le travail du journaliste

Antoine de Roux 13/02/2017 10:19 France Info

Bonjour,

je suis un fanatique de l'information depuis toujours (presse papier, radio) et j'écoute souvent, peut-être trop souvent, France-Info. Je suis de plus en plus outré par le travail des journalistes qui vont toujours directement vers le négatif, sans nuance, et sans jamais chercher à montrer, à expliquer, de vive voix, à la radio, la subtilité, la relativité, la complexité de la réalité qu'ils commentent, et parfois les réussites, les bienfaits, les belles choses.
On peut évoquer ces interviews de femmes et d'hommes politiques de tous bords, tous les jours, à qui on coupe la parole sans cesse, en essayant toujours, non pas de bien comprendre ce qu'ils n'expriment pas toujours clairement certes, mais de les mettre face à des contradictions d'eux-mêmes ou de leurs proches de façon expéditive, ce qui a pour effet de nous dégoûter profondément de la politique en général, avec les conséquences qu'on imagine. Quid d'une réflexion posée et relative sur la difficulté de faire un tel métier, qu'on n'a pas aujourd'hui réussi à rendre inutile ? Ce qui n'empêcherait pas de remettre en cause les imperfections de leurs comportements.

Mais mon courrier veut juste ce matin prendre un exemple précis de cette médiocrité de l'information que vous diffusez : hier soir, dans une manifestation de protestation à Bobigny contre les violences innacceptables infligées au jeune THEO, alors qu'une bande de casseurs brulaient des voitures et des poubelles, un jeune a sauvé une petite fille dans une voiture qui allait prendre feu. Votre journaliste (est-ce bien le vôtre ?) l'a interviewé et ne lui a semble-t-il posé aucune question sur la responsabilité de ces jeunes qui ont mis le feu - les responsables d'un acte criminel - mais a juste recueilli ses mots sur sa colère que les policiers, qui étaient à 30 mètres, ne soient pas intervenus à sa place pour sauver cette petite fille. Pourquoi ne pas lui avoir demandé s'il validait l'incendie de cette voiture d'un particulier qui n'avait rien fait contre eux ? Pourquoi ne pas lui avoir demandé s'il ne s'étonnait pas que d'autres jeunes n'aient pas essayé, comme lui, de la sauver ?
Ce qui reste de cette information, pour les auditeurs qui ne réfléchissent plus, c'est encore la culpabilité de la police... Alors que le crime premier vient d'un de ces jeunes.

Les choses sont bien plus compliquées. La société est responsable de la mauvaise intégration de tout une génération, et des humiliations qu'elle subit, et il faut absolument travailler sur cet immense problème, (avec votre aide indispensable), mais ça n'ôte aucunement la responsabilité de chacun de ces individus d'avoir un comportement citoyen et responsable.

Vive l'information subtile et intelligente, à bas l'information binaire et immédiate. Please... Faites un effort, c'est de pire en pire, et il n'y a pas une personne de mon entourage qui pense le contraire.
Le jour où vous réussirez à donner l'impression que les choses sont un peu plus mesurées, complexes, et subtiles, vous soulèverez l'enthousiasme d'une grande partie de vos auditeurs.

Merci de votre lecture.

Nous vous remercions de votre message. Il a été lu par le médiateur et transmis au service concerné par vos questions ou vos réactions. Même sans réponse personnelle de notre part, de nombreuses contributions sont relayées sur les antennes de France Inter, franceinfo et France Culture dans les Rendez-vous du médiateur ou dans Les infos du médiateur, lettre hebdomadaire destinée à tous les responsables de Radio France. Elles inspirent également des articles explicatifs à retrouver sur notre site mediateur.radiofrance.fr.

Partager sur...