Les débats de l’actu : Anti-vaccins, le doute inoculé

© Pixabay

« En juillet dernier, après son discours de politique générale, le premier ministre Edouard Philippe annonce l’extension de 3 à 11 vaccins obligatoires pour les enfants nés à partir de cette année.

Cette extension est la réponse des autorités à la méfiance grandissante à l’égard des vaccinset d’une manière générale envers les laboratoires pharmaceutiques. Dans ce contexte de suspicion, il y a une particularité française.

D’un côté il y a chez nous, une couverture vaccinale globalement élevée. À des exceptions notables comme la rougeole, la France a l’un des taux de vaccination les plus faibles du continent. Depuis le début de l’année 3 personnes sont mortes de la rougeole.

Et de l’autre côté, il y a ici un débat vif comme jamais autour de l’utilité de certains vaccins. Il suffit de regarder le dernier baromètre de Santé Publique France (2016) : un français sur quatre se dit défavorable à la vaccination. »

À la suite de la diffusion du magazine Interception « Anti-vaccins : le doute inoculé », vous avez été très nombreux à nous écrire. Suite à vos messages, Jérôme Jadot, auteur du reportage vous répond : 

Pourquoi un Interception sur les doutes face à la vaccination ?
Parce que ce qu’on appelle « l’hésitation vaccinale » est très élevée en France. La plus élevée dans le monde selon une étude de la London School of Hygiene and Tropical Medecine de 2016 ( pour 41% des français, les vaccins ne sont pas sûrs). L’enjeu de ce reportage était donc de comprendre pourquoi les réticences aux vaccins ou à certaines vaccinations sont aussi fortes dans notre pays. L’idée n’était pas de refaire un débat scientifique entre les pour et les contre, mais bien de mieux saisir les causes d’un important phénomène sociétal.

« Parole laissée aux opposants à la vaccination et aux méfiants »
C’est ce que nous reproche un auditeur. Il est difficile d’essayer de mieux comprendre les doutes face à la vaccination sans écouter ceux qui ont ces doutes. Il était donc important d’entendre, notamment en première partie d’émission, des personnes qui ont fait le choix de ne pas se faire vacciner, eux ou leurs enfants. Des personnes qui hésitent aussi. Et puis le sociologue Jérémy Ward est également là pour détailler les différents profils d’opposants ou de réticents et les replacer dans une perspective historique. Le reportage laisse enfin la place à plusieurs contrepoints, comme la pédiatre qui répond aux interrogations d’une jeune maman ou les explications de Santé Publique France.
« Comment ramener dans le droit chemin les personnes qui osent contester le dogme de la toute-puissance vaccinale »
Selon une de nos auditrices, cela a été le « postulat » de l’émission. Mais on peut chercher à analyser sans vouloir imposer une vérité. La deuxième partie de l’émission porte sur les causes des réticences face à la vaccination. On y montre notamment qu’elles sont partagées par une partie des généralistes, l’impact de campagnes de vaccinations ratées, le poids des effets secondaires, supposés ou réels. Il ne me semble pas qu’entendre les doutes d’une famille dont le fils est devenu narcoleptique après un vaccin contre la grippe H1N1 vise à « ramener dans le droit chemin (…) du dogme de la toute-puissance vaccinale ».

« Présence d’aluminium » et « poids de l’industrie pharmaceutique » sous-estimés ?
Un auditeur déplore que nous ayons minimisé ou éludé ces deux aspects dans l’analyse des causes de la méfiance à l’égard des vaccins. La question de l’aluminium est pourtant présente dès le début du reportage, dans l’argumentaire du Pr Henri Joyeux, ainsi que dans la bouche de plusieurs parents. La controverse autour du poids des laboratoires pharmaceutiques dans les politiques de santé est également mentionnée par un père de famille et le Pr Bernard Bégaud.

