France Culture, inquiétudes pour une radio qui a honte de sa vocation culturelle.

Fribourg Paul 20/11/2015 12:31 France Culture

Bonjour,

Je réagis avec une certaine consternation à la lecture de
votre « interview » de la directrice de France Culture, et surtout au
manque de considération que vous semblez porter aux remarques sur son évolution
vers le tout-actu, de la part d’auditeurs qui financent cette radio, comme tout
le service public. La question de l’évolution de France Culture est complexe,
et pour qui suit les rares prises de parole de la direction, on voit que le
choix fait est d’écarter les émissions de production et de transmission
culturelles pour préférer des thématiques d’actualité, et faire
artificiellement gonfler les chiffres d’audience, ce qui semble être le seul
projet de cette direction. Il ne s’agit pas d’un combat d’anciens et de
modernes, d’une nécessaire évolution, mais bien d’une inquiétude vis-à-vis
d’une radio qui veut se muer en « France Inter » des années 90, au
lieu de travailler à devenir une radio culturelle du 21e siècle. Il
existe de nombreuses autres radios culturelles dans le monde (NPR, la BBC), qui
semblent à des années lumières de France Culture en termes de
professionnalisme, de rigueur, d’érudition et d’enthousiasme, mais on sent que
toute évolution en dehors de ce sillon journalistique (l’actualité à tout prix,
sous l’angle de la « sociologie ») est impossible car il règne un
climat d’autosatisfaction interne que vous entretenez avec ces exercices
d’autopromotion. La question est importante car à terme, ce jeu de course à
l’audience pourra encourager une fusion, voire une disparition de la station
qui aura définitivement liquidé sa vocation culturelle. Je sais que ce message
ne sera sans doute pas publié, car il n’est pas élogieux. On voit que les
abonnés de votre page facebook sont bloqués et leurs messages supprimés car pas
assez en accord avec la ligne officielle. On peut donc légitimement se poser la
question du rôle du médiateur à Radio France, si la parole des auditeurs n’est
pas transmise auprès de directions retranchées derrière leurs interviews
officielles. Je vous invite à comparer avec la fonction de l’
« ombudsman » de NPR, par exemple, qui exerce un réel travail
d’écoute et de médiation : http://www.npr.org/sections/ombudsman/

Je vous remercie d’avoir lu ce message, mais je ne me fais
pas d’illusion sur sa destination finale, votre corbeille ! C’est ainsi
que l’on entretient un climat de rancœur entre un service public et ses
usagers.

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Nous souhaitons être en mesure de vous satisfaire au mieux, tout en précisant qu’il nous est impossible de répondre personnellement aux 150 à 200 contributions que vous nous adressez chaque semaine sur le site mediateur.radiofrance.fr , sur Facebook « Médiateur des antennes », sur Twitter « @mediateurRF » ou par mail mediateur@radiofrance.com . Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, France Info et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire à destination de tous les responsables des antennes de Radio France.
Merci de votre fidélité à nos antennes.
Bruno DENAES, médiateur des antennes de Radio France.

Partager sur...