La radio, le média le plus crédible

La radio media le plus credible

 

Les Français restent très exigeants à l’égard des journalistes. Dans un climat de défiance à l’égard des médias, c’est la radio qui reste le moyen le plus crédible pour s’informer, selon l’étude annuelle TNS-Sofres réalisé pour La Croix*.

Pour 55% des personnes interrogées, la radio est le média le plus crédible, devant la presse écrite (51%) et la télévision (50%). A juste titre, les Français se méfient d’internet : ils ne sont que 31% à penser que « cela s’est vraiment passé comme internet le montre ». 71% affirment ne pas avoir confiance dans les informations qui circulent sur les réseaux sociaux. Précisons tout-de-même que les « grands » médias composés de journalistes professionnels et présents sur internet et les réseaux sociaux ne devraient pas faire l’objet d’un amalgame avec les pseudo-infos, les rumeurs, la propagande diffusées quotidiennement sur ces mêmes réseaux

Les pressions ?
Mais tout cela contribue à une forme de défiance à l’égard des journalistes. Selon l’étude de La Croix, 6 Français sur 10 jugent que les journalistes ne résistent pas aux pressions des partis politiques et du pouvoir (64%) ni aux pressions de l’argent (58%). Ce sont vraisemblablement les affaires de retrait de reportages (Canal +) qui ont marqué les esprits. Rappelons que le service public de l’audiovisuel n’est lié ni à un pouvoir politique ni à un pouvoir financier et dispose donc d’une véritable indépendance. En revanche, cette indépendance est parfois mise à mal dans les entreprises privées par des patrons qui ont l’impression qu’ils ont « acheté » la rédaction en même temps que le média. Or le média ne peut rester crédible que si les journalistes disposent d’une réelle indépendance…

Les « mauvais » choix

Enfin, des sujets ont vraiment énervé les Français. Vous nous en aviez d’ailleurs fait part dans des messages adressés au médiateur. L’affaire de la vidéo sexuelle de Valbuena, les scandales de la FIFA et les scores du FN aux élections régionales ont particulièrement exaspéré les Français qui estiment que les médias en ont trop parlé. En revanche, ils trouvent que la réforme des collèges, l’attaque terroriste contre l’université kényane en avril (147 morts) et les attentats de Beyrouth (37 morts) deux jours avant ceux de Paris ont été beaucoup trop négligés par les médias français. « Il y a de vrais points de dysfonctionnement dans la relation entre le public et les médias, estime le sociologue Jean-Marie Charon, dans La Croix (3 fév. 2016). La fiabilité et la première préoccupation d’un public de plus en plus éduqué et donc capable d’identifier là où le travail des journalistes est fragile (fiabilité des données, traitement des personnes, hiérarchie de l’information…). Les médias s’installent là où ce qui faisait lien social (la famille, les partis politiques, les syndicats…) se désagrège. A partir du moment où l’information devient un besoin, une référence, on ne tolère plus les erreurs. Il y a une forte exigence ». Aux journalistes professionnels de continuer à relever ce défi pour regagner une véritable confiance indispensable dans une démocratie

Sondage réalisé en face-à-face auprès de 1 061 personnes représentatives de plus de 18 ans du 7 au 11 janvier 2016

 

Bruno DENAES

Médiateur des antennes

Baromètre médias 2016 LaCroix/TNSSofres by LaCroixcom