Les journalistes prennent parti : pour quel résultat ?

Pascal Meunier 14/11/2016 10:42 Radio France

Bonjour,

j'ai longtemps été de gauche et écologiste (je le suis encore, bien sûr, mais plus dans l'isoloir...) et je ne me rendais pas compte à quel point les médias (donc y compris vous, et même surtout vous d'après mon exemple) sont partisans. C'est d'après moi la raison qui fait que vous prévoyez de plus en plus mal le vote des peuples. La plupart des médias ont eu faux en 2005 pour le référendum sur la constitution, en juin dernier pour le brexit et hier avec l'élection de Trump. Vous avez tellement de parti pris que nous n'écoutez plus et ne voyez plus. Exemple ce matin : Jean-Michel Apathie reçoit Nadine Morano. Je n'ai sûrement pas plus de respect que le journaliste pour les opinions de cette femme politique. Sauf que lui est journaliste et qu'il fait une interview. Or nous avons assisté à un pugilat comme si deux candidats étaient en train de débattre. Pire, le journaliste l'empêchait carrément de s'exprimer. Est-ce que vous ne croyez pas que ce type d'attitude ne peut que renforcer le vote anti système, c'est-à-dire le vote Trump et Le Pen ? Et que ce dernier n'ayant pas encore eu lieu, vous ne le verrez pas plus venir que celui des Américains ?

Ou une autre manière de poser la question serait celle-ci : depuis quelques années les opinions des peuples de nos pays occidentaux se droitisent. C'est un fait, je pense indiscutable. Ne pensez-vous pas que votre rôle est d'en rendre compte et non pas de le nier voire même de vous y opposer ? Ne pensez-vous pas que ce faisant vous choquez bien des gens et outrez bien des opinions et donc vous nous précipitez dans les bras des Le Pen qui n'attendent que ça ?

Je suis convaincu que la question que je vous pose est grave et dans notre intérêt à tous j'aimerais que vous ne la preniez pas à la légère.

Je vous remercie de votre attention.

Pascal Meunier

PS : de manière à ne pas alourdir mon message, je n'ai pas développé la raison pour laquelle je ne vote plus à gauche ni écolo. Les gaullistes sociaux, centristes de droite ou de gauche sont suffisamment à gauche pour moi car plus à gauche il y a le modèle soviétique et ce n'est pas ce que je souhaite pour notre pays. Et pour l'écologie politique je n'ai plus aucune considération pour eux depuis qu'ils croient que lutter contre le déplacement d'un aéroport ou pour les voitures électro-nucléaires sont des combats écologistes. Si je détaille mon évolution politique, c'est pour bien faire comprendre la prise de conscience qui est à l'origine du message ci-dessus.

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr.

Partager sur...