blacklister un parti aux régionales et ne pas le traiter équitablement, est-ce respecter le pluralisme ?

Aimée Ouvaton 03/12/2015 21:32 Radio France

Bonjour,

Je suis scandalisée que le service public, qui a des obligations fixée par sa tutelle, s'en affranchisse et refuse la parole à un candidat qui y a droit. Marine Le Pen, qui soit disant représente la Mal absolu, est tous les jours à pérorer ans un média et quand elle ne l'est pas, on parle d'elle. Peu importe ce que l'on pense de ce parti, l'UPR, et de celui qui l'a fondé, François Asselineau, la question n'est pas là : je voudrais juste que PUBLIQUEMENT, vous apportiez une réponse à ce que je ne suis pas la seule à trouver indigne du service public audiovisuel. Mais que fait le CSA ? trop facile d'intervenir a posteriori !

Merci beaucoup pour votre réponse.

Aimée

Soyez assuré que nous respectons l’équité du temps de parole édictée par le CSA et expliquée ICI. L’équité est calculée en fonction de la représentativité des partis ou des candidats.

Partager sur...