Débats de l’actu : la place des femmes sur les antennes de Radio France

Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes, est membre du Comité diversité et citoyenneté de Radio France depuis 2015 et également membre du Comité pour la diversité de l’Institut de pratique du journalisme Paris-Dauphine.

Les auditrices et auditeurs nous interpellent très régulièrement au sujet du traitement de la diversité sur les ondes. Ils émettent des points de vue sur les programmes, analysent les informations, formulent des remarques sur les mots employés sur les antennes. Une réflexion « amusante », une formule « piquante », un raccourci « efficace », un titre « choc », autant de propos
le plus souvent dénués d’intention malveillante mais qui parfois traduisent le sexisme, énoncent des clichés et véhiculent des stéréotypes. Ces formules, très éloignées des valeurs du service public, blessent des personnes appartenant à des minorités ou à la diversité. Journaliste, producteur, chroniqueur, animateur, chacun est garant de la qualité des antennes qui passe aussi par la lutte contre les clichés et les stéréotypes.

Nous transmettons chaque jour de nombreux messages d’auditrices et auditeurs au Comité diversité de Radio France. Cela permet de mettre en lumière et d’éviter certains clichés ou stéréotypes peut être maladroitement utilisés.

Nous vous proposons ici de retrouver une sélection de messages d’auditeurs.

Ce jour lors du journal de 13 heures le journaliste précise à l’encontre de Mme Ingrid Levavasseur la couleur de sa chevelure.
Auriez fait équivalent Pour un homme en précisant qu’il est chauve ou moustachu ? J’en doute fort.
Combien de temps encore avant de ne plus entendre ce genre de remarques sexistes ? Si c’est la même durée que pour avoir des salaires égaux, nous n’en sommes pas encore la veille.

Ce soir 2 experts masculins invités et pas de femmes expertes?  Déjà 16mn d’émission et aucune voix féminine (auditeurs tous masculins)…

Pouvez vous m’expliquer comment  » Vous portez des dessous sexys? » peut être demandé à la jeune femme Miss Agricultrice…Mais surtout comment cela peut être jugé diffusable? C’est assez insensé quand on sait que les rédacteurs en chef écoutent les sujets avant diffusion.

Lors du journal de 13 h le lundi 18 février 2018 Le ton était très pédant à l’évocation de la jeune agricultrice voire réducteur. Ce ton m’a blessée pour elle et pour l’ensemble (encore une fois sur France Inter) de la jeune rurale. Pourquoi les stigmatiser à ce point, Qu’avez vous contre cette population? Vous ennuyez vous à ce point ou vous laissent ils le champ trop libre pour les dénigrer facilement sans une trop grande prise de risque? on avait l’impression qu’elle était regardée comme une idiote on entendait les guillements à l’évocation de « sa passion… » (comme si on ne pouvait pas avoir une passion pour une telle occupation) bref une mal propre. Merci de respecter les sociétés hors cadre Parisiens et transiliens, ça devient humiliant et très lourd à supporter. Savez vous que le Baccalauréat est également réussi en province par des enfants d’agriculteurs?

Est ce vraiment bien nécessaire de la part de votre journaliste de préciser au sujet des différences entre Marine Le Pen et son père « le déhanché en plus »… autant de sexisme m’afflige. Bravo FI.  A quand Balance ta radio ?

Bonjour, merci pour votre très intéressante émission. Je constate que dès qu’il s’agit de problématique purement féminines, les spécialiste invités sont majoritairement des hommes. Comme hier sur l’endométriose, je trouve ça gênant d’une part, et pourquoi faudrait-il toujours que les femmes en sachent moins que les hommes sur ce qui les concerne ????

Merci ….. tout simplement de donner la parole aux femmes. Le patriarcat sera aboli lorsque même les hommes se battrons pour aider les femmes à vivre, travailler, être respectées, tout simplement.

Je me permets de vous écrire pour vous faire part d’un propos qui me semble relever du sexisme ordinaire sur une de vos antennes. Ce lundi en effet, vers 7h50 et il était question des cantines scolaires. A la fin du reportage réalisé dans une cantine parisienne, un enfant déclare préférer ce qu’il y mange à ses repas à la maison. L’animateur de la tranche de retour à l’antenne réagit en déclarant : « c’est maman qui va être contente », ce qui sous-entend que la mère est nécessairement la personne chargée de préparer les repas dans la famille. A mon sens, si l’on veut parvenir à changer enfin véritablement la place des femmes dans la société et la répartition des tâches ménagères, cela passe aussi par une vigilance de tous les instants sur le langage et les formules toutes faites de chacun.

