaux au Directeur des enquêtes et de l’investigation de Radio France a suscité de très nombreuses réactions. Le pouvoir veut-il faire pression sur les journalistes ? En tout cas, les auditeurs qui nous ont écrit n’ont aucune crainte à avoir ; nous continuerons de défendre notre indépendance et la qualité de l’information.

Le journaliste Jacques Monin, qui dirige le service chargé des enquêtes et des investigations pour toutes les rédactions de Radio France, a raconté au micro du médiateur, jeudi sur France Culture, ce coup de fil surréaliste reçu directement de François Bayrou.


Le Garde des Sceaux se plaint de l’enquête que mènent des journalistes de son service sur le financement de salariés du MODEM par l’Assemblée européenne. Et il profère des menaces : le dépôt d’une plainte pour harcèlement. Aussitôt, Jacques Monin rend public cette intervention consternante d’un ministre auprès d’un média.

Cette démarche ministérielle (ainsi que la plainte contre X déposée par le ministère du Travail après un article publié par Libération) va provoquer une impressionnante réaction collective des médias, des syndicats de journalistes et des Sociétés de journalistes (SDJ). Une vingtaine de SDJ vont s’associer pour dénoncer des « signaux extrêmement préoccupants » envoyés par le gouvernement en matière d’ « indépendance des médias » et de « protection des sources ».

« Préserver le grand principe d’indépendance de Radio France » (Mathieu Gallet)

Il en va évidemment de la liberté de pouvoir informer et enquêter sans pressions, sans menaces. C’est ce qu’a déclaré Mathieu Gallet, le PDG de Radio France, aux équipes de notre maison : « J’ai été surpris par cette « démarche » d’un ministre. On peut parler d’attitude déplacée. Un grand principe d’indépendance a toujours animé Radio France tant sur le plan politique qu’économique. Et j’entends bien continuer à le préserver, principalement pour ses salariés qui peuvent ainsi offrir aux auditeurs et aux internautes des informations vérifiées, fiables et de qualité. J’espère que ce malheureux épisode servira d’exemple à ne pas suivre ».

Effet boomerang

Ce « malheureux épisode » permet de répondre à certains auditeurs persuadés que les journalistes, et plus particulièrement ceux du service public, subissent des pressions du gouvernement, de grosses sociétés, du monde financier, etc. A ces remarques, le médiateur avait pris l’habitude de dire : si cela se produisait, les réactions seraient immédiates de la part des journalistes, de leur direction, des syndicats et des SDJ. Eh bien, cela s’est produit et vous avez constaté les réactions.

Pour garantir la démocratie, les journalistes et les médias doivent pouvoir travailler librement. L’intervention de François Bayrou est d’ailleurs étonnante, tant l’effet boomerang est assuré. Mathieu Gallet le confirme en quelque sorte : « Depuis trois ans que j’occupe ce poste [de PDG de Radio France], je n’ai jamais connu la moindre intervention politique. D’ailleurs, j’avais fait savoir que si cela se produisait, je le révélerais immédiatement ».

Le pouvoir n’a aucune autorité

Même si le financement de Radio France est public, notre société est de droit privé et ses salariés n’ont pas le statut de fonctionnaire. Nous ne sommes pas, comme certains se plaisent à continuer de l’affirmer, une « radio d’Etat », mais une radio de service public. Le pouvoir, quel qu’il soit, n’a aucune autorité sur les choix éditoriaux de nos antennes. Une fois encore, aucun journaliste n’accepterait de se voir imposer des consignes politiques ou de se voir interdire d’enquêter sur des sujets « sensibles ».

Paradoxalement, ce coup de fil du Garde des Sceaux montre l’indépendance de Radio France. Des tentatives de pression peuvent toujours s’exercer, mais elles n’arrêtent pas les enquêtes et les reportages de nos rédactions.

 

Bruno DENAES

Médiateur des antennes.

© Pixabay

Les programmes de l’été 2017

Quels seront les programmes de l’été 2017 ? Toutes les grilles estivales détaillées sont disponibles ici : Grille d’été France Inter on Scribd Grille d’été France Culture on Scribd Grille d’été France Musique on Scribd G Grille d’été Mouv’ Juillet on Scribd Grille d’été Mouv’ Aout on Scribd

mainstream

Mainstream – Le sens des mots

Les auditeurs contestent l’usage des anglicismes sur nos antennes… Mais que vient faire le mot MAINSTREAM dans le vocabulaire français ? Quel est l’origine de ce mot ? et pourquoi l’utiliser aujourd’hui dans la langue française. Jean Pruvost, lexicologue et professeur d’université explique le sens du mot. Retrouver son ouvrage « nos ancêtres les arabes » dans la… Lire la suite

Pixabay

Audiences digitales : 1ère place pour France Inter

En avril 2017, les 66 radios digitales du groupe Radio France ont totalisé plus de 47 millions d’écoutes actives en France, selon une étude de l’ACPM (Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias)       France Inter est ainsi placé en première place du palmarès des marques de radio les plus… Lire la suite

systeme

Système – Le sens des mots

Très utilisé par les hommes politiques lors des dernières élections, le mot « système » questionne. Jean Pruvost, lexicologue et professeur d’université explique le sens du mot.

verdict

Verdict/Jugement/Arrêt – Le sens des mots

Dans quels cas faut-il utiliser Verdict/Jugement/Arrêt ? Jean-Philippe Deniau, chef du service Enquêtes et justice de France Inter, explique le sens des mots.

enquete-preliminaire

Enquête préliminaire – Le sens des mots

Très utilisés dans les affaires récentes, les termes « enquête préliminaire » et « instruction » questionnent les auditeurs. Jean-Philippe Deniau, chef du service Enquêtes et justice de France Inter, explique le sens des mots.

40% des journalistes interrogés pour ce rapport disent avoir subi des interférences injustifiées dans leur travail suffisamment graves pour qu'elles aient un impact sur leur vie privée.@ SEBASTIEN BOZON / AFP

Les agressions contre les journalistes

La première partie de la longue campagne électorale qui s’est achevée à la veille du 1er tour de la Présidentielle a été marquée par une violence et une intolérance exacerbée. Les messages reçus par le médiateur ont souvent montré un déni complet des principes fondamentaux de la démocratie, à savoir la liberté d’expression. Des journalistes… Lire la suite

post-verite

Post-vérité – Le sens des mots

Mais que signifie le terme « post-vérité » ? Très utilisé en cette période de campagne présidentielle, Bernard Cerquiglini, linguiste, explique le sens du mot. Patrick Eveno, président de l’Observatoire de Déontologie de l’Information, était au micro du médiateur pour évoquer ce phénomène. Le fonctionnement des antennes en période électorale / la vérité des faits

non-lieu

Non-lieu – Le sens des mots

L’utilisation de certains termes de la justice par les journalistes interroge certains auditeurs. Jean-Philippe Deniau, chef du service Enquêtes et justice de France Inter, explique le sens du mot « non-lieu ».