ce matin : Didier Couturier

Olivier Estran 14/09/2015 11:29 France Culture

Bonjour,

Monsieur Couturier peut être ordolibéral, néolibéral, néoconservateur, mais pitié sur France Culture ne pas être un "désinformateur" et faire de ce fait de la désinformation par idéologie et idôlatrie.

Ce matin ce fut encore hélas le cas à plusieurs reprises, dont sur l'agriculture allemande. C'est intolérable ! Par dérogations, le SMIC allemand (8,50 €/H brut) n'est pas appliqué dans l'agriculture et nombre de secteurs d'activités. Les salaires horaires sont dans l'agriculture allemande entre 20 et 30% inférieurs à ceux pratiqués en France.

Pour information aussi suite à vos propos : Les délocalisations dans et ou les coopérations avec le sud de la Méditerranée deviennent difficiles, en matière commerciale les contrats comportent des clauses de livraison, de qualité par exemples, et avec l'instabilité c'est difficile et ça se fait pour des raisons de coopération.

Autre point, la RC des Dirigeants pourrait être engagée en cas d'acte terroriste sur un salarié dans un pays étranger connu pour être instable, c'est donc plus complexe.... donc arrêtons de prendre les entrepreneurs français pour des idiots !!!...Avez-vous entendu parler de KR ?

Oui ce pays, l'allemagne, pratique le dumping social et instaure en Europe un climat de guerre économique qui devient intolérable. Voulez vous aussi que les entreprises françaises pratiquent la fausse information sur l'origine des produits ? Comme l'allemagne avec les panneaux solaires (ce n'est plus un secret) ? C'est quoi le label "German quality" ? Produits fabriqués en Asie, Amérique Latine, Europe de l'Est et revendus par des distributeurs allemands qui se font passer pour des industriels! (Pour les panneaux, les entreprise ont des RC négociant!!!!.... interdit en France suite aux sinistres des sous vêtements féminins et des couettes!) 

Et SVP Monsieur Couturier, arrêtez ce "french bashing" quotidien, sincèrement quand il s'appuie régulièrement sur des énormités vous perdez votre crédibilité et c'est pénible pour les auditeurs.