Les affiches de prévention contre le SIDA

Geneviève Martin 23/11/2016 13:19 France Culture

Bonjour,
Après avoir écouté quelqu'un parlé des affiches de prévention contre le SIDA ce matin sur l'antenne de France Culture, après en avoir entendu d'autres sur d'autres antennes, j'ai vraiment besoin de m'exprimer sur le sujet.
Plusieurs remarques me viennent à l'esprit. La première, c'est que quand on "met" de belles femmes dans des salons pour vendre des voitures, quand on les affiches en petites tenues pour vendre n'importe quoi, ça ne choque personne. Quand un enfant voit ces images, il s'habitue à considérer la femme comme quelque chose de beau très efficace à des fins commerciales. D'autant que pour l'enfant, c'est une image (voire une vidéo), ça se lit facilement. Donc, pour ces gens qui s'offusquent de ces affiches, j'en déduis que c'est moins grave d'inculquer à l'enfant que la femme est un outil de vente commerciale que de que lui faire comprendre qu'un homme aimer un autre homme. Ca me fait bondir.
Autre remarque. Soit un jeune ados -10 à 12 ans - qui commence à se relever homosexuel. En voyant ces affiches, au lieu de refouler, il peut se dire que ce qu'il éprouve est différent de la majorité mais n'est pas anormal. Si les adultes qui l'entourent polémiquent autour des affiches, je crains beaucoup de dégâts.

A mon sens, ces affiches, hors le fait qu'elles interpellent sur un sujet de santé publique, aident la population à intégrer le fait qu'il y ait des gens qui ont d'autres préférences sexuelles. Je m'explique. Moi aussi j'ai été choquée la première fois que j'ai vu ces affiches, le temps de me reprendre parce que je n'ai pas l'habitude de voir des homosexuels. J'en connais, mais je vois très très rarement des gestes affectueux entre eux. Plus j'en verrai, moins je serai surprise de le voir. Un peu comme les personnes en fauteuil. J'étais dans une ville où il y en avait peu et j'ai emménagé dans une ville où il y en avait beaucoup du fait d'une résidence adaptée dans les environs. Au début, je voyais chaque fauteuil que je croisais dans la rue, faute d'habitude. Maintenant, je ne les remarque que si je connais la personne qui est assise dedans.

Il y aurait probablement d'autres choses à dire mais pour moi, cette polémique contre ces affiches fait montre d'une régression de la société française et semble vouloir dire qu'il vaut mieux laisser le SIDA progresser que de lutter contre. Donc, laissons ces affiches faire leur boulot.

Sincèrement.

Geneviève Martin