Ali Rebeihi Grand Bien vous fasse : promotion décomplexée et sans contradiction de la charlatanerie

Benoit Malherbe 18/09/2017 12:44 France Inter

Monsieur le Médiateur,

Je suis à l'écoute ce jour 18 septembre 2017 du programme d'Ali Rebeihei, "Grand bien vous fasse". L'émission tourne à la promotion sans contradiction des médecines autrefois dites alternatives et appelées maintenant "complémentaires". Sous couvert de complémentarité l'émission fait une promotion de "médecines" telles que l'acupuncture, la sophrologie, l'hypnose sans aucune précaution de la part des intervenants (dont deux sont médecins dont une "professeure de médecine") sans préciser aucunement que - au moins l'acupuncture - fait l'objet de très sérieuses réserves de la part des autorités médicales.
Le problème de l'émission est d'ailleurs que son fil rouge est la critique lancinante de la médecine moderne, allopathique, traditionnelle, (méchante ?) sans qu'un représentant de l'académie de médecine ou de l'Ordre ne soit présent ou au moins n'ai pu donner un avis par le biais d'une interview diffusée.
Le summum étant atteint avec l'appel d'un magnétiseur promouvant à l'antenne son art en stigmatisant notre pays qui selon ses dires serait considéré par les gourous indiens comme un pays arriéré par comparaison avec ce qui se passerait selon lui en Allemagne ou aux Etats-Unis (apparemment ce Monsieur n'a jamais entendu parler de la FDA ou de l'EMA !).
Le tournant pris par l'émission est d'autant plus grave qu'interviennent par téléphone des personnes disant être atteintes de cancer et avoir recours à ces médecines à titre complémentaire et en vantant l'efficacité.

Si j'ai bien entendu (j'ai aussi vaqué à d'autres occupations) un auditeur a téléphoné pour parler de Reiki, or, cette médecine orientale fait l'objet d'avis assez définitifs sur son efficacité dont votre journaliste aurait pu avoir connaissance par une recherche de 10 s. sur wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Reiki). Pas besoin d'une carte de presse.
La manière dont est orientée l'émission est problématique parce qu'elle induit éventuellement chez les patients atteints de maladies graves en l'absence de contradiction sérieuse que :
- ces "médecines" ont une efficacité alors que celle-ci est contestée par les autorités médicales et les organismes de régulation. Au mieux leur reconnaît-on généralement un effet placebo ce qui n'est pas rien mais n'est certainement pas une démonstration d'efficacité ;
- un charlatan manifeste (le magnétiseur) s'est exprimé longuement par téléphone sans contradiction ni du journaliste ni de ses invités "médecins" qui par par leur absence de réaction le légitiment lui et ses "confrères".
- les patamédecines (pour reprendre l'expression de H. Broch) sont la porte d'entrée béante par laquelle s'engagent les charlatans, gourous et autres escrocs sans scrupules pour profiter de la détresse de gens malades et parfois à l'article de la mort donc désespérés et vulnérables ;
- France Inter participe à la mise sur le même plan de la connaissance rationnelle et de la croyance qui aboutit actuellement à l'hystérie anti-vaccins dont Michel Cymes qui oeuvre (je crois) sur vos antennes se plaint beaucoup à juste titre.

Pour conclure, je prends le temps de vous écrire car France Inter et les autres radios de Radio France sont mon média préféré et je suis attristé d'entendre sur votre antenne un débat mené d'une manière digne de NRJ 12.

En espérant susciter une réaction de la part de la station,

Je vous prie d'agréer Monsieur le Médiateur l'expression de ma parfaite considération.

B. Malherbe

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr

Partager sur...