Lanzmann la Grande Table

michaël cohen 05/07/2018 14:22 France Culture

L'instantanéité des émissions consacrées à des personnalités mortes est nocive pour la pensée.
On pourrait attendre de France Culture qu'elle ne suive pas bêtement ses consœurs radiophoniques dans ce travers. Malheureusement il n'en est rien.
La Grande Table consacrée à la mort de Claude Lanzmann en est un exemple frappant.
Durant l'heure qui a suivi on a eu droit à des commentaires vraiment passionnants sur les cravates de Sartre, les plongeons du 10m du Dieu grec qu'était Lanzmann, des commentaires éclairés sur sa magnificence, des lettres d'amour très intimes lues à des millions d'auditeurs, comme si cela nous regardait en quoi que ce soit.
Le temps d'antenne consacré à ces bêtises aurait pu être utile à d'autres lubies du Grand Maître : sa propension à délivrer des permis de filmer à tous les cinéastes du monde pour peu qu'ils aient l'outrecuidance de s'attaquer soit à Israël dont il était un des plus farouches partisans inconditionnel colonialiste et militariste, ou au génocide des Juifs durant la seconde guerre mondiale qu'il a nommé "Shoah" et qui a ensuite été repris sans le moindre questionnement historique par tout un chacun.
Or l'on sait bien entendu à quel point cela a été dommageable pour tous les autres humains morts dans les camps nazis : les handicapés, les homosexuels hommes et femmes, les résistants, les communistes, les Tziganes morts par centaine de milliers (mais cela n'est sans doute pas suffisant pour y consacrer un film ou même une pensée), bref toute une humanité que le nazisme s'était empressé de classer par petites cases essentialistes bien hermétiques et qui ont été exclus du discours sur l'extermination nazie ! C'est tout les sens de cette notion de crime contre l'Humanité et que Lanzmann malgré son immense œuvre, s'était bien gardé d'interroger.
Cette manie posthume de parler d'anecdotes stupides ou de passer de la pommade à longueur d'antenne plutôt que de parler de ce qui fait tout l'intérêt d'une œuvre ou d'une personnalité (ses contradictions et ses défauts) n'est pas acceptable sur France Culture, car sinon personne ne le fera.

Voici la réponse de la directrice de France Culture :

Cher Monsieur,

Votre avis sur Claude Lanzmann est sans doute respectable.

Elle passe peut-être néanmoins à côté d’une page très importante – c’est un fait, pas une opinion – de notre histoire culturelle. C’est de celle-là que France Culture rend compte à travers des archives principalement et les débats autour de Shoah dans Le Grain à Moudre d’été, que vous serez libre d’écouter … ou pas.

Bien à vous

Sandrine Treiner

Partager sur...