Les matins du 18 mai 2016

Françoise Roussillat 20/05/2016 12:34 France Culture

Bonjour Madame la directrice de France Culture, bonjour Monsieur le médiateur, je constate que vous n'avez pas affiché le message que je vous ai adressé le 19 mai au sujet de l'invité des matins du 18 mai ! J'ai pourtant reçu sur mon adresse mail une réponse à peu près illisible et automatique, faite de copiés collés
Je vous redis donc à quel point je suis indignée :
Le 18 mai 2016 s'est retrouvé dans le studio des Matins, on ne sait comment, sur quelle idée, quelle invitation funeste un pseudo journaliste, représentant des casseurs et dont on pouvait même se demander s'il était cagoulé. C'est beaucoup plus grave que lorsque sur le plateau de Pujadas on a vu l'énergumène souriante Wiam Berhouma face à Finkielkraut. Elle émanait du peuple, était censée le représenter et représentait le PIR, même sans en être issue. On s'est tous offusqués avec raison du choix de Pujadas, mais il ne nous la présentait pas comme journaliste. Là, on nous assène que Glanz est journaliste et surtout pendant son temps de présence il ne condamne pas les casseurs, les défend et condamne la police. Cet individu a été invité par France culture ! Moi je dis que même face à un représentant des forces de police, même face à un plateau plus équilibré, il n'aurait JAMAIS dû se retrouver à cette place. C'est soit de la Haute trahison de la part de Guillaume Erner ( on promeut qq chose qui met en danger la République, ici nos forces de polices) et c'est très très grave, soit de la pure démagogie face au positionnement politique invétéré de la profession de journaliste. Mais c'est surtout une escroquerie intellectuelle face à tous les auditeurs. Bien sûr le second scandale est que seul Brice Couturier réagisse, et sans s'énerver quoi que l'on ait pu dire. Je crois qu'il était difficile de ne pas exploser. Mais on a l'habitude de ce déséquilibre, c'est quasi quotidien. Cela dit, à mon sens jamais G. Erner n'avait fait une erreur de casting aussi grossière. Quels étaient ses objectif ? Nous pouvons nous interroger. Dernier point : une radio de service public n'a-t-elle pas une obligation face à l'État ? Pendant que nos forces de police s'exténuent à faire respecter l'ordre, pouvez-vos impunément donner la parole à Taranis new ??? J'attends que mon commentaire soit publié, ainsi que mon commentaire précédent. Par ailleurs, nul besoin de vous fatiguer à m'envoyer une réponse automatique, tronquée et mal copiée collée, je comprends que vous devez en recevoir des centaines en ce moment. Je veux juste voir mes commentaires sur le site. La pluralité, c'est aussi cela. Cordialement
Françoise Roussillat

Votre message a bien été lu et transmis. Contrairement à ce que vous affirmez Gaspard Glanz est bien journaliste (on peut certes contester ses méthodes…)
Par ailleurs, veuillez trouver ci-jointe la réponse de la Directrice de France Culture

« J’ai bien lu votre message et je vous en remercie.
Je suis très touchée également par votre écoute attentive et passionnée.
Je crois que sans masquer les fractures du débat en France, il convient sur l’antenne de France Culture, en cohérence avec la promesse de notre antenne, de penser et de dialoguer avec une certaine exigence d’écoute, de calme, convaincus que nous sommes des vertus de l’échange. Les désaccords doivent pouvoir trouver, surtout dans Les Matins, une expression mesurée, ce qui n’implique pas de concessions sur le fonds.

C’est à ce travail de maîtrise et de contrôle que j’invite mes chers collaborateurs, producteurs et chroniqueurs, à l’antenne comme dans la programmation des émissions.

Vous me direz à l’avenir ce que vous en pensez en continuant, j’espère, à écouter notre radio et avec l’exigence qui est la vôtre.

Sandrine Treiner
Directrice de France Culture « 

Partager sur...