Retrouvez ici une sélection de messages écrit à la médiatrice des antennes : 

Suite à la diffusion ce dimanche d’un sujet sur la vaccination dans votre magazine, j’ai longuement réfléchi si je devais vous écrire. Je doute que mon message ait une quelque incidence mais comme vous nous donnez l’occasion de réagir… Ce sujet a déjà été traité de nombreuses fois sur votre antenne et à chaque fois un sentiment de colère m’envahit. Le plaidoyer de Mme Adjani il y a quelques mois, m’a profondément énervé. Pourquoi donner la voix à une telle personne sous prétexte qu’elle est célèbre sur un sujet si clivant. Je dois vous avouer que ce dimanche n’a pas dérogé à la règle. Votre sujet commence par un sonore d’un médecin anti-vaccin puis une bonne mère de famille nous dit de but en blanc qu’elle refuse de vacciner ces jeunes enfants. C’est à partir de ce moment que j’ai pris la décision de changer d’air et d’écouter la radio Aardvark, spécialisée dans le blues. Je l’ai fait car je ne voulais entendre le même énième discours, les mêmes témoignages du pour ou contre la vaccination. Je pressentais d’avance l’approche journalistique stérile. Mon point de vue doit sans doute vous paraître sectaire et réducteur.
Je me permets cela car jamais dans les témoignages, les avis d’experts (du côté du pour ou du contre) je n’ai entendu des personnes avoir été directement concernés par la prise ou l’absence de prise d’un vaccin et ses conséquences.
J’ai également coupé le son car je ne voulais pas que mon fils ainé ou que ma femme entende des propos déversés par des personnes convaincus d’avoir raison sans avoir jamais été confronté à une maladie et par la même rouvrir une plaie qui ne cicatrisera jamais. Comment peut-on en tant que parents tenir des propos si catégoriques : la vaccination moi jamais. Peuvent-ils un instant imaginer les conséquences et arrêter de penser que cela n’arrive qu’aux autres. Le 17 Décembre 2015 à 16h40, notre vie a définitivement basculé. Impuissants après 12 heures d’effroi, nous voyons s’éteindre notre fils cadet âgé de 14 ans des suites d’une méningite foudroyante. La maladie fut si rapide que le corps médical n’a rien pu faire si ce n’est atténuer sa souffrance. Nous étions nous aussi potentiellement porteur du virus et nous avons été vacciné en urgence ainsi que l’ensemble de ses amis qui ont été en contact avec lui durant les dernières 48hr. A la suite de son décès une campagne de vaccination a été lancé par l’ARS mais trop tard. Il a fallu un drame pour réagir alors que plusieurs cas avaient été recensés quelques jours, semaines auparavant. Si l’épidémie avait pris au sérieux par les pouvoirs publics, des adolescents n’aurait pas eu à subir un tel drame, un collège n’aurait pas été ébranlé et 700 élèves perdus et angoissés. Un jeune homme pourrait passer son bac à la fin de l’année et marquer des 3 points avec son équipe. Des parents n’auraient pas à remonter l’allée de gravier, agencer au mieux les fleurs et tenter de respirer à plein poumon pour ne pas étouffer. Un frère n’aurait pas à se tatouer son prénom sur l’épaule pour montrer qu’il ne l’oublie pas.
Tout cela pour vous dire qu’à mon sens, aborder un tel sujet n’est pas de savoir s’il faut vacciner ou pas en s’appuyant sur des experts qui font leur petit commerce et aligner les témoignages de maman indignées parce qu’on joue avec la vie de leur enfant. Je pense que l’approche d’un sujet de santé public aussi important serait de poser les questions sur notre pouvoir en tant que citoyen pour imposer aux labos pharmaceutiques et au pouvoir public de proposer des vaccins qui peuvent sauver des vies tout en n’introduisant pas des agents nocifs.

Emission du dimanche 28 octobre 2018 par Philippe Bardonnaud , Vanessa Descouraux , Géraldine Hallot Anti-vaccins : le doute inoculé
Excellente émission! Félicitations.

