« Peut-on encore aimer le football ? »

Pixabay / Éditions Le Rocher

C’est parti ! Le monde tournera autour du ballon rond pendant un mois à partir d’aujourd’hui. Les auditeurs sont souvent agacés par l’« hypermédiatisation » de ce sport. Dans son livre « Peut-on encore aimer le football ? », Robert Redeker s’intéresse au rôle philosophique et politique du football.

Ce sport est aujourd’hui omniprésent dans nos vies : dans les médias, dans la rue, dans nos conversations. Les joueurs sont devenus des stars, les matchs sont devenus des spectacles. Quand on parle de football, on parle d’argent. Robert Redeker voit le foot comme une fable du monde moderne : un sport à l’image de son temps. L’équipe n’est plus reine, mais le joueur est roi… L’idée du collectif est de plus en plus effacée.

Les chaînes du groupe Radio France se mettent à l’heure du football à l’occasion de la Coupe du Monde de Football 2018, qui se tiendra du jeudi 14 juin au dimanche 15 juillet en Russie avec plus de 60 heures de programmes. Retrouvez le dispositif antennes ICI.

De plus en plus de football. De plus en plus, jusqu’à la nausée. De plus en plus, comme à l’infini : notre temps disponible, notre temps hors travail, hors obligation sociale, saturé, occupé par le spectacle du football. Est-il une évasion, cependant, ce spectacle ? Une escapade, comme l’est le théâtre classique ou l’opéra, hors du monde de la quotidienneté plus ou moins aliénée, plus ou moins inauthentique ? L’invasion permet-elle l’évasion ? Souvenons-nous d’un propos de Paul Valéry : « la vie moderne (…) remplace l’imagination par les images ». Aujourd’hui, le meurtre est accompli. Le monde est rempli d’images de football. Les coeurs et les cerveaux, les espoirs et les passions, les esprits et les âmes, le sont également. Le football a installé sa demeure au centre de la vie moderne. Faites-nous rêver, demande-t-on souvent à une équipe de football ! Dès que nous posons la question du contenu de ce rêve, la consternation nous saisit. À quoi pourriez-vous nous faire rêver, vous les joueurs ? Vous les équipes ? Tenter de répondre à cette question provoque un malaise : le rêve que le football serait censé offrir est sans contenu. Vide. À quoi servent-elles, ces images ? Où conduisent-elles ?

Robert Redeker était l’invité d’Alain Finkielkraut dans l’émission Répliques sur France Culture en septembre 2017 pour aborder le thème du football.

Agrégé de Philosophie, Robert Redeker est l’auteur de nombreux livres. Il collabore également à plusieurs revues et journaux. Il a publié dernièrement Le soldat impossible (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Bienheureuse vieillesse (Le Rocher, 2015), L’école fantôme (Desclée de Brouwer, 2016) et L’éclipse de la mort (Le Rocher, 2017). Il s’emploie également à la photographie et à la critique littéraire.

Peut-on encore aimer le football ?, Robert Redeker, Éditions Le Rocher

Le médiateur des antennes de Radio France est très souvent interpellé par les auditeurs sur le football. Il a donc plusieurs fois eu l’occasion de l’aborder dans ses chroniques ou dans des articles :

Trop de sport ? Mais pas assez de sport féminin sur Franceinfo ?

Trop de foot. Et alors ?

Supporter un mois de foot…

Trop de sport à l’antenne ?