A Rennes une manipulation en cache une autre

Didier EUGENE 19/05/2016 13:38 France Inter

Bonjour
Je me permets de contester la manière dont l'émission de Sonia Devillers a présenté le rôle de la presse régionale et singulièrement celui d'Ouest-France face aux débordements de violence à Nantes et à Rennes. Déjà hier, dans la matinale de Patrick Cohen, un auditeur avait pu affirmer en direct sans être contredit que le journal régional exagérait les dégâts à rennes - "trois ou quatre vitrines brisées..." Je vous invite à lire la dernière information ci-jointe pour comprendre la réalité de la situation, d'une gravité qui n'a pas été connue à Rennes depuis les violences des nervis de Citroën il y a plus de trente ans. Ceux qui accusent la presse de manipuler l'opinion sont ceux qui tentent de la manipuler et de diriger la pression sur les journalistes désormais fréquemment insultés, agressés, rejetés dans leur travail de terrain un peu partout.
Cordialement mais attention aux délires en studio.

Sur le site O-F il y a quelques minutes
Rennes. Tentative de sabotage du métro ce matin: 19 arrestations
Rennes - Modifié le 19/05/2016 à 09:47 | Publié le 19/05/2016 à 09:21
écouter

Des casseurs ont tenté de saboter le fonctionnement du métro de Rennes, jeudi matin, en s’attaquant à 6 stations. Cagoulés, ils ont été arrêtés en flagrant délit.

Dix-neuf casseurs cagoulés ont été interpellés ce jeudi matin à 6 h par les services de police dans six stations du métro Rennes.

Ils ont été arrêtés en flagrant délit en train de dégrader des bornes d'accès. Six stations périphériques ont été visées, dont Anatole-France, Poterie et Villejean.

Gardes à vue
Les casseurs, qui voulaient faire un blocage économique, ont été filmés par les caméras de surveillance avant que la police intervienne.

Ils ont tous été placés en garde à vue. La police judiciaire a été saisie de l'enquête. Le parquet de Rennes communiquera dans l'après-midi.

Des chaises lancées en mars
Le 29 mars, des chaises avaient été lancées sur les voies du métro provoquant l'arrêt des rames et une grosse frayeur pour les usagers.