Bravo pour cet excellent documentaire.
Une prochaine fois, il serait bien d’entendre un débat scientifique sur le fond. Entre médecins, biologistes, labos… Avec les deux opinions représentées. Dans interception ou une autre émission. Mais sans à priori préalable…
Encore merci et bravo pour la qualité de votre travail.

 

Les messages anti-vaccins

Je reste toujours étonnée qu’on ne fasse pas plus souvent appel à des personnes compétentes sur la question des vaccinations et qui soit en dehors du champ médical. Vous avez la Ligue pour la Liberté des Vaccinations et bien d’autres associations. L’objectif est la LIBERTE et non l’obligation. Personnellement je ne suis pas vaccinée, je voyage sans arrêt (sauf dans les pays où il y a encore des vaccinations obligatoires), jamais malade (bon, j’ai peut-être un bon terrain aussi que je cultive écologiquement). Je peux vous donner plein d’exemples d’accidents post-vaccinaux (dont mes deux frères… les personnes sensibilisées à ce problème font partie de familles touchées par des accidents post-vaccinaux, ne rêvons pas !). Deux livres pour vous renseigner : Pourquoi vacciner ? de Pierre-Jean Arduin, et Vaccinations, les vérités indésirables de Michel Georget. Contactez les, interrogez les et pas uniquement celles et ceux qui défendent Pasteur à tout prix, s’il vous plait, faites cet effort d’information et lisez aussi. Merci de votre écoute !

Vous ne vous posez pas la question vous les journalistes et comment faisait on avant pour certaines maladies infantiles?
Je suis étonné de votre docilité face au gouvernement qui fait exactement ce qui lui chante !
Merci d’arrêter de nous dire ce que les autres pays font. Vous n’y êtes pas allés !
Exemple de nos différences avec l’Allemagne par exemple …. Et y’en aurait très long à dire car c’est non seulement intéressant mais fait tomber tous les mensonges qu’on peut nous raconter dans les médias… j’y vais assez souvent ainsi qu’en Italie et il serait temps que les journalistes arrêtent de raconter vraiment n’importe quoi.
Pourtant les Allemands aiment beaucoup l’argent mais leurs dirigeants ne sont pas prêts à sacrifier la santé de leur peuple comme nous ici.
J’ai toujours apprécié d’écouter votre émission et j’espère continuer malgré le fait que je remarque peu à peu comme partout un début de « politiquement correct dans le sens propre du terme…

