Humour, dérision et élections

Dominique LEMAN 28/04/2017 15:01 France Inter

J’ai pris connaissance de la polémique créée par l'humoriste Pierre-Emmanuel Barré.
J'approuve sans réserve la décision du producteur Nagui de ne pas diffuser le sketch de l'intéressé faisant avec grossièreté une promotion forcenée de l'abstention pour l'élection présidentielle.
D'une manière générale s'il m'arrive souvent de sourire ou de rire en entendant les chroniques ou échanges de vos animateurs satiriques - je pense par exemple à Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek -, je dois dire qu'en période de campagne électorale nationale je suis souvent agacé parce que je regrette la place à mon avis trop grande donnée par l'antenne de France Inter à la dérision en ces moments-là.
Je ne suis évidemment pas en capacité de mesurer l'impact de telle ou telle chronique ou blague sur les choix des électeurs.
Mais il me paraît surprenant qu'en marge des comptes d'apothicaire des temps de parole des candidats et de leurs soutiens imposés par le CSA, les animateurs humoristes puissent prendre plus ou moins ouvertement parti pour un candidat, quand ce n'est pas pour l'abstention, et cela en toute impunité.
Pour être tout à fait clair je suis à titre personnel parfaitement opposé à Marine Le Pen et au Front National.
Mais je me demande souvent avec inquiétude si en prenant ceux-ci pour cibles ces mêmes humoristes ne réalisent pas un travail contre-productif.
Bref, au risque de paraître un vieux grincheux, je souhaiterais très clairement qu'à proximité immédiate des échéances électorales nationales les médias, et en particulier France Inter, lèvent un peu le pied sur la dérision et l'ironie qui contribuent souvent à dévaloriser la démocratie, que des individus comme Pierre-Emmanuel Barré s'emploient même carrément à jeter aux orties.
Sachez que je suis un auditeur constant de France Inter depuis 40 ans et que malgré cela, ou peut-être aussi à cause de cela, je réprouve totalement de prétendus sketchs qui n'ont plus rien à voir avec l'humour mais sont de véritables charges empreintes de mépris et de brutalité contre la démocratie.
En l'occurrence, le sketch en débat ces jours-ci comporte même des insultes.
Je souhaite vivement que la direction de France Inter tienne compte des remarques contenues dans le présent message.
Je souhaite également que ce dernier soit communiqué à Nagui.
Je considère que ce dernier ainsi que Leïla Kaddour-Boudadi sont de bons professionnels qui préparent bien leur émission. Celle-ci repose largement sur des échanges empreints d'humour.
La plupart du temps Nagui et/ou Leïla Kaddour-Boudadi jouent en douceur – ou, si nécessaire, avec fermeté mais humour - un rôle de régulation efficace quand il y a des dérapages.
Mais, vous l'aurez compris, mes appels à plus de retenue à proximité immédiate des grandes échéances électorales concernent évidemment particulièrement leur émission.
J'approuve donc en particulier ce que l'on a appelé « la censure » du sketch de Pierre-Emmanuel Barré.
J'espère vivement qu'il n'y aura pas de rétro pédalage à cet égard.
Si l'intéressé n'est pas content, à titre personnel j'apprécierais que votre antenne se passe définitivement de ses services.
Je le répète, je suis peut-être un vieux grincheux. Mais je sais pourtant rire de bon cœur.
Par contre, je ne confondrai jamais humour et grossièreté brutale.
Comprenez bien que mon message ne se veut pas négatif à l'égard de votre antenne que j'aime.
Ils s'y trouvent, en matière d'humour, de nombreux talents, comme par exemple François Morel ou nos amis belges.
J'aimerais enfin souligner que je souhaite recevoir une réponse à mon message.
Avec mes salutations amicales.

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr

Partager sur...