À lire : La féminisation des noms : L’Académie Française a dit « oui »

Le sport féminin

« Les XV de France féminin et masculin affrontent respectivement les Anglaises et les Anglais,en Angleterre, ce dimanche après-midi 10 février. Dans le journal de 7h00 nous venons d’entendre parler un long moment du crunch des garçons, et pas un mot sur le match des filles. Pour une radio publique d’information c’est une grave atteinte à l’égalité dont le principe est inscrit dans la loi. J’espère que la journaliste, qui présentait ce journal, est à travail égal, payée franchement moins que les hommes, ce serait un minimum de cohérence ! » .

« Enfin ! au moment d’éteindre ma radio j’ai entendu le journal des Sports de 10 heures, et j’ai eu la bonne surprise de constaté que l’équipe féminine de rugby n’était plus oubliée au profit des seuls garçons.
Enfin un traitement de l’information qui respecte l’égalité homme-femme exigée (en vain trop souvent) par la loi !
Comme j’ai plusieurs fois écrit à France Inter ces dernières années pour dénoncer le scandale de la discrimination sexiste (je me contente du tournoi des Six Nations, pour économiser mon énergie), et que ce matin même j’ai eu l’occasion de protester après les Infos de 7h00, je suis obligé de vous écrire également quand vous évoluez dans le bon sens, surtout d’une façon aussi remarquable. Un grand merci donc pour la qualité du Journal des Sports de 10h ce matin. »

« Bonjour, Pourquoi aucune info sur le résultat de l’équipe féminine de rugby qui était également en compétition hier en Angleterre ? »

Suite à ces messages, Vincent Rodriguez, Directeur des Sports de Radio France a répondu aux auditeurs :

« Chères auditrices, Chers auditeurs,
J’ai pris connaissance de vos messages avec une réelle attention et je tiens à répondre à vos remarques et à vos interrogations. La parité fait partie de nos préoccupations dans le traitement de l’actualité sportive. Nous sommes conscients que le chemin vers la parité totale n’est pas encore atteint, toutefois, nous avançons pas à pas dans ce sens. Même s’il reste insuffisant, le temps consacré au traitement du sport féminin sur les antennes de Radio France progresse.

Ainsi, le week-end du 10 février, nous avons diffusé des reportages sur le match Angleterre-France féminin, un de nos reporters était présent sur place, tout comme le week-end précédent où nous avons couvert le match France-Pays de Galles féminin. Pour la première fois, nous proposons des retransmissions en direct des rencontres du tournoi des 6 nations des matchs du XV de France féminin tout comme du XV de France masculin. Nous essayons de répartir les sujets dans nos journaux. Ces deux rencontres ont été retransmises sur nos antennes en direct sur Franceinfo et des reportages diffusés dans nos journaux de France Inter , tout comme les rencontres Pays de Galles France du week end précédent. Sur France Inter à 7h, nous avons mis l’accent sur le XV de France masculin. dans le journal de 10 heures, nous avons diffusé un reportage sur le match du XV de France féminin.

Concernant les propos d’une judokate évoqué par l’un des auditeurs (message à lire en cliquant dans le lien ci-dessous), ses propos peuvent être interprétés d’une autre manière. Clarisse Agbegnenou, triple championne du monde, exprimait son souhait de sortir d’une forme de rapport de force sportif et médiatique entre les hommes et les femmes.

Enfin, l’un des auditeurs nous félicite pour la couverture « paritaire » des deux matches de rugby. Merci pour vos encouragements. Nous sommes animés par la volonté de rétablir progressivement un traitement de l’information sportive conforme aux réalités d’aujourd’hui, c’est-à-dire un traitement qui tend vers la parité. Dans les années 80 en Europe, le rugby féminin n’en était qu’à ses premiers balbutiements. Depuis les clubs se sont structurés, les fédérations ont organisé des compétions pour faire briller le rugby féminin. Et si le public du rugby féminin n’est pas aussi nombreux dans les stades que les supporters de rugby quand joue le XV masculin, notre rôle est de porter un éclairage et insister sur ces compétitions féminines de manière à favoriser leur émergence au plan médiatique ; nous nous y efforçons.

Soyez assurés que je suis sensible à vos messages.
Merci pour votre écoute attentive et pour votre fidélité à nos antennes
Bien à vous
Vincent Rodriguez, Directeur des Sports de Radio France »

À écouter : Le traitement de l’actualité sur franceinfo : profanations, Gilets jaunes, rugby

À lire : Enquête sur le sport féminin à l’occasion de l’opération «Sport féminin toujours»

 

 
Bérénice Ravache, directrice de Fip et Présidente du comité Diversité de Radio France rappelle aux auditeur à quel point leurs remarques sont utiles dans cette lutte.