Les partis pris de la rédaction

Philippe GILLES 25/01/2016 21:23 France Culture

Bonsoir

Dans de nombreuses émissions comme dans le journal, la rédaction a tendance à souvent recevoir des invités  qui véhiculent les messages suivants:

- opposition à l'état d'urgence, à la mise au ban de la natiion des terroristes

- la démocratie ne marche plus

- les zadistes sont opprimés, les aguments anti zad n'ont pas d'intérêt

Ce qui m'agace, c'est que la plupart des invités ne font qu'exprimer leur sentiment et leurs opinions ne s'appuient sur aucune étude précise. Ils font comme bon nombre de journalistes qui retinennent une idée à défendre et ne collectent que les arguments qui vont dans leur sens ou lancent des affirmations sans preuve (exeple les mesures anti terroristes ne sont pas efficaces, en faire plus sur la sécurité ne fait que brimer les opprimés).

Exemples: le débat sur la déchénace de la nationalité dans l'émission le grain à moudre, (à france inter, Laure Adler) dans permis de penser consacré à la proposition de modification de constitution, l'interview d'Eric Hazan.

Dans toutes ces émissions le journaliste n'objecte rien aux affirmations gratuites ou clownesques (Hazan crachant sur la démocatie c'est le degré zéro de la pensée) des interlocuteurs. Soit la/le journaliste approuve soit il n'a pas travaillé la question.

Certaines questions comme la déchéance sont complexes, les interviewés campent sur leur principes (D. Rousseau) en se fichnant de la menace terroriste (son "même pas peur" doit surement inquiter le Djihad). Il y a des moments où je regrette qu'il n'y ait pas un partisan de l'état d'urgence voir un lepéniste pour mettre de l'électricité dans la bien pensance de ces "intellectuels" hors sol voire des animateurs des débats.

Je souhaite qu'un panel plus large d'opinions se fasse entendre sur ces radios que j'apprécie quand même et que les problèmes ne soient pas traités sur le mode de la polémique mais de l'analyse, arguments solides à l'appui.

Cordialement

Philippe