Les dessous du Sommet de la Francophonie à Madagascar les 26 et 27 novembre 2016

Nicole Demoustier 28/11/2016 13:58 Radio France

Bonjour,
Ce message s'adresse à tous les journalistes de France Info, France Inter et France Culture.
Actuellement de nombreux chefs d'Etat et délégations arrivent à Tananarive pour le Sommet de la Francophonie. Je pense qu'il serait vraiment opportun que des reportages soient diffusés pour rappeler à cette occasion :
- l'énorme corruption qui sévit dans ce pays depuis son président Hery Rajaonarimanpianina et les membres de son gouvernement jusqu'aux plus simples fonctionnaires d'Etat. Ils sont responsables du pillage des nombreuses ressources de Madagascar au profit de multinationales et d'autres pays, notamment la Chine.
- la misère profonde que connaît la grande majorité de la population. Selon la Banque Mondiale, plus de 9 Malgaches sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté. Beaucoup n'ont pas de quoi se nourrir. De ce fait, l'insécurité s'accroît à Tananarive mais aussi dans d'autres villes.
Dernièrement le quotidien "Midi Madagasikava" titrait : "Mesures cache-misère" pendant la Francophonie.
A Tananarive, ils virent les scooters et charrettes, rabibochent au plus vite certaines routes de la capitale et procèdent déjà à des coupures d'électricité dans les quartiers défavorisés afin d'alimenter comme il faut toutes les structures accueillant ce Sommet de la Francophonie.
Bref, du tape à l'oeil qui coûte très cher. Et d'ailleurs qui finance ?
J'espère que des journalistes se mobilseront et s'écarteront des lieux réservés à ce Sommet de la Francophonie pour rendre compte de la vraie vie d'une population spoliée des ressources de son pays par la corruption.
Vous remerciant par avance de l'attention que vous voudrez bien porter à mon message, je vous présente mes salutations distinguées.

Nicole Demoustier.

P.S. Les dernières nouvelles me viennent d'un proche qui séjourne à Tananarive et en repartira normalement demain)

Thibault Lefevre, reporter à France Inter est parti une semaine en reportage à Madagascar, trois semaines avant le sommet, pour couvrir les angles que vous rapportez ici.

La misère, la violence sociale dans le sud,  la précarité et un foyer de peste réactivé, les trafics en tous genre qui renforcent la présence de groupes criminels.

 

Le travail de Thibault décliné en plusieurs reportages est diffusé sur toutes les antennes du groupe depuis jeudi dernier.

Partager sur...