Invitation à demande des excuses de la part de Natacha Polony

André Twahirwa 23/03/2018 13:39 France Inter

Dimanche 18 mars 2018 à 13 h 20: Emission « Le duel Natacha Polony, Raphaël Glucksmann » ([10’ 42’’] à [13’ 07’’]):
« Malheureusement, on est typiquement dans le genre de cas où on avait, j’allais dire, des salauds face à d’autres salauds » [12’ 28’’]. «… Je pense que…, il n’y avait pas d’un côté les gentils et de l’autre les méchants dans cette histoire » [12’ 53’’] .
Natacha Polony parle de ce qui s'est passé en 1994 au Rwanda et qui n'est rien d 'autre que le génocide contre les Tutsis.
Raphael Glucksmann a beau lui rappeler le b.a.-b.a du génocide ("Dans un génocide, il y a des bourreaux et des victimes" et, en 1994, "il y a des gens qui commettent un génocide et des gens qui sont victimes du génocide"), elle persiste et signe:
« On ne définit pas les gens par bourreaux et victimes, ce n’est pas comme ça »[13’ 36’’].
Et pourtant, elle veut bien reconnaître qu'il y a eu un génocide. [13’ 00’’].
Sauf que, pour elle, «...Ça n’est absolument pas remettre en cause le génocide que de dire qu’il y a ce fait-là » [13’ 20’’]
Ce fait-là, le voici:
«...aujourd’hui, nous sommes face à un régime qui est un régime qui est devenu totalement dictatorial et qui accomplit, là aussi, des exactions vis-à-vis des journalistes, vis-à-vis de…, vis-à-vis de l’ensemble des oppositions...» [13’ 08’’].
Or, c'est bel et bien remettre en cause le génocide que de mettre le FPR et le Hutu Power dans le même sac, que de placer, dans le même camp, ceux qui ont mis fin au Génocide contre les Tutsis et ceux qui l'on perpétré.

Cette confusion volontairement et explicitement révisionniste, je vous invite à la sanctionner: Natacha Polony doit, pour le moins, présenter des excuses publiques. Elle le doit à la mémoire des victimes du Génocide . Elle le doit aussi non seulement aux rescapés et survivants mais à nous tous qui nous préparons à commémorer , dans la douleur, pour la 24ème fois, ce qui s'est passé du 07 avril au 04 juillet 1994 au Rwanda : un génocide contre les Tutsis, un génocide qui a fait plus d'un million de victimes en 100 jours.
André Twahirwa,
Président d'honneur de la Communauté rwandaise de France

Voici la réponse de Laurence Bloch, directrice de France Inter :

J’ai pris connaissance de votre message avec beaucoup d’attention .

Sachez qu’à l’écoute de l’émission j’ai moi-même été profondément troublée par les propos de Natacha Polony que je connais bien et qui est une journaliste d’une parfaite intégrité.

Je comprends et partage l’émotion que ces propos ont pu provoquer parmi les proches des victimes et dans la communauté rwandaise de France et il est évidemment impensable que des propos négationnistes soient tenus sur l’antenne de France Inter et acceptés comme tels .

Vous aurez d’ailleurs noté qu’à deux reprises Natacha Polony déclare dans l’émission qu’il n’est aucunement question de nier la réalité du génocide des tutsis . En revanche la déclaration citée dans votre lettre prête totalement à confusion et n’a pas traduit ce qu’elle voulait exprimer.

C’est la raison pour laquelle , en plein accord avec Natacha Polony et Ali Baddou , l’émission de Dimanche prochain reviendra sur ce moment tragique de l’histoire rwandaise et permettra , je l’espère ,de lever tout soupçon de négationisme de la part de France Inter et de l’une de ses chroniqueuses.

Je vous saurai gré de bien vouloir transmettre aux membres de la communauté rwandaise de France mon plus profond regret de cet épisode et toute ma fraternité.

Bien à vous.

Laurence Bloch

Partager sur...