François Hollande dans l’émission E. Laurentin

Anne DRALLAT 26/05/2016 9:36 France Culture

Bonjour, Voici copie du courriel envoyé à E.Laurentin

Bonjour,

Voilà que tout comme Europe 1, vous recevez François Hollande ce matin... Pourtant je suppose que cela ne vous a pas échappé qu'il est en campagne électorale non officielle certes mais réelle, alors pourquoi lui ouvrir vos micros d'autant que vous n'êtes pas une émission d'information au sens classique du terme.
Si monsieur Hollande s'intéressait à autre chose qu'à ses petits calculs de politicien pour continuer sa carrière et servir ses amis, ça se saurait !!
Ce n'est donc pas sa culture et son goût particulier de l'histoire qui peut justifier sa place dans votre émission sauf à faire sa promotion en toute prétention et ce qui montre une fois de plus si c'était encore nécessaire qu'il ne vit pas dans la même France que les sans dents.
Inutile de vous dire, dommage mais j'ai éteint ma radio.

Une chance en revanche en peu de mots mais si justes, Didier Eribon à midi dans la Grande Table a su répondre à F.Hollande.
Cordialement
Anne Drallat
PS J'ai oublié de préciser que les budgets relatifs à la culture démontrent à eux seuls le peu d'intérêt que le président de la République porte à la CULTURE. Alors pourquoi France Culture s'abaisse à ce genre de mascarade ?

Nous vous livrons ici la réponse d’Emmanuel Laurentin :

Chères auditrices, chers auditeurs,

Vous le savez peut-être, hommes et femmes de radio, nous sommes très sensibles à l’avis des auditeurs ou auditrices de noqs émissions.

J’ai bien pris connaissance de votre message et voici ce que je peux vous répondre.

Je ne crois pas qu’après seize années de travail dans cette émission, dont plus de dix passées à travailler autour des usages politiques, culturels et sociaux de l’histoire ( c’est le thème de l’émission depuis 2004 ), on puisse dire simplement que cette émission servait des calculs politiciens.

J’ai proposé cet entretien au Président de la République après avoir réalisé ce type de rencontre à Alain Juppé, Marisol Touraine, Jean-Louis Debré, Vincent Peillon et bien avant Olivier Besancenot, Marie-Georges Buffet, Jean-Marie Le Pen, José Bové, Jean-Luc Mélenchon ou récemment Michaëlle Jean, ancienne gouverneur du Canada et secrétaire générale de la Francophonie.

Cette émission, comme les autres, s’inscrit dans un projet, que vous pouvez contester, mais qui est le mien: penser que l’histoire forge des individus singuliers et qu’elle leur sert à vivre en lien avec des événements du passé.

Questionner le Président de la République sur son rapport à l’histoire, ce n’est pas une prise de position politique. C’est une démarche journalistique qui s’inscrit dans un projet éditorial réfléchi.

C’est ce que j’ai voulu faire. Ca n’est pas ce que vous avez entendu.

Croyez bien que j’en suis désolé.

Merci, quoi qu’il en soit, pour votre écoute fidèle et attentive.

Emmanuel Laurentin

Partager sur...