Chronique de Dominique Seux du 8 novembre 2017

Sylvain Salvati 13/11/2017 14:39 France Inter

Bonjour,

je vous contacte parce que j'ai été choqué par les propos suivants de Dominique Seux sur France Inter mercredi dernier :
"Alors, évidemment, si on était caustique, on s’étonnerait que les milliers d’enseignants-chercheurs de nos grandes universités scientifiques n’aient pas eu l’idée de lancer des formations en développement informatique. Bon. En réalité, le système éducatif public est par nature plus lourd à bouger. Pourquoi n'est-il pas sur ce créneau informatique ?"
Contrairement à ce que Dominique Seux dit, il existe de nombreuses formations en informatique dans les universités françaises. Les premières ont été ouvertes il y a plus de 50 ans. Les propos de Dominique Seux sont ainsi complètement faux et ne lassent pas de m'interroger sur sa déontologie journalistique. La moindre recherche sur internet à propos de l'informatique et des universités lui aurait permis de vérifier que l'université, que ce soit en DUT, IUT, Licence ou Master propose de nombreuses formations en informatique qui forment chaque année des millier d'étudiants. Sa chronique dénigre délibérément l'université, les enseignants-chercheurs et plus généralement le service public. Elle est dans le meilleur cas basée sur des préjugés caricaturaux indignes d'un journaliste.
Je suis professeur en informatique à l'université de Lille et je puis vous assurer que ces paroles on suscité pas mal d'émois parmi mes collègues. Loin de cette vision véhiculée par Dominique Seux, l'université française est loin d'être poussiéreuse et figée, elle est dynamique, elle s'adapte, accompagne, voire suscite, sans cesse et avec peu de moyens les évolutions de la société. On peut légitimement se demander ce qui motive des propos si éloignés de la réalité : Dominique Seux a-t-il des intérêts liés à l'école 42 ou au groupe de Xavier Niel, se fait-il le relais d'une propagande idéologique contre l'université et le service public ? En tout cas, sa chronique, c'est certain, participe à la désinformation de nos concitoyens et ne mérite pas d'être diffusée sur un média généralement aussi sérieux que France Inter.

Bien cordialement,

Sylvain Salvati.

Nous sommes désolés, mais nous attendons toujours une réponse de France Inter à qui nous avons transmis votre message.

Partager sur...