La mesure d’audience : comment ça marche ?

Pixabay

Radio France réalise une saison record avec un nombre d’auditeurs jamais égalé, mais comment se mesurent ses audiences ?

La mesure de l’audience est le nerf de la guerre pour créer un marché et des débouchés économiques à un média. Depuis longtemps, la radio dispose d’outils fiables. Sur le digital, les indicateurs sont désormais multiples, qu’ils soient déclaratifs ou liés à des mesures de trafic. Deux d’entre eux sont particulièrement observés : les données de Médiamétrie et ACPM sont les plus utilisés par les stations.

A réécouter Emmanuelle Henry, directrice des études de Radio France, au micro du médiateur

 

La 126 000 et Panel Radio : « le déclaratif »

L’institut dispose, depuis longtemps, d’outils de recueil de l’audience mis en place en accord avec le marché des éditeurs et publicitaires.
La 126 000 Radio et le Panel Radio, basés sur du déclaratif, prennent en compte depuis longtemps l’audience de la radio sur le digital, et plusieurs études ont été mises en place pour analyser précisément cette audience.

Ces études révèlent que 26 millions d’internautes de 15 ans et plus écoutent la radio par internet tous les mois et 6,6 millions d’individus de 13 ans et plus écoutent la radio sur des supports numériques chaque jour (Audience Cumulée).  « Plus de la moitié de cette audience quotidienne se fait sur le smartphone, soit 3,5 millions, ce qui correspond bien à l’intérêt du média radio particulièrement compatible en mobilité. En revanche, nous constatons que l’usage sur la tablette ne s’est pas imposé« , souligne Julie Terrade, directrice du pôle national du département radio chez Médiamétrie. « S’il y a une stagnation sur les dernières vagues de cette audience digitale, liée à un tassement global du média radio, la durée d’écoute augmente à 2h15/jour, et la contribution de ces supports numériques dans le volume d’écoute global de la radio dépasse aujourd’hui les 12%. » L’écoute en direct de la radio domine largement l’écoute en différé, même si 1,7 million d’auditeurs écoutent quotidiennement des programmes en replay.

L’évolution de la mesure d’audience de Médiamétrie, annoncée pour la rentrée 2019 si le comité radio valide bien en février 2019, devrait proposer de nouvelles données. En effet, le recueil automatique avec la technologie du « watermarking » permettra de différencier l’audience des flux FM et des flux web, mais aussi le replay. « On sait que cela va ouvrir des perspectives supplémentaires« , prévoit déjà Julie Terrade.

 

La boite à outils de l'audience digitale

 

Comment le trafic est-il mesuré ?

Médiamétrie développe des outils de mesures de trafic pour internet, sous le nom d’eStat. Pour les radios, deux solutions sont utilisées depuis plusieurs années : eStat’Streaming qui mesure le trafic de streams audio/vidéo et eStat’Podcast qui dénombre les téléchargements de podcasts. Il s’agit de mesures propriétaires qui ne sont délivrées qu’aux clients qui souscrivent. Cinq groupes de radios sont mesurés. « Le marché évolue avec les assistants vocaux, nous suivons de près ces nouveaux usages afin d’adapter au mieux nos outils », souligne Rodolphe Despres, responsable études et clientèle chez Médiamétrie/NetRatings.

« Plus de la moitié de cette audience quotidienne se fait sur le smartphone, soit 3,5 millions »

 

L’ACPM délivre une audience certifiée

L’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM, ex-OJD) publie de nombreux indicateurs pour les médias, dont celui des radios digitales. L’ACPM, dans son rôle de contrôleur de la diffusion des médias, certifie depuis 2013 la diffusion des radios digitales sur internet. Le contrôle de l’ACPM se base directement sur les flux de streaming du diffuseur. Les chiffres publiés sont le reflet de la diffusion globale d’une radio sur le web, tous types de diffusion numérique confondus (smartphone, PC, tablette, TV connectée, box internet, transistor numérique, autoradio connecté, agrégateurs de flux, etc.).
Les indicateurs contrôlés :
• Écoutes actives Monde (ou Sessions d’Écoutes actives Monde) : Nombre d’Écoutes totales d’une radio sur internet, ouvertes depuis 30 secondes ou plus, tous lieux de connexion (France + Étranger), quel que soit le terminal utilisé ;
• Écoutes actives France (ou Sessions d’Écoutes actives France) : Nombre d’Écoutes d’une radio sur internet, ouvertes depuis 30 secondes ou plus, uniquement depuis la France et DOM-TOM, quel que soit le terminal utilisé ;
• Durée d’Écoute totale : Nombre d’heures totales d’écoute, dans le cadre d’Écoutes actives, tous lieux de connexion (France + Étranger) et quel que soit le terminal utilisé ;
• Durée d’Écoute moyenne : Durée moyenne d’Écoute d’une radio digitale par session d’Écoute active.
source : la Lettre Pro