casseurs

Christelle BRUN 06/05/2016 12:29 France Inter

bonjour

je suis à chaque fois déçue de la façon dont les manifestations consacrées à la loi travail son traitées : vous ne manquez jamais de vous attarder sur les méfaits perpétrés par les casseurs lors de ces événements*
Mais de quoi parle-t-on ?
d'un mouvement citoyen ? si peu
des interrogations des manifestants ? si peu
de ce que peu à peu, en balbutiant, le mouvement nuit debout essaie de faire émerger ? à peine
mais bien plus des dégradations
alors quoi ? c'est attendu ! ils sont là chaque fois qu'un mouvement citoyen cherche à se construire
quel intérêt éditorial ?
alors quoi de nouveau ?
quoi d'important dans ces individus qui n'expriment rien mais profitent de l'écho médiatique qu'ils ne manqueront pas d'avoir et... qu'ils ont grâce à vous ?
quelle aubaine : il suffit de casser pour faire parler de soi
et si l'on taisait leurs exactions pour voir ?
car à quoi sert de tout casser si personne n'en parle
et si vous essayiez ?

Je vous trouve quelque peu injuste. Il serait grave que nous n’évoquions pas les casseurs, ce qui, pour des journalistes, reviendrait à une forme d’autocensure. Les journalistes évoquent les événements quels qu’ils soient. Quant à Nuit debout, le sujet est très régulièrement abordé. Je pense que vous réagissez d’une manière un peu militante; exactement comme d’autres auditeurs qui m’écrivent, mais, cette fois, pour estimer que nous parlons trop de Nuit debout en « grossissant » l’événement. Je l’ai déjà dit, beaucoup d’auditeurs écoutent – et c’est leur droit – avec des oreilles militantes, mais cela altère bien souvent leur jugement par rapport aux reportages ou aux invités. Notre rôle est d’informer, non de soutenir tel ou tel mouvement…

Partager sur...