L’Europe selon Quentin

annie mousson 06/10/2016 12:32 France Inter

Hier soir lors de l'émission de Monsieur Demorand, Monsieur Dickinson a émaillé sa rubrique entière du prénom de Mme Royal qu'il a bien dû répéter une quinzaine de fois. C'est en soi inqualifiable à moins que je ne l'aie pas entendu lorsqu'il faisait référence à un ministre homme de la même manière auquel cas ce serait de l'impolitesse. Mais je doute d'avoir entendu évoquer Manuel ou François ou autres dans ses autres interventions.
Se permettre de nommer une ministre par son seul prénom est, pour moi, inqualifiable. Mais de plus, il a fait de Madame Royal une petite fille rageuse qui tapait du pied parce qu'elle se voyait refuser ce à quoi elle prétendait.
Ceci en dit long sur la personne de Monsieur Dickinson, dont je ne me soucie guère mais laisse aussi imaginer qu'il puisse encore être représentatif d'une misogynie rampante particulièrement présente dans nos institutions nationales et européennes.
Je ne comprends pas que Monsieur Demorand n'ait pas réagi et je le regrette.
Sincères salutations.
Annie Mousson

Petite mise au point du correspond de Radio France à Bruxelles , Quentin Dickinson :

  1. Ma chronique européenne hebdomadaire du mercredi chez Nicolas DEMORAND et Mickaël THEBAULT ne se veut ni une analyse froide ni un compte-rendu rigoureux, sur le modèle de ce que les collaborateurs du Bureau de BRUXELLES produisent pour les journaux de nos différentes chaînes. Il s’agit au contraire d’un exercice personnel, qui, au fil de mon humeur et de l’actualité, donne un coup de projecteur sur des faits exemplaires, scandaleux, enthousiasmants, ou simplement amusants, qui ont pour théâtre la Bulle institutionnelle européenne. De ce fait, le style n’en est évidemment pas celui de mes commentaires habituels. A cet égard, on se rapportera utilement au verbatim de la chronique d’hier en pièce jointe.
  1. Dans des circonstances semblables, je n’hésite pas – si le ton quelque peu impertinent de la chronique l’impose – à citer par leur seul prénom Martin, Jean-Claude, Donald, et les autres. Dans cette hypothèse, je ne pense pas que les masculinistes me reprocheraient un quelconque sexisme.
Partager sur...