Les matins de France Culture, reflet fidèle de notre société

Henry Moreigne 19/05/2016 14:46 France Culture

Monsieur le Médiateur,
Cher Monsieur,

En ces temps agités votre fonction ne doit pas être de tout repos. La France se passionne, s'invective, débat
avec plus ou moins d'intelligence et de courtoisie quand elle ne défile pas dans la rue. En thermomètre de notre société, la tranquille France Culture, notamment dans l'excellente émission des Matins de Guillaume Erner, voit également sa température monter. Et alors ? Certains auditeurs trouvent à s'en plaindre allant reprocher à tel ou tel chroniqueur sa vision différente de l'actualité et des analyses à contre-courant de la doxa dominante. C'est oublier un peu vite que tout l'intérêt de France Culture, c'est d'y entendre des points de vue que l'on n'entend pas ailleurs, des réflexions qui interpellent et qui font réfléchir. Au moment où un consensus semble se dégager pour reconnaître enfin l'intérêt public des lanceurs d'alertes il serait paradoxal de vouloir priver d'antenne ceux qui y défendent avec courage des opinions minoritaires mais argumentées. Ils sont à leur façon des lanceurs d'alerte dans l'océan de médiocrité qui nous entoure. Merci à France Culture de laisser vivoter ces bougies dans la nuit de l'inculture. Merci à ces chroniqueurs, je pense particulièrement à Brice Couturier, de ne rien lâcher, de persévérer contre vents et marées. Puisse l'esprit de Voltaire demeurer encore longtemps dans la maison ronde. Bien à vous.

Voici la réponse de la Directrice de France Culture

« J’ai bien lu votre message et je vous en remercie.
Je suis très touchée également par votre écoute attentive et passionnée.
Je crois que sans masquer les fractures du débat en France, il convient sur l’antenne de France Culture, en cohérence avec la promesse de notre antenne, de penser et de dialoguer avec une certaine exigence d’écoute, de calme, convaincus que nous sommes des vertus de l’échange. Les désaccords doivent pouvoir trouver, surtout dans Les Matins, une expression mesurée, ce qui n’implique pas de concessions sur le fonds.

C’est à ce travail de maîtrise et de contrôle que j’invite mes chers collaborateurs, producteurs et chroniqueurs, à l’antenne comme dans la programmation des émissions.

Vous me direz à l’avenir ce que vous en pensez en continuant, j’espère, à écouter notre radio et avec l’exigence qui est la vôtre.

Sandrine Treiner
Directrice de France Culture  »

Partager sur...