France Inter ou France soumise ?

Roland Douhard 13/09/2017 13:10 France Inter

Monsieur le Médiateur,

Je ne me fais guère d'illusions sur la portée de mon message, tant mon expérience passée m'incline à la prudence en matière de récriminations à Radio France. Je suis un très fidèle et très ancien auditeur de France Inter. J'ai commencé avec les regrettés Gérard Sire, Jacques Chancel et Pierre Bouteiller, beaucoup d'autres ensuite. Je dois dire que depuis les grilles de programmes de ces dernières vacances et de cette rentrée, bien que de sensibilité de gauche, je suis abasourdi devant la radicalisation idéologique de la plupart des animateurs et journalistes, à l'exception de quelques-un(e)s, qui, me semble-t-il, servent de faire-valoir, comme Dominique Seux. Voilà des années que mes amis de droite me disent que France Inter est une chaîne "irrécupérable" et est "un repaire de gauchistes". Bien sûr, je leur disais, il y a quelques mois encore, qu'ils caricaturaient la situation et que leur positionnement politique n'était peut-être pas étranger à leurs impressions et certitudes. Après ces deux mois et demi d'écoute d'antenne, en Belgique, où je vis, en France où je réside régulièrement, ailleurs encore, grâce à mes radios digitales, je dois bien constater que ces mauvais coucheurs n'ont peut-être pas tord. A 80%, je ne crois pas exagérer, les ondes de France Inter sont occupées par des personnes très engagées politiquement, qui n'ont de cesse que de faire passer leur idéologie à l'antenne sous couvert de thématiques souvent orientées. Le départ de Patrick Cohen de la matinale, malgré le professionnalisme, teinté tout de même du tropisme "Libé", de Nicolas Demorand, il devient difficile d'entendre d'autres sons de cloches que ceux du dénigrement et de la démolition de tout ce qu'entreprend le Président Macron, que la plupart de vos collaborateurs appellent, sans respect pour la fonction présidentielle, "Macron" tout court ! A certains moments, on dirait que la meute mélenchonniste s'est donné le mot pour, d'émissions en commentaires politiques, discréditer toute politique de la nouvelle majorité gouvernementale et parlementaire. Je ne suis pourtant pas un supporter acharné macronniste, mais j'estime qu'il faut donner un peu de temps à ce jeune Président qui n'est en place, après tout, que depuis près de quatre mois. C'est l'avenir de notre France qui est en jeu ! Bien sûr, ce n'est qu'une impression, mais cette "petite musique", quasi unilatérale, a fini par me désabuser et à me pousser, je l'observe, à rejoindre plus souvent que je ne le voudrais les auditeurs d'Europe 1 ou, mais là, avec un beaucoup d'intérêt, ceux de France Culture. Ainsi que je vous l'écrivais en début de message, je n'ai aucune illusions quant au suivi de celui-ci. Mais je voulais tout de même que vous sachiez et enregistriez mon désamour progressif pour une radio qui, par le passé, encore récent, m'a donné énormément de plaisir. A regret, aujourd'hui, je lui tourne le dos davantage chaque jour.

En vous remerciant de votre attention.

Roland Douhard
13, rue de l'Hôtel de Ville
4031 Liège

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr

Partager sur...