Engagés volontaires, se battre pour des idées (2/4) La désillusion. Les femmes en Espagne

alex wohl 18/06/2018 8:32 France Culture

Bonjour,
je vous écrit car il n'est pas possible de joindre directement Perrine Kervran.
Quelle stupéfaction d'entendre dans l'émission "Engagés volontaires, se battre pour des idées (2/4) La désillusion. Les femmes en Espagne" du 12/06/18 à 17h une mise en parallèle des combattantes qui défendaient désespérément leur terre, leur pays, la démocratie, se battait pour le peuple espagnol et des lendemains meilleurs, avec une djihadiste, qui est partie sur des terres étrangères opprimer les populations locales en Syrie ou ailleurs et cautionner les assassinats de mécréants, homosexuels, non musulmans...
Comment osez-vous mettre sur le même plan ces deux causes???
C'est une insulte aux combattantes d'Espagne et une participation à la bouillie de chat invraisemblable qui tient lieu d'opinion médiatique aujourd'hui. Honte à vous!
Les djihadistes en Syrie ont plus à voir avec les franquistes, leurs alliés hitlériens ou mussoliniens qu'avec les anarchistes ou républicains espagnols.
Peut-être pouvez vous commencer à comprendre que tenir des positions intellectuelles aussi aberrantes ne fait que desservir la cause que vous prétendez défendre.
Cordialement,
Alex Wohl

Bonjour,

Voici la réponse de Perrine Kervran :

« Bonjour.

Merci de votre message et merci d’avoir pris le temps de nous écrire.

Nous savions en construisant cette série que certains auditeurs pourraient être heurtés par certains des intervenants. Notre intention n’était en aucun cas de comparer les causes et les idéologies qui n’ont effectivement rien à voir, voire sont diamétralement opposées.  Ce que nous voulions ausculter était les intentions, les ressorts  et les motivations de ceux qui décident de s’engager et de tout quitter et pour une cause qui les dépasse. Et nous avons été frappés de la proximité des motivations de départ. C’est cette proximité par ailleurs qui nous avions envie de questionner.

Ces proximités sont d’ailleurs (entre autres)  l’objet de recherche des chercheurs que l’on peut entendre dans la série.

En revanche nous espérons que vous avez pu noter que les « djihadistes » que nous avons interviewés étaient tous repentis et revenus meurtris et déçus de ce qu’ils ont trouvé sur place. Ils regrettent cet engagement et ont entamé un processus de réflexion qu’il nous a semblé intéressant de faire entendre.

Merci de votre écoute

Cordialement

Perrine Kervran »

Partager sur...