De quoi l’usage du prénom est-il le nom ?

Sylvie L. 01/12/2016 10:50 France Culture

Cher Médiateur,
Pourriez-vous m’éclairer quant à la raison pour laquelle un nombre important d’intervenants (journalistes, invités, etc…) sur FC (ce matin « Jean-Pierre » et « Guillaume » vous l’aurez compris Jean-Pierre Filiu et Guillaume Erner….), et sur d’autres stations de Radio France, appelle Mr Bashar al-Assad par son prénom « Bashar » ? Je m’interroge sur cet usage qui relève de la familiarité, tout particulièrement vis-à-vis d’une personnalité politique aussi contestée (cet usage du prénom suggère aussi que l’on pourrait tutoyer cette personnalité si d’aventure ou avait l’occasion de l’interviewer).
Une comparaison vient très vite à l’esprit : certaines femmes politiques françaises sont logées à la même enseigne, et de nombreux auditeurs l’ont déjà signalé : on parle de Ségolène mais pas de « François » ou de « Nicolas ». Cet usage semble être typiquement français, je lis beaucoup la presse anglo-saxonne qui la plupart du temps se réfère à « al-Assad » ou utilise le patronyme complet « Bashar al-Assad », et les femmes sont généralement nommées par leur nom de famille comme le serait les hommes. En France le parallèle créé par cet usage étrange entre les femmes politiques et le dictateur est pour le moins dérangeant, et j’avoue de pas comprendre de quoi il relève . Avez-vous une explication ? Que recommanderiez-vous aux journalistes de RF ?
De manière générale, merci pour vos réponses pertinentes et vos éclairages précieux sur les dérives de langage du monde médiatique !

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr.

Partager sur...