Edition spéciale France Info

Sébastien Baque 07/02/2018 13:44 France Info

Bonjour,

Comment expliquez vous que, parce qu'il neige sur la région Parisienne, France info dédie une édition spéciale pour interviewer Jean Jacques qui attend son RER ou Mireille qui ne peut pas prendre son véhicule pour se rendre à son travail ?! Pouvez-vous me dire, très honnêtement, si France Info aurait la même démarche s'il avait neigé à Marseille ou Nice plutôt que sur la capitale ?... Question rhétorique bien sûr car vous savez bien que non.

Je dénonce le manque d'objectivité, la démagogie et la centralisation de l'information chez France info qui n'a d'yeux que pour Paris et c'est bien triste.

Comment voulez-vous que les provinciaux se sentent reconnus alors que, pour 3 flocons, vos journalistes de France info traitent l'information comme si un ouragan avait rasé la moitié de la ville ?! Ce genre de traitement de l'information fait déshonneur aux valeurs que devraient incarner un journaliste. Cependant, j'imagine que vos journalistes de "bas étage" sont forcés contraints de parler de la neige pendant une semaine non stop car c'est un sujet "vendeur"...

Bref, même si mon commentaire n'aura sûrement pas d'écho, sachez que si les Provinciaux n'apprécient pas outre mesure les Parisiens, c'est uniquement parce que l'information est focalisée sur la capitale. On devrait vous faire payer une taxe bien grasse quand vous venez faire rôtir votre peau blanchâtre sur nos plage en période d'été.

Sans doute parlerons nous bientôt de Paris ET de Bordeaux avec tous ces Parisiens qui se sont trouvés une nouvelle passion pour la Capitale Bordelaise.

A bon entendeur.

Plusieurs réponses à vos questions. La radio, comme le disait une chaîne concurrente, c’est la vie. Et la vie, ce sont des femmes et des hommes qui peuvent nous raconter ce qu’ils vivent et ressentent, lorsqu’ils sont impliqués dans un événement, comme les difficultés liées à la neige. Pourquoi ne laisser la parole qu’aux autorités, aux experts, aux politiques?

Vous évoquez le cas où Marseille ou Nice connaîtraient les mêmes difficultés. Honnêtement, nous en parlerions aussi, comme franceinfo a pu faire des spéciales lors d’inondations catastrophiques dans le sud de la France. Ce qui est vrai, c’est que lorsque Paris et l’Île de France sont touchés, tous les médias vont forcément suivre de près les événements. La raison en est simple: près de 20% de la population est concernée (12 millions d’habitants, un Français sur 5).

Partager sur...