L’émission de Anne Brunel au sujet de LINKY

Solweig von Kleist 29/03/2016 17:05 France Inter

Bonjour,

j'ai adressé plusieurs messages à France Inter au sujet du LINKY qui a été évoqué dans plusieurs émissions. je ne comprends pas pourquoi je n'ai jamais eu une réponse, contrairement à d'autres personnes qui ont envoyé des messages. Mon message s'est perdu?

Je vous l'envoie donc à nouveau, en vous remerciant de votre réponse.

Bonjour,
encore une fois, France Inter continue sa campagne pour le Linky, le compteur à radiofréquences qui émet des ondes électromagnétiques classées «potentiellement cancérigènes» par l’OMS. Bravo! Dans le «reportage» de Mme Brunel il y a tous les ingrédients d’un journalisme corrompu: On désigne dès le début les personnes critiques de cette technologie comme «complotistes», on montre un gothique et une hystérique, et hop le tour est joué! Aucune recherche sérieuse nous est présentée, aucun scientifique indépendant n’a droit à la parole. Et bien sûr il n’est pas utile dans une telle démarche de mentionner les pays qui ont refusé les «smart meters» du type Linky comme l’Allemagne, la Belgique, l’Autriche...Une émission comme celle-ci est inadmissible sur France Inter, c’est de la pure propagande. Bien entendu, Mme Brunel n’accordera pas de droit de réponse aux organisations qui ont exploré le problème, comme Robin des Toits ou la journaliste indépendante et spécialiste des ondes, Annie Lobé...

Cordialement,

Solweig von Kleist

 

Voici la réponse d’Anne Brunel : 

"Bonjour Madame,

J’ai pris connaissance ce matin du message que vous avez
adressé au médiateur de Radio France, suite à la chronique « Les
Légende du web
 » que j’assure chaque semaine dans l’émission « Secrets
d’Info
 ».  

Le dernier numéro était en effet consacré à la récupération
par des YouTubeurs complotistes du débat sur l’installation des compteurs LINKY
dans les foyers français.

Contrairement à ce que vous semblez redouter, toute
interpellation d’auditeur suppose réponse.

Et en l’occurrence votre message en appelle d’autant plus
que vous affirmez nombre de contre-vérités que je ne puis accepter.

 

–         
« France Inter continue sa campagne pour le
Linky »  écrivez-vous. C’est ignorer bien des occurrences de
traitement de ce sujet sur notre antenne. Quelques exemple à travers le
temps.. du 7 décembre
2010
… au 24
sept 2013
et plus récemment encore le 11
février 2016
, des interventions qui ont donné lieu à
débats
et vous aurez même encore une émission la
semaine prochaine
sur le sujet.

 

–         
« (…) de Mme Brunel il y a tous les ingrédients d’un
journalisme corrompu ». Mesurez-vous  bien exactement ce
qu’est la corruption ? Réalisez-vous la gravité de cette accusation ?
 Prétendez-vous que je bénéficie d’avantages ou que je reçois de l’argent
pour choisir mes sujets de chronique ou la façon dont j’aborde les
sujets ??? Je vous invite à un peu de sérieux, de raison. Et pour être
claire et concrète, sachez que le choix des sujets de ma chronique comme celui
de chacune de nos enquêtes fait l’objet d’une discussion d’équipe au sein d’une
hiérarchie strictement journalistique.

 

–         
Concernant l’inquiétude que suscitent les
compteurs LINKY : je n’ignore évidemment pas la réalité du débat. Ayez
s’il vous plait la décence de croire que nous savons travailler avant d’aller
au micro / de publier nos articles. Les sources militantes, je les ai
consultées et les exemples internationaux que vous indiquez dans votre message,
j’en connais l’existence. Je suis régulièrement les publications des
« Robins des toits » comme celles de l’organisation Nextup et
d’autres encore, et pas seulement sur Internet.

C’est bien la raison pour
laquelle j’ai précisément indiqué

  • dans la version radio que « les
    personnes électro sensibles redoutent sincèrement d’être exposées à de
    nouvelles sources d’ondes
     » et que « des gens raisonnables
    réclament des précautions raisonnables
     » .
  • et dans la version web – où je bénéficie de plus
    d’espace – que « par mesure de précaution quelques dizaines de communes
    ont d’ailleurs décidé de refuser l’installation
    de ces nouveaux compteurs pour leurs administrés
     ». J’y renvoie par
    lien hypertexte à l’article consacré au sujet sous cet angle précis par ma
    consœur spécialisée dans les questions environnementales où le refus des
    communes y est central et qui lui-même renvoie au site http://refus.linky.gazpar.free.fr/
    ainsi qu’à la note de l’ADEME de 2011.

 

Ces quelques remarques pour finalement vous dire une seule
chose : Choisir c’est exclure. Choisir un angle c’est ne pas retenir tous
les autres. Et angler sur les aspects potentiellement complotistes d’un sujet
c’est ne pas autant approfondir tous les autres aspects discutables du dit
sujet. C’est pour cela que j’ai introduit dans ma chronique les phrases
ci-dessus reproduites, car précisément je n’ignore pas la complexité du sujet.

Alors de grâce, ne nous méprenez pas, et ne vous trompez pas
de combat. Non je ne fais pas de « pure propagande » . Prenez un tout
petit peu de distance pour admettre l’impact que peuvent avoir les
détournements de convictions très honorables par des YouTubeurs à la recherche
d’argent facile, tout particulièrement dans ces domaines touchant aux questions
sanitaires. C’est cela que je tâche de dénoncer, semaine après semaine, (voir les autres sujets
abordés
) dans une chronique dont la vocation est précisément de débusquer
les rumeurs, et de révéler quelles sont les informations qui nourrissent
insidieusement le discours complotiste.

Merci de votre écoute"

Partager sur...