On ne peut pas tout aimer…

Christophe Abramowitz

Christophe Abramowitz

Exactement comme, lorsque nous allons au restaurant, dans le menu, nous n’aimons pas forcément tous les plats, eh bien, je serais tenté de dire : à la radio, c’est pareil… Mais ce que l’on admet dans un restaurant, au cinéma, au théâtre, on l’admet plus difficilement pour la radio, notamment si on est extrêmement attaché à son antenne préférée, comme le sont – et c’est une richesse -, les auditeurs de France Culture et de France Inter.

Ce qui fait que nous recevons beaucoup de réactions d’auditeurs qui n’acceptent pas le moindre changement d’une émission, d’un animateur, d’un concept de programme, etc, etc.

Le départ de Marc Voinchet des Matins de France Culture est vécu par certains d’entre vous comme un traumatisme inguérissable ; oui, sauf qu’un journaliste, un animateur n’a pas vocation à passer sa vie au même poste. Et c’est toujours bon pour une antenne de se renouveler, de ne pas rester dans un petit confort traditionnel qui fait qu’au fil des ans, évidemment, l’audience s’érode, ne se renouvelle pas, faute d’intérêt nouveau et de surprise…

Les deux « Rendez-vous du médiateur » diffusés après la rentrée sur France Culture ont tenté d’expliquer cela, en recevant Sandrine Treiner, la directrice de France Culture, puis Frédéric Barreyre, son directeur de la rédaction.
Mais quand Frédéric Barreyre explique que « le monde d’hier n’est plus celui d’aujourd’hui » et que les évolutions de la radio sont nécessaires et évidentes, le médiateur continue de recevoir des mails de ceux qui considèrent que « la radio d’il y a 20 ans, c’était mieux », un peu comme si on refusait le TGV ou le wifi.rentree_2015_51651sqsdqsaa_2

 

Libre à chacun de le penser, libre à chacun de ne pas aimer telle ou telle émission, tel ou tel animateur, mais on peut imaginer que d’autres peuvent aimer ce que certains n’aiment pas. Que serait un monde où tous apprécieraient les mêmes émissions, les mêmes plats, les mêmes films… Où chacun serait un clone… Hé oui, un peu de tolérance, d’ouverture d’esprit…
Soyons honnêtes : nous avons aussi reçu des réactions positives et réconfortantes. La dernière en date : « Je tiens personnellement à dire le plaisir que j’ai à écouter les Matins depuis cette rentrée 2015, cette impression d’être en famille, précieuse entre toutes et jusqu’alors toujours empêchée par une sorte de raideur protocolaire (…). Cela tient en grande partie à une simplicité de ton, à un humour décontracté et positif, ainsi qu’à un timbre de voix naturel et familier… (Charles T.) ».

Oui, les avis sont forcément partagés et les habitudes peuvent changer.
Enfin, les antennes du service public appartiennent à tous et elles se doivent d’évoluer pour rester en phase avec leur époque. Mais, rassurez-vous, le médiateur continue de transmettre vos remarques, vos suggestions, vos réactions, et vous appuie lorsque des points particuliers (rédaction ou programme) sont discutables, améliorables, voire contestables. Et, surtout, il est là pour expliquer les « coulisses » de la radio : pourquoi telle décision, pourquoi tel choix dans l’actualité, comment fonctionne une émission, une conférence de rédaction, etc.