Les réseaux sociaux dégradent-ils les valeurs du journalisme ?

Pixabay

Pixabay

Une question que l’on peut se poser après plusieurs exemples d’actualités « chaudes » qui ont vu bon nombre de personnes préférer croire de fausses informations des réseaux sociaux plutôt que les informations vérifiées de journalistes professionnels.

Cision, un éditeur de logiciels, et l’université anglaise Canterbury Christ Church ont mené une étude auprès de plus de 2 000 journalistes européens. Il en ressort que les journalistes sont très méfiants à l’égard des réseaux sociaux. Certes, ils les utilisent (91% des journalistes français, moins que leurs confrères européens), mais ils en gardent une forme de réticence. À peine 3 journalistes français sur 10 estiment que les réseaux sociaux ont un impact positif sur le journalisme. Un avis partagé par la plupart de leurs confrères dans le monde, mais les Français sont les plus suspicieux.

CISION - Temps passé sur les médias sociaux de manière professionnelle
CISION – Temps passé sur les médias sociaux de manière professionnelle

Absence d’éthique et de déontologie

D’ailleurs, 62% d’entre eux jugent que les réseaux sociaux dégradent les valeurs du journalisme. Il y a notamment le fait que les abonnés aux réseaux sociaux prennent pour argent comptant des informations qui n’en sont pas : informations non vérifiées, fausses, propagandistes ou complotistes. Les valeurs du journalisme – vérification des sources, vérité des faits, traitement honnête de l’actualité, respect de la dignité humaine – sont bafouées par des « informateurs », blogueurs, que le grand public confond avec des professionnels tenus, eux, à une véritable éthique et à une déontologie.

65% des journalistes français (61% des européens) estiment également que les réseaux sociaux ont fondamentalement changé leur métier. Ceux-ci les encouragent à se concentrer sur la rapidité plutôt que sur l’analyse.

En fait, les journalistes français sont les moins accrocs aux réseaux sociaux : plus d’un sur quatre ne les utilisent pas quotidiennement, même s’ils en ont une maîtrise normale. Leurs principaux usages : publier et promouvoir des « contenus » (articles, émissions…), faire une veille sur l’actualité et les autres médias, interagir avec leur audience.

CISION - Quels médias sociaux utilisés par les journalistes pour quelles tâches ?
CISION – Quels médias sociaux utilisés par les journalistes pour quelles tâches ?

Facebook et Twitter restent les deux réseaux sociaux les plus populaires chez les journalistes : Facebook pour publier et promouvoir les articles et Twitter pour la recherche d’informations… Mais à chaque fois, avec une grande méfiance par rapport à la véracité des faits. Les journalistes suivent d’ailleurs plutôt les comptes de leurs confrères ou de personnes bien informées que des comptes réputés peu fiables… Ce qui ne les empêche pas de vérifier à nouveau l’information.

 

Bruno DENAES

Médiateur des antennes