votre invité du matin: Erik Orsenna

colette sanchez 15/05/2017 12:09 Radio France

"L'invité des matins": Inviter une personne telle que Eric Orsenna, dans le but UNIQUE de lui faire dire des compliments illimités sur le président de la République, c'est attristant. Aucun libre arbitre, juste des éloges passionnels, sur Macron, ( avant les prochaines législatives,) me semble relever d'une tactique qui prend des allures de dictature. (Rappelez vous la tragédie du Rwanda provoquée en partie par le fanatisme des journalistes) Ce n'est pas votre cas, mais vous débordez de votre rôle de journaliste qui doit rester dans la neutralité. Désolée, c'est parce que je suis attachée a votre chaîne, et que sur les autres radios, je trouverai aussi des invités qui ne tariront pas d'éloges sur Macron, que je n'ai pas renoncé définitivement à France culture ! Le choix de vos invités qui sous des apparences d'humanisme sont venus flatter Macron.... encore et encore et plus encore, finira par provoquer l'effet contraire... un rejet de plus en plus profond de celui que vous cherchez a nous faire admettre, à force de manipulation électorale.

Une fois encore – et je l’ai déjà écrit de nombreuses fois -, lorsque nous invitons une personne dont vous ne partagez pas les opinions, vous nous taxez aussitôt de parti pris, de manipulation, etc. L’idée ne vous viendrait pas si vous n’entendiez que des invités ayant le même avis que le vôtre. Or, c’est là que nous serions en pleine dictature: un seul avis autorisé à s’exprimer. Et pourquoi refusez-vous de vous ouvrir aux autres opinions que les vôtres? Il ne s’agit pas de convaincre, mais – et c’est cela la richesse de la démocratie – il s’agit de pouvoir entendre toutes les opinions pour se forger son propre avis éclairé.

En parallèle, je publie le message d’un autre auditeur à propos d’une autre intervention sur France Culture. Il n’a pas du tout les mêmes opinions que vous, mais lui aussi voudrait ne pas entendre un avis autre que le sien.

Un peu de tolérance… En définitive, toute cela montre que nous faisons plutôt bien notre métier d’information en donnant la parole à tous les courants d’opinion.

Partager sur...