Empathie partisane

Guy Decreuse 20/02/2017 13:37 France Info

Cher monsieur,
Je vous écris à propos de "l'affaire Théo". Je perçois d'une manière générale davantage d'empathie vis-à-vis des soi-disant victimes civiles que vis-à-vis des policiers. Je ne veux pas prendre parti pour le policier incriminé tant qu'il n'a pas été jugé et je sais par une de vos récentes réponses que d'autres auditeurs reprochent aux journalistes de radio de renvoyer dos à dos les policiers et les personnes qui les accusent de brutalité. Cependant, comme le reste de la presse, vos collègues parlent souvent du "jeune Théo" comme s'il était notre petit frère, alors que les policiers, souvent, ne sont guère plus âgés, et qu'un journaliste ne parlera jamais du "jeune Max" ou de la "jeune Sylvie" si ces policiers sont victimes de violence. Il y a là une façon sous-jacente d'éveiller la sympathie que je trouve déplaisante. Quand on parle d'un violeur ou un chauffard de 22 ans, c'est toujours "un homme", s'il s'agit d'une personne impliquée dans des incidents de banlieue, à cet âge c'est toujours "un jeune".
Dans le même contexte, je suis choqué de la façon dont vos collègues évoquent "les manifestations contre les violences policières" comme si celles-ci étaient un fait donné, indubitable, et que si violences il y a, elles sont évidemment excessives et injustifiées. Il serait plus correct de dire "les manifestations contre CE QU'ILS DENONCENT COMME des violences policières"En l'occurence, l'affaire n'a pas encore été jugée, et si certaines associations prennent systématiquement fait et cause contre la police, ce n'est pas le rôle de France Info de s'en faire le relais sans réserve. A 13 heures sur France Info, une de vos collègues a présenté l'affaire comme "la violente agression dont a été victime le jeune Théo de la part d'un policier". Je trouve que c'est là une façon tendancieuse, voire partisane, de présenter les choses alors que, quelle que soit la bavure qui a pu se produire par la suite, il s'agissait d'abord d'un cas de rébellion contre agent de la force publique.

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr.

Partager sur...