ESP (Envoyés Spéciaux Permanents), reporteurs

benjamin illy

benjamin illy

Quelles sont les particularités de chacun : ESP (Envoyés Spéciaux Permanents), reporteurs

Les explications de Fabienne Sintès (grand reporter à France Inter à partir de 1998. Puis ESP aux Etats Unis durant six ans, avant de présetner les matinales de France Info à partir de 2013)

Les ESP ne sont pas reliés à une antenne en particulier, ils travaillent de manière transversale et sont disponibles de jour comme de nuit, grâce à un mini-studio d’enregistrement installé dans leur logement. Nommés par les directeurs de chaîne pour des missions de deux ans renouvelables, ils sont aujourd’hui neuf à se partager le monde : Washington, Jérusalem, Beyrouth, Berlin, Rome, Londres, Pékin, Moscou et Bruxelles. Généralement l’ESP est seul sur place, sauf lorsqu’un assistant local est nécessaire pour naviguer dans les arcanes de l’administration.

« Être au plus près des faits, recueillir et transmettre les témoignages, mais aussi analyser et mettre en perspective une situation parfois complexe : cela fait partie de la mission de service public de Radio France. Pour la mener à bien, nous disposons de plusieurs niveaux de relais, qui peuvent travailler indépendamment ou s’entrecroiser lorsque la situation le justifie : ce sont les ESP, les reporters et le maillage unique qu’offre le réseau France Bleu pour l’information locale. Cet ensemble est une spécificité de Radio France, qui permet à l’auditeur d’être informé au mieux, quel que soit l’événement. »

Pour illustrer ce sujet,
Découvrez le travail dOmar Ouahmane, qui est l’envoyé spécial permanent des rédactions de Radio France à Beyrouth et dans le monde arabe, notamment son Reportage diffusé sur France Info : La traversée périlleuse de la mer Égée avec une famille syrienne

L’ESP est là pour expliquer, le reporter est là pour transmettre ce qu’il voit. Lors d’un événement important, ESP et reporters travaillent main
dans la main, le partage se fait naturellement.

Les reporters sont “multi-sujets” : ils doivent être capables de réagir
quelle que soit l’actu et de partir au pied levé. En Ukraine pour couvrir la révolution… ou boulevard Haussmann pour l’ouverture des soldes.
Cette recherche permanente d’informations est passionnante, mais il faut fournir ! Nous disposons d’un bon contingent de reporters (une dizaine à France Info, autant à France Inter), qui font remonter les faits tout en gardant une grande prudence, surtout lors de situations de crise. Leur équipement technique (ordinateur, magnétophone, valise satellite) leur permet d’être autonomes, mais ils sont très souvent accompagnés
d’un technicien.
 »

Pour illustrer ce sujet,
Découvrez les reportages de Benjamin Illy : au coeur conflit israélo-palestinien

La terreur vue des 2 côtés de Jérusalem par FranceInfo

L’autre grande force du groupe, c’est le réseau France Bleu. Les locales couvrent l’info pour leur antenne, mais aussi pour l’ensemble du groupe, quitte à ce qu’on envoie des reporters si le sujet prend de l’ampleur, comme lors des inondations dans le sud de la France. Cette complémentarité permet un traitement immédiat et ultra-complet de l’information »