France Inter penche à gauche

Guy Decreuse 22/03/2018 15:43 France Inter

Cher monsieur,
Je suis scandalisé de la place faite à Geoffroy de Lagasnerie sur France Inter, invité par M. Trapenard une demi-heure en janvier et à qui il offre de nouveau aujourd'hui une tribune d'une surprenante complaisance. Ce soi-disant – au sens propre – intellectuel de gauche ("Il n'y a pas d'intellectuel de droite"), qui ne connaît de sociologie que militante ("La sociologie, quand elle est bourdieusienne, dit la vérité") semble être le chéri de France Inter. Le 1er mars, il était déjà reçu par Fabrice Drouelle à propos de l'affaire Traoré, " un jeune garçon (sic), Théo, qui était victime d’une violente agression (resic) lors d’un contrôle de police". On voit là de quel côté penche France Inter ! Il y eu également un Téléphone sonne du même tonneau, et j'en passe.

Pour revenir à Geoffroy de Lagasnerie, selon lui, pas de responsabilité individuelle, c'est toujours la faute au système. Les attentats terroristes ? le système ! Les viols et agressions sexuelles ? le système ! La violence des "manifestants" qui ont lancé un cocktail Molotov dans la voiture où se trouvaient deux policiers ? le système ! ce serait comique si ça n'était aussi pernicieux, on dirait Toinette dans le Malade Imaginaire, quelles que soient les douleurs d'Argan, c'est "le poumon, le poumon, le poumon" ! "Quand on est de gauche, on n'accuse pas l'individu, c'est le système qui est coupable", dixit Lagasnerie.

Il n'est pas illégitime d'inviter ce monsieur sur votre antenne, mais on aimerait que la balance ne penche pas toujours du même côté, et que, même si c'est la semaine de mai 68, France Inter ne soit pas une tribune pour le sectarisme de gauche.

Augustin Trapenard vous répond :

Cher Guy Decreuse,

Je vous remercie de votre message adressé au Médiateur ce matin car il montre l’intérêt que vous portez à cette chaîne, à ses programmes, et au dialogue – qui pour moi est fondamental. À l’invective (et au scandale), j’ai toujours préféré le questionnement et le partage. C’est la raison pour laquelle je réponds à chaque auditeur qui m’interpelle, personnellement.

J’entends bien entendu vos réserves sur le discours de Geoffroy de Lagasnerie ce matin. Je m’étonne en revanche que vous ne citiez pas l’émission de ce matin, chaque fois que vous le citez, mais d’autres remarques qu’il a pu tenir auparavant sur la chaîne.

Comme vous le remarquez justement, cette semaine de Boomerang est dédiée à Mai 68 et il me semblait intéressant d’entendre la voix de ce jeune philosophe et sociologue, qui travaille à un livre sur le sujet, et dont le discours ne va pas du tout dans le sens de mes invités de cette semaine. Je ne pense pas que Robert Guediguian, Ariane Mnouchkine ou Agnès B aille dans son sens. Là est le pluralisme de la semaine.

À vous lire, vous semblez être un auditeur régulier de la chaîne, et vous savez donc l’éclectisme dont je fais preuve pour la programmation de Boomerang. Vous savez forcément qu’en matière de penseurs, j’ai donné plusieurs fois la parole à des intellectuels de droite, de Françoise Chandernagor à feu Jean D’Ormesson, en passant, TRÈS récemment, à Patrick Grainville. Vous savez aussi que le discours de Kamel Daoud ou de Joann Sfar, aux antipodes de celui de GDL, a été mis en avant à de nombreuses reprises sur mon antenne. Vous savez enfin, et surtout, que chaque semaine je tente de diversifier mes invités, leurs discours, leur vision du monde et de l’art.

J’ai bien entendu votre requête, en tout cas, et vous remercie encore de me l’avoir envoyée. C’est dans le dialogue, le questionnement et le partage que l’on avance, que l’on progresse.

Amitiés,

Augustin Trapenard

Partager sur...