Chronique du 1er mai sur Mouv’ de Jean-Pascal Zadi

Stéphan Touati 09/05/2018 14:53 Mouv

Monsieur,
Je me permets de vous écrire à la suite d’une chronique de Jean-Pascal Zadi sous la forme d’une vidéo datée du 01/05/2018 et intitulée « Le nouvel antisémitisme : fantasme ou réalité ? ». Cette vidéo est disponible à la fois sur la chaîne YouTube de Mouv’ (https://youtube.com/watch?v=lppiqZpw1hc) et sur la page facebook de la radio (https://www.facebook.com/MouvRadio/videos/10155587455415698/). Je vous sollicite afin d’attirer votre attention sur la forme et le fond de cette chronique qui semblent contestables. Sur la forme dans un premier temps, l’intitulé global de la chronique vient évoquer exclusivement la première partie de la vidéo (de 0 min 28s à 1min 42s) sur une durée globale de 5min 08s, cela prêtant ainsi à confusion (on s’attend ainsi à avoir une chronique consacrée dans son ensemble à cette problématique). La durée de cette partie- relativement courte -pourrait aussi laisser le spectateur circonspect devant la complexité d’un tel sujet. Enfin le choix d’une discussion à « bâtons rompus » sans réelle médiation et entrecoupée de rires paraît aussi contestable- qui plus est sur une thématique semblant requérir un débat contradictoire et sérieux.
Concernant le fond dans un second temps, on peut s’interroger sur la precision que semble constituer l’origine juive de la première intervenante. Est ce une caution morale pour ce qu’elle évoque ensuite ? Par ailleurs celle-ci- après avoir évoqué par une interrogation négative (« je n’ai aucun problème avec les juifs »)- vient préciser que les dernières tribunes sur l’antisémitisme positionnerait le racisme anti-juif au dessus des autres formes de racisme. Cette position nécessite-t-elle une telle introduction ? Aussi, il incomberait certainement au médiateur de préciser que toutes les formes de racisme sont répréhensibles et punies par la loi et que ces tribunes - pour certaines critiquables en pointant l’origine religieuse d’un groupe de personnes dans la responsabilité de l’antisémitisme - s’inscrivent dans une actualité semi récente, où le racisme à l’égard des juifs en France s’est exprimé avec une violence particulièrement intense (http://lemonde.fr/societe/article/2018/03/21/moins-de-racisme-en-france-mais-autant-de-prejuges_5274472_3224.html).
Par ailleurs, j’ai été aussi interpellé par le deuxième interlocuteur de Jean Pascal Zadi. Lorsqu’il répond à une question sur la possibilité pour un « feuj »- pour reprendre le terme employé par le chroniqueur - de « rentrer dans le hood » (quartier), il évoque « les feujs», semblant ainsi dresser des traits communs à l’ensemble d’un groupe d’individus, dans des termes peu amènes.
En précisant « Ils ont même construits un gymnase que pour eux », on est tenté de s’interroger sur les intentions qu’ils prêtent à ses concitoyens - et voisins - de confession israélite (communautarisme ? )
Et de continuer en précisant qu’ « ils traînent que la bas ». Lorsque le chroniqueur demande - ou plutôt affirme à demi mots - « Et ils sont pas mélangés... », la réponse se veut unanime de la part des trois personnes interviewées :
« Ils veulent pas ». Evoquent-ils le repli identitaire dans une certaine frange de la population juive en France ? Le chroniqueur oublierait-il de préciser que l’ensemble des juifs en France n’est pas enferré dans une logique communautariste ?(http://www.iris-france.org/90379-les-juifs-les-musulmans-et-la-republique-4-questions-a-michel-wieviorka-et-farhad-khosrokhavar/)

En somme, cette chronique sur un média émanant de radio France ne semble pas laisser place à un débat équilibré et semble peu digne du service public.
Dans l’attente d’une réponse de votre part, je vous prie de recevoir, Monsieur le médiateur de Radio France, l’expression de mes salutations distinguées.

Stéphan Touati

Le directeur de la chaîne vous répond :

Bonjour

 

Je vous remercie pour votre message.

Le principe des « bayezer de JP » est d’avoir une discussion à bâton rompu dans les quartiers sur les sujets d’actualité de la semaine plus ou moins légers « On parle de tout partout « .

Le traitement avec une seule accroche en une est utilisée pour toutes les pastilles (plus de 20 à cette date ) .
Par ailleurs, les intervenants se présentent et n’ont pas objet à représenter personne hormis eux mêmes.

C’est évident que certains sujets méritent un développement et un débat beaucoup plus conséquent.

Nous consacrons tous les soirs une heure pendant debattle à des sujets d’actualité et j’encourage l’auditeur à écouter

http://www.mouv.fr/emissions/debattle/debattle-la-france-a-t-elle-un-probl-me-avec-les-musulmans-et-les-juifs

 

Cette émission permet l’expression, l’approfondissement et le débat et est complémentaire en ce sens des sujets vidéos qui ne sont qu’un format très court

 

Merci pour votre retour

Partager sur...