« A LA VIE A LA MORT » Laure Adler Vendredi 5 Décembre 2015

Nicolas DEMEY 05/12/2015 15:25 France Inter

 

Bonjour,
Je suis très choqué ! Depuis les dizaines d'années que j'écoute France Inter, c'est la première fois que je décide d'exprimer mon exaspération et mon sentiment d'avoir été manipulé.
Les mots de présentation de l'émission de Laure Adler aujourd'hui m'ont retenu sur France Inter après l'écoute des informations de 13h. L'animatrice est un personnage quasi public, très expérimenté, à une heure d'écoute élevée qui représente un haut potentiel d'influence sur les auditeurs.
Or, sur un sujet d'actualité et qui divise les français depuis longtemps, alors que le titre de l'émission semblait équilibré, le contenu présenté par les deux invités sous l'animation de Laure Adler a progressivement et subrepticement évolué vers une condamnation de la loi Leonetti et de ses mises en pratique ici ou là, et à un plaidoyer argumenté univoquement en faveur de l'euthanasie. On a même été jusqu'à banaliser, voire légitimer, l'euthanasie telle que pratiquée par les intervenants sur leurs proches !!! On en était à l'apologie de l'illégal. Et Laure Adler a renchéri jusqu'au bout !!!
Je suis en grande colère. Non pas que je sois opposé nécessairement à l'euthanasie (soumise à conditions, comme disent les pubs !), mais je n'admet pas qu'on donne les parures quasi mensongères d'une information à ce qui n'était qu'une présentation partiale, sans mise en débat ni annonce d'un débat quelconque, sans expression d'un recul quelconque. Honte au professionnalisme de Laure Adler. 
J'ai reçu cette émission comme une manipulation de l'auditeur que je suis. Je précise que je suis un simple citoyen, n'ayant ni expérience ni pratique d'aucune sorte ni dans la médecine ou le para-médical, ni dans l'univers des soins palliatifs. 
Je souhaite que ce mot d'exaspération ne soit pas enterré, pour ne pas dire euthanasié (!), mais qu'il reçoive des soins palliatifs attentifs de la part de vos équipes rédactionnelles.
Merci.
PS : bien sûr, je vais m'assurer que ce message soit transmis à des professionnels et associations de bénévoles de soins palliatifs, ainsi qu'au Comité d'Ethique, en les invitant à requérir de Laure Adler une émission corrective de débat plus honnète et équilibré sur ce sujet.