Oh ! Le reportage à passer aux étudiants en journalisme pour expliquer comment biaiser une enquête. Le postulat de votre émission: Comment ramener dans le droit chemin les personnes, influençables qui osent contester la vérité, LE dogme de la toute-puissance vaccinale? Transpirait dans chaque question et commentaire.
Vous êtes incapables sur France Inter de traiter ce sujet avec « objectivité ». Vos antis sont forcément déviants!! Il est vrai que la pub pour le vaccin contre la grippe fonctionne à plein tube sur l’antenne! Des journalistes ont publié des enquêtes totalement indépendantes sur le sujet, on ne les entend pas! Des médecins expliquant scientifiquement, preuves à l’appui, la dangerosité des vaccins…inécoutables pour les journalistes de F.Inter ? D’autres démontrant l’intérêt et l’utilité des maladies infantiles pour la mise en place du système immunitaire : introuvables ??? des médecins révélant comment le vaccin affaiblit l’immunité produite par les cellules, celle qui est la plus active : inexistants aussi??? ? Que des professeurs émérites, loués et récompensés pour leur travaux deviennent des parias dès qu’ils interrogent la toxicité de certains vaccins ne semble pas vous étonner!! Les scandales liés aux médicaments pullulent mais INTERDIT d’interroger LA vaccination!!! Vous avez entendu parler du Professeur Gherardi qui a « découvert  » la myofasciite à macrophage? Son service soigne des centaines de patients de cette terrible maladie!! quid dans votre émission!! Lorsque cet éminent professeur a publié les résultats de ses recherches (encensées) sur la cause de cette maladie, à savoir, les adjuvants aluminiques, Il a été rejeté, ostracisé, l’ANSM lui a INTERDIT de travailler sur ce sujet. Une telle injonction n’est-elle pas de nature à provoquer des suspicions fortes légitimes ?????? Votre journaliste a-t-il lu un seul livre de Sylvie Simon ? J’en doute! Et votre épidémiologiste qui ironise sur la reconnaissance par la justice de liens entre vaccins et survenue de maladie, quel lien a-t-il avec les labos? D’ailleurs il se contredit dans ses propos.
Educatrice d’enfants déficients profonds pendant 34 ans, je puis assurer que certains étaient en parfaite santé jusqu’à un vaccin fatidique. (le carnet de santé ne ment pas!).
Avant votre enquête, vous auriez dû méditer cette phrase de Marcel Proust : « Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Ils n’ont pas fait naître celles-ci, ils ne les détruisent pas, ils peuvent leur infliger les plus constants démentis sans les affaiblir. »
Il était évident que cette enquête était menée par des journalistes dont la croyance dans le dogme vaccinal était bien intériorisée.
Je me suis libérée de cette croyance inculquée dès l’enfance.
Mon positionnement anti vaccin est le résultat d’informations, d’observations, d’expériences personnelles, de lectures d’enquêtes in-dé-pen-dantes, de constats de la toute-puissance de l’industrie pharmaceutique et des conflits d’intérêts qu’elle engendre chez les politiques et responsables de santé.
La croyance n’est pas où vous pensez. Elle est davantage dans l’intouchabilité des vaccins que dans leur contestation. Cette dernière repose beaucoup sur des FAITS, incontestables eux!! Quand aurez-vous le courage de les affronter????????
Vous nous avez habitué à plus d’exigence et de neutralité dans Interception.

 

Les messages pro-vaccins

Les anti-vaccins sont l’équivalent des négationnistes à ceci près que leur « point de vue » (qui n’est justifié par aucune étude scientifique) peut tuer des gens. Comment peut-on leur donner une audience pareille? La plupart des gens écoutent les émissions une partie de l’émission seulement et vous avez laissé un espace énorme à des gens qui disent des aberrations et créent un risque. Comment France Inter peut rentrer là-dedans? C’est pathétique et dangereux. Vous feriez mieux de faire parler des gens brillants et compétents, il y en a plein! Quel est votre objectif????

D’abord, je tiens à vous remercier de la qualité de vos émissions.
Je souhaiterais savoir, pourquoi vous n’avez pas parlé en profondeur de la présence d’aluminium dans les vaccinations en tant qu’une des causes principales de la méfiance des personnes à se faire vacciner / faire vacciner leurs enfants? Car celle-ci est citée dans les articles que vous avez mis en lien avec l’émission.
Autre source de confusion, dans l’article de Reporterre, on démontre clairement le poids de l’industrie pharmaceutique (une deuxième bonne raison de se méfier des autorités sanitaires) dans les décisions de santé publique, alors que dans votre émission, vous n’évoquiez pas cette question, mais réduisez la méfiance du public à un problème de communication avec les autorités.
Il me semble qu’il y a des incohérences entre le contenu de votre émission et le contenu des informations que vous avez mises en lien. Peut-être est-ce une incompréhension de ma part.

J’ai écouté avec beaucoup d’intérêt votre émission sur les anti-vaccins, toutes fois j’ai regretté que vos journalistes ne posent jamais aux anti-vaccins la question : avez-vous vu quelqu’un mourir du tétanos ? En arc : ne reposant que sur occiput et les talons ceci dû à la contraction des muscles induits par les toxines du virus du tétanos, les mêmes toxines peuvent pour les mêmes raisons entraîner la fracture des os tibia et péroné dans la jambe voir fémur…
De même ont-ils vu un enfant atteint de poliomyélite avec les jambes, les bras, voir les mains tordues par la maladie.
Est-ce ce risque qu’ils veulent pour leurs enfants ?

