« Affaire » Baupin

Franck Resplandy 13/05/2016 15:10 France Inter

Bonjour,

Entendu les justifications laborieuses de la rédaction ce matin à votre antenne... et toujours pas convaincu par cette opération médiatique, je crois, déshonorante.

Soit, D. Baupin a eu des comportements déplacés, qu'on peut certainement qualifier de harcèlement sexuel, MAIS, que je sache, les victimes autoproclamées ne sont pas des filles de ferme, et M. Baupin n'est pas un dictateur auquel on ne pourrait rien refuser. J'ai pu m'assurer sur Wikipedia que toutes ces femmes ont un excellent niveau, qu'elles ont un pouvoir ni plus ni moins grand que celui de leur "bourreau" au sein d'EELV, bref, qu'elles sont ses égales. A ce titre, ce problème de harcèlement pouvait se résoudre d'homme à homme (ou plutôt ici "d'homme à femme"...), par une discussion franche ou une bonne paire de claques... A défaut, par un signalement aux autres responsables du parti, avec menace de plainte en justice. Au lieu de quoi ces femmes, d'un mouvement "spontané", ont préféré porter l'affaire devant les médias. La question est: pourquoi?
Deux raisons:
- un règlement de compte interne chez EELV, où la ligne Cosse/Baupin n'est plus en grâce. Ces luttes groupusculaires n'ont rien de bien neuf chez les écologistes.
- une belle occasion de faire de l'audience et du buzz au Monde et à France Inter ("Baupin: le DSK écolo!"), avec l'alibi commode de cette cause noble entre toutes des "violences faites aux femmes".
Le résultat est un lynchage médiatique où un homme, certes pas parfait (et dont je n'apprécie pas spécialement les convictions) se voit brusquement résumer à une image de gros porc abuseur de femmes... Pour rappel, ce monsieur est l'artisan à Paris, des couloirs de bus, du Vélib, du tramway, cad d'une baisse sensible de la pollution liée au trafic automobile. Je ne crois pas que ce soit rien, et cela mériterait un peu plus de considération! Encore une fois, je vois mal comment France Inter peut justifier cette action de mise à mort, ou pire s'en enorgueillir. Et tout cela, rappelons-le, dans l'irrespect le plus total de la présomption d'innocence.
Une bien belle dégueulasserie, en vérité.

Permettez-moi de vous dire que je trouve votre message ignoble, pour ne pas dire macho… D’abord, Cyril Graziani, auteur de l’enquête sur les comportements de Denis Baupin (invité du Rendez-vous du médiateur sur France Inter), a parfaitement bien expliqué les longues semaines d’enquête, sans rapport avec une quelconque instrumentalisation. Ensuite, concernant les victimes, votre réaction me fait penser à celle de ces machos qui estiment qu’une femme violée l’a certainement bien cherché. Diplômée ou pas, une femme « salie » par les paroles, les gestes ou les violences d’un homme ne parvient souvent pas à surmonter le traumatisme et à en parler immédiatement. Quant à un homme politique, il peut avoir des facultés intellectuelles exceptionnelles, comme DSK, et des attitudes humaines méprisables. Cette affaire Baupin aura peut-être enfin le mérite, grâce aux médias, de sortir de cette omerta qui cache les nombreux actes machistes d’hommes politiques.

Partager sur...