De la bienveillance en politique

Christophe Blanc 15/06/2017 14:50 France Inter

Aujourd'hui, dans le journal de 13h de France Inter, à propos d'un débat entre la socialiste Delphine Batho et la candidate En Marche qui lui est opposée dans sa circonscription, le journaliste a fait remarquer que la candidate représentant la République en Marche avait commis l'erreur d'une novice en politique en énumérant les qualités de Delphine Batho et en la complimentant sur sa réputation. Le journaliste a cru bon interpréter cela comme l'erreur d'une débutante, sous prétexte que dans un débat politique, ajoute le journaliste, l'une des règles essentielles est de ne jamais énoncer les qualités d'un adversaire. Il me semble que, précisément, ce qui change avec la République en Marche, c'est l'insistance voulue sur la "bienveillance". Pas de punchline pour démolir l'opposant, pas d'ironie, le respect de l'adversaire. En un mot, LA BIENVEILLANCE. L'analyse de votre journaliste me parait biaisée, personnellement méconnaître ce changement dans la manière de faire de la politique voulue par le parti d'Emmanuel Macron. Ce qui est présenté comme une erreur de novice me paraît plutôt comme une manière de vouloir faire de la politique "autrement", dans la bienveillance, le respect, la gentillesse (mot désuet en politique?) et non dans l'invective, l'ironie, les éléments de langage, la méchanceté... Je tenais à vous faire savoir ma différence d'analyse...

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr

Partager sur...