J’écoute l’émission , j’ai l’impression que ces antis sont dans la toute-puissance , capable de résister à toutes les agressions virales , c’est bien faire fi de l’histoire de la médecine , des travaux de Pasteur , la grippe espagnole plus de 300000 morts en France et des millions dans le monde , la tuberculose qui fût éradiquée mais qui repointe son nez . Je dis souvent que le vaccin en a sauvé plus qu’il n’en a tué. Si un jour, moi et ma famille était infectée par un(e) non vacciné, je porterais plainte contre cette personne pour mise en danger d’autrui.

Je suis choquée de l’émission sur les vaccins. Sur une radio de service public la parole a été laissée aux opposants à la vaccination et aux méfiants, laissant planer le doute sur l’intérêt à la vaccination jusqu’au bout de l’émission.
J’attendais que l’émission se termine sur le bienfondé de la vaccination, la nécessité d’une couverture collective pour protéger les plus faibles, les immunodéprimés pour qui la vaccination est inefficace car ils ne peuvent pas fabriquer leurs défenses. Et bien non !

Le médecin complice qui signe le carnet de vaccinations devrait être poursuivi. Malheureusement, le secret des sources le protège. Choquant et scandaleux. Mais, est-ce que ce témoignage renforce le camp des anti-vaccins ? Par ailleurs, fallait-il citer Google alors que nous avons en France un moteur de recherche très performant qui s’appelle Qwant. Pourquoi cette publicité gratuite pour Google qui nous traque alors que Qwant ne le fait pas. Merci d’éviter ce genre de dérapage.

Mais que fait ce docteur Dupagne sur France Inter? Anti vaccin en plus de tout le reste… ce médecin est une honte pour la profession.

Quelle honte cette tricherie sur le carnet de santé sur la déclaration de vaccins non faits dans la réalité! ! Cela nuit aux autres enfants scolarisés en même temps ! Scandaleux et manque de responsabilité des parents et du soi-disant médecin tricheur.

Le témoignage de personnes interviewées est scandaleux! Quand on a des enfants non vaccinés on les garde chez soi, on ne fait pas courir de risque aux autres comme à cette maman enceinte! Si un de leur enfant décédait suite à leur inconscience, ils changeraient peut-être d’avis. Voilà comment des maladies disparues, refont surface!! Quel égoïsme vis à vis des autres!!

J’écoute l’émission interception sur les vaccins…
Je n’en reviens pas … ces parents sont largement irresponsables et ce qu’ils expriment est incroyable…
Fausses déclarations de médecins, risque pour l’entourage et pour les enfants qui sont scolarisés.

Je suis étonnée des propos de ces parents qui utilisent de faux certificats de vaccination qui parlent de cohésion familiale quand leurs enfants sont malades
Juste une réaction d’auditrice
Émissions superbes
Merci merci

J’écoute cette famille de 4 enfants qui prône la logique anti vaccin et je souhaite passer le message suivant: suite à une leucémie et ayant bénéficié d’une greffe de moelle osseuse, je reste immunodéprimée et la conduite de ces personnes me met en danger chaque jour. J’ai moi aussi 4 enfants qui ont la chance aujourd’hui de m’avoir encore à leurs côtés. Comment expliquer à ces gens la responsabilité de chacun par rapport aux autres ?

Je n’en peux plus d’écouter ce couple d’abrutis anti vaccins, leurs arguments sont anti scientifiques, ils se moquent des autres. Il faut renforcer les contrôles des carnets de vaccination des crèches et les écoles. Comment une assistante maternelle peut-elle accepter un enfant non vacciné. Vive la ministre Agnès Buzin qui remet les pendules à l’heure.